“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Hommage à Paulette Cherici-Porello

Mis à jour le 10/11/2018 à 05:15 Publié le 10/11/2018 à 05:15
Paulette Cherici-Porello.	(DR)

Hommage à Paulette Cherici-Porello

Retrouvez, comme chaque mois, la chronique monégasque

Le 21 septembre dernier disparaissait Paulette Cherici-Porello, à l'âge 94 ans. Il nous tient à cœur de rendre hommage à celle qui fut la première femme présidente du Comité national des traditions monégasques mais aussi présidente de l'Union des femmes monégasques et la seule femme auteur en langue monégasque.

Le prince Albert II écrivait que « par son travail d'écriture Mme Cherici-Porello a contribué à l'enrichissement de notre patrimoine littéraire mais également à la sauvegarde de notre langue et, par là même, au maintien de nos traditions qui constituent à la fois le socle de notre identité et les racines de notre avenir. »

Le Comité des traditions monégasques présente dans cette chronique un hommage de M. Claude Passet, membre du Conseil d'administration de l'Académie des langues dialectales et membres du Comité des traditions.

Chère Paulette,

« Écrire la biographie d'une amie que l'on côtoie très souvent n'est pas chose facile. Je sais que tu n'aimerais pas être mise sur les autels, au milieu de pieux personnages de plâtre, suffocant sous les volutes âcres et généreuses d'un encensoir. Rassure-toi, je ne vais pas égratigner ta modestie.

Ton grand-père t'enseigna les premiers rudiments de la vraie vie d'a Roca : sa langue si riche, ses traditions, ses us et coutumes, ses personnages hauts en couleurs, bref l'âme du Rocher, comme seuls savent si bien le faire les grands-pères avec toute la patience et la tendresse requises.

Dans l'ombre bienveillante de Robert Boisson, de Jean-Louis Médecin, de René Novella et de ton cher cousin l'abbé Frolla, tu donnas beaucoup de ta personne au sein du Comité national des traditions monégasques, de même à la Commission pour la langue monégasque dont tu rédigeas avec grand soin les comptes-rendus de séance.

Membre fondateur et secrétaire général de l'Académie des langues dialectales, active vice-présidente, pendant des années tu organisas dix colloques de dialectologie et assuras la publication d'autant de volumes d'Actes.

Cette activité culturelle a été estimée de nos Princes : le Prince Rainier-III te fit rejoindre la cohorte des Chevaliers puis les Officiers de l'Ordre de Saint-Charles, et ceux du Mérite culturel. le prince Albert II te conféra la cravate de Commandeur du Mérite culturel. Active défenseur de la langue d'oc, Majoral du Félibrige, tu reçus la Cigale d'Or que porta le regretté Francis Gag, notre tanta Vitourina de la radio monégasque de notre jeunesse. Comme la cigale, tu chantas les louanges du monégasque et de la langue de Mistral. Mais un jour tu ressentis le besoin impérieux de retrouver l'atmosphère de ton enfance, de te replonger dans l'harmonie des sons et des mots pour recréer l'ambiance d'un passé où tout paraissait serein et lumineux, savoureux parfois, exquis toujours.

C'est ainsi que, comme la fourmi, tu engrangeas pour les générations futures de belles pages en monégasque dont certaines sont au programme scolaire et font toute ta fierté : quel écolier, bien campé sur ses petites jambes, n'a-t-il pas fièrement récité, devant ses parents attendris, cet exquis morceau Gatu, Gatin ? Il y a eu, en 1986, le premier recueil de poèmes, contes et théâtre, « Mèsccia », puis le second en 2012 « Antebrün ».

Elle fut la première femme président du Comité des traditions monégasques.
Elle fut la première femme président du Comité des traditions monégasques. Cyril Dodergny

La suite du direct