“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco se dote d'une plateforme numérique pour contrôler les drones

Mis à jour le 04/06/2019 à 08:22 Publié le 04/06/2019 à 08:22
Pour l’usager, un système de notification accompagne la plateforme pour indiquer en temps réel des possibilités de vol.

Pour l’usager, un système de notification accompagne la plateforme pour indiquer en temps réel des possibilités de vol. Photo Michael Alési/Dir.Com.

Monaco se dote d'une plateforme numérique pour contrôler les drones

Avec FlySafe, le gouvernement veut veiller à la gestion des drones dans l’espace aérien, à l’aune d’un developpement de services rendus par ces aéronefs sans pilotes

Un drone décolle de l’héliport, largue un colis sur une barge placée à quelques centaines de mètres en mer et revient se poser à sa base de départ. Test réussi, hier après-midi pour la présentation de FlySafe, un nouvel outil numérique pour communiquer pendant toutes les phases d’un vol de drone en Principauté.

Le programme entre dans la volonté du pays de gérer le déplacement de ces aéronefs sans pilote dans le ciel monégasque. Principalement, car les drones sont amenés dans un futur proche, à opérer des livraisons par les airs, comme il en a été fait démonstration lors du salon Ever.

"C’est une innovation de pointe développée par la Principauté, un projet à la convergence de toutes les stratégies du gouvernement, attaché à la transformation numérique de notre écosystème", souligne Samy Touati, secrétaire général du département de l’Équipement, l’Environnement et l’Urbanisme pour décrire FlySafe. La technologie de drones fait partie de cette volonté. Une solution de mobilité urbaine innovante pour des services de livraison par exemple, non carbonés et non bruyants.

Éviter les collisions

Ainsi, le gouvernement s’est doté de FlySafe. Le nouveau système, éprouvé hier, pourra gérer la circulation d’aéronefs sans pilotes, après quelques derniers réglages juridiques et techniques. Il devrait être opérationnel dans quelques semaines.

"Monaco est un des plus petits territoires aériens au monde", précise Bruno Lassagne, directeur de l’aviation civile, "avec une densité complexe". En moyenne une centaine de mouvements d’hélicoptères sont effectués chaque jour. Et depuis 2015, entre 350 et 500 vols de drones par an. "Nous cherchons des solutions pour rendre compatibles ces deux types de circulation. Et ainsi éviter des collisions drone/hélicoptère".

La plateforme FlySafe informatise le traitement des vols de drone. Elle pourra codifier et sécuriser le dialogue entre les contrôleurs aériens et les télépilotes d’ici six à neuf mois. Et enfin trouver des solutions pour le contrôle aérien entre les drones et les hélicoptères. "C’est un système d’identification des drones autorisés, en aucun cas un système de détection. Pour l’heure nous sommes dans une démarche coopérative".

L’usager comme les autorités utiliseront l’outil numérique pour communiquer pendant toutes les phases d’un vol de drone.

En filigrane, ce système est aussi garant de sécurité pour Éviter les conflits, comme à l’aéroport londonien de Gatwick en décembre dernier où la suspicion d’un vol de drones au-dessus des pistes a paralysé le trafic aérien pendant près de 48 heures.

Nouvelle ère ?

"C’est plus qu’un système de gestion, ce programme pose les fondations d’une solution pour tous les milieux urbains saturés" commente Françoise Derout, présidente et co-fondatrice de Air Space Drone. La société française, basée dans les Bouches-du-Rhône, a été choisie comme alliée par le gouvernement pour développer ce programme. Spécialiste du trafic aérien à basse altitude, elle propose ainsi pour la première fois un tel portail pour un état.

"Nous inaugurons l’ère des services rendus par voie aérienne", continue Françoise Derout, "dans cinq ans, il nous faudra repenser tous les moyens de mobilité". C’est dans cette optique que se positionne la Principauté avec cette plateforme FlySafe. "Ce système a pour l’heure un impact marginal dans le quotidien des Monégasques", confirme Frédéric Genta, délégué interministériel à la transition numérique, "mais il sera important d’ici trois à cinq ans". D’ici là, le système aura été rodé !

Entre 300 et 500 vols de drones sont recensés par an dans le pays. Avec le développement de cette technologie, notamment pour la livraison, un système de surveillance était nécessaire.
Entre 300 et 500 vols de drones sont recensés par an dans le pays. Avec le développement de cette technologie, notamment pour la livraison, un système de surveillance était nécessaire. Photo Michael Alési/Dir.Com.
Sur le programme FlySafe, la cartographie permet de repérer les drones en action, pour surveiller, sécuriser et exploiter l’espace aérien national. Mais aussi de pouvoir échanger avec les équipes de l’espace aérien français pour interagir en direct lors du déplacement d’un aéronef sans pilote.
Sur le programme FlySafe, la cartographie permet de repérer les drones en action, pour surveiller, sécuriser et exploiter l’espace aérien national. Mais aussi de pouvoir échanger avec les équipes de l’espace aérien français pour interagir en direct lors du déplacement d’un aéronef sans pilote. Photo Michael Alési/Dir.Com.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct