“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Coronavirus: un deuxième cas suspect détecté à Monaco après l'hospitalisation d'une Italienne

Mis à jour le 25/02/2020 à 14:49 Publié le 24/02/2020 à 22:20
Au CHPG, une chambre est dédiée au confinement.

Au CHPG, une chambre est dédiée au confinement. Photo Manuel Vitali/ Dir.Com.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Coronavirus: un deuxième cas suspect détecté à Monaco après l'hospitalisation d'une Italienne

Deux malades, dont une Italienne, ont été admises lundi au Centre hospitalier Princesse-Grace. Des tests ont été pratiqués et envoyés à Marseille. Les résultats sont attendus ce mardi.

Deux femmes ont été hospitalisées, lundi.  L’une a été prise en charge dans l’après-midi par les pompiers de Monaco et admise au CHPG. En réponse à la description de ses symptômes, le protocole défini par le gouvernement dans le cadre du coronavirus a été déclenché.

Un couple d’Italiens s’est également présenté aux urgences. L’épouse devait passer la nuit à l’hôpital.

Des analyses ont été pratiquées sur les deux dames et aussitôt envoyées à Marseille. Les résultats sont attendus mardi, dans la journée.

"Une chambre est dédiée au CHPG pour accueillir et soigner un patient le cas échéant", expliquait dès lundi matin Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement-ministre en charge des Affaires sociales et de la Santé.

Mille masques vendus chez Brico pro

Avec 8,4 % des salariés de Monaco qui habitent l’Italie, soit quelque 6 000 personnes, et une population locale très internationale, les risques de propagation du virus en Principauté sont certainement infimes mais peut-être supérieurs à une ville française de 30 000 habitants. Et c’est certainement en considérant nos liens et nos échanges constants entre les Transalpins, et puisque les frontières ne sont pas fermées, que le département voisin et la Principauté ont constaté une inquiétude grandissante de la population locale.

Dans la seule journée d’hier, plus de mille masques ont été vendus chez Brico Pro, à Fontvieille.

"La vente des masques a démarré il y a une quinzaine de jours, explique Rodolphe Berlin, président délégué de l’enseigne. Nous en avons vendu un millier. Mais ce lundi, plus de mille masques sont partis entre l’ouverture du magasin à 7h30 et le milieu d’après-midi! C’est la razzia. Les gens s’inquiètent. Nous allons tenter, en urgence, de nous réapprovisionner en masques FFP2, les plus protecteurs [vendus 2,40 euros, ndlr]. Mais nous ne savons pas quand nous les recevrons. Ceux qui viennent de Chine sont bloqués dans les bateaux. Et les produits français sont d’abord dédiés aux institutions publiques. Je m’étonne par contre que les gens ne prennent pas les gants jetables qui sont un complément indispensable."

Déconseillé d’aller en Chine et en Asie du Sud-Est

Didier Gamerdinger précise, quant à lui: "Le gouvernement est évidemment attentif à la situation, comme depuis le 28 janvier, date à laquelle nous avons organisé une première réunion avec les pompiers, le CHPG, les urgences du CHPG et la DASS pour arrêter un protocole. Tout de suite, nous avons déconseillé aux résidents de partir en Chine ou en Asie du Sud-Est. Nous nous tenons extrêmement informés sur l’évolution, notamment auprès de l’Agence régionale de santé Paca Corse pour nous caler sur les préconisations. Nous avons deux représentants de l’État qui ont participé à la réunion programmée par le préfet des Alpes-Maritimes ce lundi. Nous suivons également les informations de l’Organisation mondiale de la santé."

Le gouvernement insiste donc sur les mesures-barrières classiques: se laver souvent les mains, éviter les contacts trop étroits, porter un masque en cas de doute.

Bonne nouvelle: "Il semblerait que le virus soit sensible à la température. Le climat est donc un point positif", souligne Didier Gamerdinger. De quoi se réjouir soudain de cet hiver trop doux…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.