“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ce souterrain va changer la vie des Monégasques, la galerie creusée à la dynamite

Mis à jour le 23/01/2021 à 10:13 Publié le 23/01/2021 à 10:14
Explosion à la dynamite et déblaiement avec des engins: le quotidien pour creuser les 130 mètres de galeries.

Explosion à la dynamite et déblaiement avec des engins: le quotidien pour creuser les 130 mètres de galeries. Photo Cyril Dodergny

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Ce souterrain va changer la vie des Monégasques, la galerie creusée à la dynamite

L’axe souterrain et piéton permettra en 2023 de relier le haut du boulevard du Jardin exotique au quartier de Fontvieille. Pour l’heure, les tirs quotidiens s’enchaînent pour attaquer la roche

Le chantier peut sembler herculéen que de creuser une galerie souterraine pour relier deux quartiers. Mais en Principauté, rien n’est inenvisageable.

Depuis plusieurs semaines, les grandes manœuvres sont en cours pour percer une galerie piétonne, baptisée "Les Salines" qui reliera le haut du boulevard du Jardin exotique au quartier de Fontvieille.

Techniquement, le point de départ se fera depuis le grand parking de dissuasion en construction depuis 2017 face à l’entrée du Jardin exotique. De là, un ascenseur permettra de dévaler les 15 étages et de rejoindre la galerie souterraine, longue de 130 mètres qui débouche au bas de l’avenue Pasteur.

La promenade se poursuivra alors en extérieur, sur 200 mètres via des passerelles qui enjamberont les futurs équipements des îlots Rainier III et Pasteur pour rejoindre l’avenue de Fontvieille.

400 mètres de cheminement

Le parcours total à l’horizontal fera 400 mètres, "quasiment la distance à vol d’oiseau entre les deux quartiers" souligne Yannick Valet, directeur de projet aux Travaux publics. "C’est une nécessité pour rendre le parking d’entrée de ville efficace. Ces cheminements rendront l’accès facile pour les gens qui y stationneront".

Une déviation piétonne permettra aussi depuis cette galerie de rejoindre le parking du CHPG. Cet objectif pour l’heure, ne sera atteint que dans deux ans, à l’horizon 2023.

Actuellement, 60 mètres sur les 130 de la galerie sont déjà creusés. Grignotés quotidiennement dans la roche via des tirs de dynamite. "Nous sommes à mi-chemin, le bruit est très impressionnant mais nous avons choisi une technique pour éviter les vibrations", continue Yannick Valet. "Un tir quotidien permet d’avancer d’un mètre, plus on va avancer, plus on va s’éloigner des riverains".

La deuxième étape sera ensuite, depuis le nouveau parking du Jardin exotique, de creuser un puits à la verticale pour relier les deux axes et y loger deux ascenseurs et un escalier de service.

Une roche calcaire très compacte

Techniquement, ce sont les équipes d’Engeco qui pilotent le chantier, pas si simple. "Nous sommes face à une roche calcaire très compacte qui date du jurassique, plus résistante que le béton", détaille Mickael Spano, qui dirige les opérations.

L’affaire mobilise une dizaine de personnes sous l’œil d’une Sainte-Barbe placée à l’entrée du chantier. "C’est la Sainte Patronne des mineurs, elle est censée nous protéger, même si on compte surtout sur nos règles de sécurité".

Et un protocole bien rodé : appels à la corne de brume pour rappeler aux compagnons qu’il faut quitter les lieux avant les explosions et extracteur d’air pour rafraîchir la cavité et permettre le travail sereinement.

Si la boue et la poussière règnent encore dans les lieux, la direction des Travaux publics a déjà pensé à la décoration de la future galerie des Salines. Une dizaine de panneaux publicitaires numériques seront intégrés aux parois.

Ainsi que les céramiques d’animaux aquatiques de Roger Capron, imaginées pour le Larvotto en 1968. Démontées du quartier des plages, elles trouveront là, une deuxième jeunesse.

Dernier tir pour le futur grand parking du Jardin exotique

Un bruit étourdissant peu avant midi, jeudi, a secoué le quartier. Clap de fin pour le creusement du grand parking de dissuasion en cours de conception face au Jardin exotique.

Ce tir était le dernier d’une longue série (550 tirs au total depuis juillet 2018) pour creuser quinze niveaux de parking et envisager à terme, mi-2023, 1820 places pour filtrer la circulation à l’entrée Ouest de la Principauté.

Désormais, les équipes d’Engeco finalisent les terrassements jusqu’au niveau moins 15 pour démarrer ensuite le gros œuvre. Une pratique possible grâce à une dalle de transition coulée en premier lieu au niveau de la rue qui sert de base de vie à tout le chantier.

À terme, l’opération complexe abritera ce méga parking et en superstructure de trois niveaux pour loger des bureaux, et un cheminement piéton paysager. Au niveau de la rue, une gare routière sera installée dans le niveau zéro. Où les bus de tourisme et les lignes départementales pourront faire une halte. Ainsi que le terminus de la ligne 2 de la CAM.

L’arrêt de bus actuel sur le parvis du Jardin exotique devrait d’ailleurs disparaître définitivement d’ici à quelques semaines. Tout comme le grand pin parasol placé devant l’entrée du restaurant La Chaumière, qui sera sacrifié.

L’impressionnant trou pour loger les quinze niveaux de parking.
L’impressionnant trou pour loger les quinze niveaux de parking. Photo C. D.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.