“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"Il faut à tout prix éviter les faillites en chaîne", selon l'économiste et académicien monégasque Pierre-André Chiappori

Mis à jour le 13/05/2020 à 08:38 Publié le 12/05/2020 à 18:28
Pierre-André Chiappori.

Pierre-André Chiappori. DR

Monaco-matin, source d'infos de qualité

"Il faut à tout prix éviter les faillites en chaîne", selon l'économiste et académicien monégasque Pierre-André Chiappori

Pierre-André Chiappori, économiste monégasque et académicien livre sa vision sur la situation provoquée par le virus Covid-19 et le schéma inédit qu’il dessine pour les crises économiques

Il avait rejoint en janvier 2019 le cercle des Immortels de l’Institut de France, élu comme membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Une distinction singulière à laquelle l’économiste monégasque Pierre-André Chiappori ajoute sa nomination ces jours-ci à l’ American Academy of Arts and Sciences, prestigieuse institution américaine.

Pour l’économiste installé aux États-Unis, membre de la prestigieuse université de Columbia à New York et parmi les plus reconnus de sa discipline dans le monde, cette nouvelle distinction lui confère la qualité d’Immortel des deux côtés de l’Atlantique.

Parmi les nouveaux promus de l’académie américaine des physiciens, des biologistes… mais aussi la chanteuse Joan Baez. Preuve que le spectre est large de cette institution consultées régulièrement sur divers sujets. Notamment pour les questions économiques, qui jalonnent la carrière de Pierre-André Chiappori et qui livre ses réflexions face à la crise du Covid-19 qu’il observe depuis Paris, où il s’est retrouvé confiné au gré d’un déplacement professionnel.

"le choc est énorme"

Quel regard l'économiste que vous êtes porte sur la situation actuelle mondiale ?
C’est une situation complètement neuve. Nous avons eu des crises économiques par le passé, en général, liées à un problème très sérieux au niveau du système bancaire. Là, l'économie ne s’est pas retrouvée dans une situation où elle ne marchait pas. C’est un choc extérieur qui a arrêté l'économie, qui a du être placée en coma artificiel, de la même manière que certains patients atteints par le Covid. A priori, le choc est énorme. Les taux de chômage actuels aux États-Unis dépassent de loin ceux de la crise de 2008. Ils atteignent des niveaux qui n'avaient plus été observés depuis la Grande Dépression.

Quelles sont les décisions qui vous semblent primordiales ?
Quand on arrivera à juguler la pandémie, l’économie, tôt ou tard, reprendra. Mais ce que l’on va faire pendant cette pandémie est extraordinairement important. Une chose qu’il faut à tout prix éviter, ce sont les faillites en chaîne d’entreprises. Il y a énormément de capital dans la création d’une entreprise. Une faillite est extrêmement dure, car reconstituer une entreprise c’est coûteux et ça prend du temps. C’est pourquoi tous les économistes sont favorables aux mesures prises par les gouvernements. Même si elles impliquent d'être sur une corde raide entre le besoin de conserver assez longtemps ces aides et les relâcher assez tôt pour que l’État ne soit pas en difficulté financière. Pour le moment, sur ce domaine, la France se débrouille plutôt bien. Par ailleurs, je suis extrêmement inquiet pour les États-Unis.

"Les États-Unis semblent comme un bateau ivre"

Vous êtes un expert des schémas américains, qu’est-ce qui vous inquiète pour ce pays ?
Les États-Unis semblent comme un bateau ivre, sans direction au niveau fédéral. Dieu merci, la structure décentralisée est utile, car dans certains états, les gouverneurs ont pris de bonnes mesures. Mais l’aide aux entreprises apparemment à du mal à être distribuée et le système social est extrêmement inefficace. Des gens qui se sont retrouvés au chômage suite à la faillite de leur entreprise ont perdu leur assurance maladie. Un mécanisme d’une absurdité totale qui, dans une pandémie, prive une partie de la population de couverture médicale.

L’autre principale inquiétude, qui n’est pas encore trop apparente est que les recettes des états sont entrain de se tarir et leurs dépenses explosent. Certains vont se retrouver en situation de faillite, ce qui leur est interdit constitutionnellement. Si le gouvernement n’intervient pas pour aider les états, nous allons entrer dans une spirale infernale pour des états à court de moyens qui vont devoir licencier des policiers, des pompiers, des gens dans le secteur médical… ce dont on a le plus besoin actuellement ! À cette situation, s’ajoute une tension politique énorme car certains Républicains sont réticents vis-à-vis d’une aide qui irait en partie à des états Démocrates.

Beaucoup se prennent à rêver d’un avenir meilleur pour le jour d’après. Mais ce jour d’après, concrètement, ne va-t-il pas d’abord creuser les inégalités dans la société ?
Ces inégalités nous les voyons déjà très clairement se creuser en Amérique. A Chicago, une ville que je connais bien pour y avoir enseigné sept ans, la probabilité de mourir du Coronavirus est cinq fois plus élevée pour les Noirs que pour les Blancs. Ce n’est pas une discrimination raciale, mais une somme d’inégalités qui font que les Noirs ont des revenus plus bas et des comorbidités qui rendent plus vulnérables face à la maladie. Autre inégalité que je peux relever, celle de l’arrêt des écoles. Deux mois d’arrêt, c’est tout à fait acceptable. Si cela devait se prolonger ce serait catastrophique. L’école est un moyen de redistribution sociale et de mouvement le long de cette échelle sociale qui est totalement irremplaçable.

La sortie de crise verra-t-elle une prise de conscience des enjeux écologiques ?
J’aimerais que ce soit vrai - que nous ayons pris conscience de la fragilité de la planète et une fois la pandémie vaincue, nous nous attaquions aux problèmes du réchauffement climatique, mais hélas je n’y crois pas du tout. Nous sommes dans une situation exceptionnelle, les gens ont fait preuve de trésors d’abnégation et de solidarité, ça ne durera pas. Si on leur dit : il faut à nouveau fournir des efforts, mais dont on ne touchera les bénéfices que dans 80 ans, j’ai beaucoup de peine à croire que les gens seront enthousiastes.

"tout le monde sait que la pandémie n’est pas terminée"

Face à cette situation, la consommation des ménages sera plus mesurée ?
A moyen terme, les gens vont moins consommer dans les mois qui viennent au regard de toutes les incertitudes autour de cette pandémie. On déconfine car nous sommes sortis de la phase la plus aiguë et que l’économie nous y oblige. Mais tout le monde sait que la pandémie n’est pas terminée. Nous n’avons ni vaccin, ni traitement. À cause de ces incertitudes, pas seulement les ménages, mais les entreprises aussi vont être très prudentes sur leurs investissements. Comment va-t-on remonter la pente ? Rapidement, ou sur plusieurs années ? Personne n’en sait rien… Il y aura une reprise bien sûr, mais avec des cicatrices liées aux faillites. Et puis la dette des états va gonfler. Cela étant, vu les taux d’intérêt actuels, le coût de service de la dette n’est pas une préoccupation immédiate, même s’il fait être prudent. La priorité numéro 1 c’est la pandémie. Le fait qu’un état s’endette pour lutter contre la pandémie, c’est ce qu’il peut faire de mieux.

L’Institut de France, en sa qualité de sachant sur diverses questions a-t-il été consulté par les autorités françaises pour l’aiguillier dans la gestion de cette crise ?
Nous sommes consultés individuellement, mais nous n’avons pas reçu de demande officielle pour rédiger un rapport. Ce qui serait compliqué d’ailleurs, car l’Institut de France a arrêté de fonctionner depuis le début de la crise alors que nous nous réunissions régulièrement. Les moyens de communication à distance existent mais il nous faudra encore un peu de temps pour les mettre en place à l’Institut de façon universelle. La Coupole actuellement n’est pas encore le sommet du high-tech (sourire).

"Le rôle des experts ce n’est pas de mentir au public"

Que vous inspire la situation de la Principauté, qui devrait avoir un déficit de plus de 500 millions d’euros dans son budget d’ordinaire excédentaire ?
Je n’ai aucune inquiétude. L’économie a subi un choc extérieur d’une extrême violence, c’est à l’État de faire face. Dans le cas de Monaco, le déficit n’a aucun caractère de gravité lorsqu’il est accidentel car nous avons un fond de réserve, issu d’excédents budgétaires passés, qui sert exactement à cela. Que le budget de l’État de la Principauté soit en déficit, je dirais que c’est une bonne nouvelle, ça veut dire que les autorités font ce qu’il faut.

Quels enseignements tirez-vous de cette crise ?
Le principal, en ce qui concerne la France, c’est un contraste entre l’extraordinaire compétence et dévouement du personnel soignant, qui a su réagir à l’imprévu, et l’extraordinaire inefficacité de la bureaucratie du ministère de la Santé. L’inefficacité des gouvernements passés qui ont réussi à faire fondre un stock de masques et celle du gouvernement présent qui n’a pas réussi à en obtenir. J’espère qu’il y aura une analyse précise de ce qui n’a pas marché. J’ai aussi été ébahi de la comédie que nous avons eue pour les masques, et choqué d’entendre des experts médicaux, sur une grande chaîne publique, dire que les masques ne sont pas nécessaires, en sachant que c’est faux, et ce simplement parce qu’il y avait pénurie. Pour moi c’est une trahison ! Le rôle des experts ce n’est pas de mentir au public. Ce que je vois venir dans certains pays, et qui m’inquiète, c’est une méfiance vis-à-vis des experts, qui est très forte d’ailleurs aux États-Unis. On risque d’aboutir à ce que les gens ne les écoutent plus. Et on voit avec l’administration Trump à quel point ce peut être catastrophique.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.