“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La vente aux enchères du terrain de la Crémaillère à Beausoleil annulée

Mis à jour le 04/06/2021 à 12:38 Publié le 04/06/2021 à 12:37
Sur le terrain de la Crémaillère, seul un des six bâtiments prévus [316 appartements] avait commencé à être construit.

Sur le terrain de la Crémaillère, seul un des six bâtiments prévus [316 appartements] avait commencé à être construit. Photo Sébastien Botella

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

La vente aux enchères du terrain de la Crémaillère à Beausoleil annulée

Le 26 mai dernier, nous vous contions l’histoire tumultueuse du terrain de la Crémaillère, niché à Beausoleil et propriété depuis moult décennies de la SCI Jasmin, devenue en 2012 SCI Over Monte Carlo.

Foncier stratégique de 6.935 m² à la lisière de la Principauté, et dans l’axe du Casino de Monte-Carlo, il devait faire l’objet d’une vente par adjudication, le 27 mai au palais de justice de Nice.

En clair, il s’agit là d’une vente aux enchères avec une mise à prix fixée à 10 millions d’euros.

Celle-ci était initiée par la Satri, filiale du groupe Marzocco, qui réclame depuis des années que des études, commandées par Over Monte Carlo, leur soit payées. D’autres créanciers s’étaient joints à la démarche.

Finalement, la vente aux enchères n’a pas pu être ordonnée, après une décision du juge de l’exécution du tribunal judiciaire de Nice.

Une source proche du dossier nous explique les raisons : "La veille au soir de la vente aux enchères, le débiteur saisi [Over Monte Carlo, ndlr] a déposé des conclusions soulevant une série de nullités. Il a été débouté pour la plupart, sauf pour celle concernant le commandement aux fins de saisie-vente. L’une des cinq parcelles était mal renseignée. Le juge n’a pas voulu prendre de risque d’ordonner la vente et a déclaré le commandement caduc."

On ignore, pour l’heure, la position qu’adopteront la Satri et les autres créanciers sur cette décision.

Nul doute, en tout cas, que les litiges autour de ce terrain convoité se poursuivront encore quelques années.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.