Rubriques




Se connecter à

Pour la Journée internationale du droit des femmes, Monaco dévoile une œuvre collective en collaboration avec l’artiste Mr OneTeas

À l’initiative du Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes, une œuvre collective incitant les mentalités à évoluer a été dévoilée ce mardi au Musée océanographique.

Thomas MICHEL Publié le 09/03/2022 à 10:52, mis à jour le 09/03/2022 à 10:52
La princesse Stéphanie et le prince Albert II ont dévoilé l’œuvre collective sublimée par l’artiste Anthony Alberti, alias Mr OneTeas. Photo Jean-François Ottonello

Ce mardi matin, comme chaque 8 mars, une rose offerte par le prince Albert II attendait chaque employée du Palais princier. Et parce que le cumul de petites attentions forme le ciment de grandes ambitions, ce mardi soir au Musée océanographique, une œuvre collective était dévoilée pour célébrer la Journée internationale des droits des femmes.

À la baguette, l’artiste Anthony Alberti, alias Mr OneTeas. Ses muses? 100 personnalités et ‘‘anonymes’’ de la Principauté invités ces derniers jours à saisir une bombe de peinture et des pochoirs, pour peindre de petits tableaux rehaussés de mots qu’ils espèrent d’avenir: "égalité", "écologie", "Unité", "Liberté", "Sororité", "Droits", "Femmes"... Ne restait plus que la touche finale de l’artiste.

Initialement, c’est à Dubaï, depuis le site de l’Exposition universelle, que la toile aurait dû se dessiner. L’objectif était alors de mêler deux défis d’aujourd’hui et demain: l’égalité femme-homme et la protection des océans. OneTeas de représenter une femme forte, Wonder Woman, en porteuse d’eau tel le symbole du verseau, au recto de son tableau. Des couches de vernis blanc et noir venant conclure l’assemblage et lui offrir son relief, pour happer l’œil et, surtout, les consciences.

"Pour un avenir plus égalitaire, plus durable"

À peine dévoilée hier, l’œuvre avait des clients. Mais un autre dessein. "Certains voudraient l’acheter mais elle a été offerte au Prince et la princesse Stéphanie a émis le souhait qu’elle reste bien visible." Chacun pourra alors juger de la pluralité de combats derrière celui de l’égalité femme-homme, promue par le gouvernement princier et le Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes mené par Céline Cottalorda. "C’est une œuvre collective pour rappeler que, tous ensemble, nous pouvons apporter notre petite pierre à l’édifice pour faire évoluer les mentalités pour un avenir plus égalitaire et plus durable."

 

"L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire", avait auparavant souhaité Isabelle Berro-Amadeï, citant le philosophe Henri Bergson. Le conseiller de gouvernement-ministre des Relations extérieures et de la Coopération rappelant l’engagement international de la Principauté, notamment auprès de l’ONU, pour promouvoir l’égalité femme-homme.

Une cause indissociable de la défense des Droits de l’Homme et de l’environnement. La reconnaissance récente et inédite de l’ONU du droit à un environnement "sûr, propre, sain et durable" étant ainsi soulignée par Mme Berro-Amadeï. "Cet environnement nous le partageons, et sa détérioration a des conséquences directes sur la vie économique et sociale des femmes. Les femmes dont les plus vulnérables sont encore totalement dépendantes des ressources naturelles."

À l’heure de formuler leurs espoirs, beaucoup des contributeurs de cette œuvre avaient également des pensées pour l’Ukraine. Ainsi, sur la gauche de l’œuvre, on notera deux mains enlacées sur fond jaune et bleu et ce mot: "Futur".

L’œuvre de la princesse Stéphanie quelques heures à peine après le début de l’invasion russe, qui botte femmes et enfants hors de leurs terres au mépris de leurs droits.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.