La productrice Emanuela Spinetta invitée du Monaco Press Club pour une masterclass sur son métier

Invitée du Monaco Press Club, Emanuela Spinetta, qui réside en Principauté, a expliqué comment elle produit films, séries et émissions pour la télévision depuis plus de trente ans.

Article réservé aux abonnés
CEDRIC VERANY Publié le 21/11/2022 à 14:00, mis à jour le 21/11/2022 à 14:02
Sur la scène du théâtre des Muses, Emanuela Spinetta a raconté son expérience aux membres du Monaco Press Club. Photo WSM/Colman

Elle est une femme de l’ombre du petit écran. De Monaco où elle réside depuis plus de quarante ans, Emanuela Spinetta est une productrice qui conçoit, lance et fait vivre des programmes pour la télévision.

Avec la société qu’elle a créée en 2017, Emotions P&C, elle conseille des distributeurs pour de grandes coproductions internationales. Et c’est son quotidien professionnel qu’elle a partagé avec les membres du Monaco Press Club dont elle était l’invitée.

"Créer une œuvre qui va plaire au public"

Une trajectoire professionnelle démarrée presque par hasard, en Principauté, il y a quelques décennies. "À l’époque j’étais étudiante en lettres et histoire du cinéma. Mais je donnais aussi des cours d’italien en Principauté. Une de mes élèves était l’épouse du directeur de l’époque du Loews (aujourd’hui Fairmont) et l’hôtel hébergeait un grand congrès du marché de la télévision. Cette année-là, une chaîne italienne a eu besoin d’aide sur son stand. J’ai découvert alors ce qu’il y avait derrière l’écran, un monde incroyable : des producteurs, des distributeurs, des chaînes, un vrai marché. Je me suis dit tout de suite que c’était ça que je voulais faire de ma vie".

Emanuela Spinetta convainc alors la seule société de distributions de films du pays de lui donner sa chance. "Je n’ai pas envoyé de CV car je n’avais rien à mettre dessus comme expérience", sourit-elle. Mais elle obtient un premier poste, qui lui sert de tremplin quand une société de production australienne dans les années 1990, ouvre son siège social européen à Monaco. Et entend vendre ses formats dans toute l’Europe. La compagnie confie alors à sa recrue italienne d’aller taper aux portes des chaînes de toute l’Europe pour commercialiser divers programmes et trouver comment les produire.

"Le producteur doit trouver les meilleurs professionnels pour créer une œuvre qui va plaire au public. On a l’idée, on cherche des auteurs, des réalisateurs, une équipe de production. C’est l’étape de pré-production. Un moment très délicat où il faut être attentif car une bonne pré-production permet de créer tout un programme. Puis viennent ensuite la production et la post-production, sauf si c’est du direct. Le plus important ensuite, ce sont les audiences. Et cela permet si ça a moyennement ou bien marché de vendre le programme".

 

"Ne jamais trahir le téléspectateur"

Dans son catalogue, Emanuela Spinetta a implanté plusieurs formules à succès dans des pays d’Europe. Elle cite volontiers le télécrochet britannique X Factor qu’elle a adapté pour l’Italie avec succès. Ou le karaoké de stars La fureur du samedi soir, imaginé dans les années 1990 par l’animateur Arthur un soir de Saint-Sylvestre sur TF1 et devenu un concept porteur dans plusieurs pays d’Europe et au Québec.

"Il n’y a aucune recette qui garantit le succès et la longévité d’un programme. Ce qui compte c’est qu’il soit bien écrit, bien structuré, avec un animateur bien choisi car il entre dans le foyer et les habitudes des gens".

Dans un panorama médiatique qui évolue, Emanuela Spinetta s’est aussi frottée à la production de films et de séries. L’une d’entre elles est diffusée en Italie depuis plus de vingt ans. Là encore, la longévité n’est jamais acquise.

"Certaines séries comme Neighbours en Australie avec 9.000 épisodes ou Plus Belle La Vie et ces plus de 3.000 ont eu cette longévité car il s’agit toujours de maintenir les éléments essentiels: ne jamais trahir le téléspectateur, lui laisser l’essence de la série et renouveler avec les auteurs les idées pour lui donner de la fraîcheur".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.