Comment le groupe Vinci s'est engagé dans le World Clean Up Day dans le Var

Sur un kilomètre, les employés volontaires du groupe Vinci ont ramassé une centaine de kilos de déchets à Tourves. Une action menée dans l’espoir d’éveiller les consciences.

B. G.-C. Publié le 16/09/2022 à 12:40, mis à jour le 16/09/2022 à 17:15
La cuve emplie de déchets a nécessité de gros efforts. Photos B. C.-G.

Vingt-cinq tonnes de déchets sauvages sont ramassées chaque jour le long des autoroutes. Environ cent mégots sont jetés par kilomètre et par sens de circulation tous les jours. Partant de ce constat, la fondation Vinci autoroutes a souhaité s’inscrire dans le World Clean Up Day avec l’espoir d’éveiller les consciences pour faire changer les comportements.

100 kg en 1h30

Suite à la construction d’une aire de poids lourds de 7 hectares en bordure d’autoroute, impactant treize espèces de faune et flore protégées dont le lézard ocellé et la luzerne agglomérée, deux zones compensatoires de 14 hectares à Cambarette et 8 hectares à Pifforan ont été créées.

Jeudi matin, sur cette première zone, dix-sept employés volontaires dont le chef de district Provence Côte d’Azur, Mickaël Mahler, se sont mobilisés pour effectuer un grand ramassage. Accompagnés par Jonathan Vidal, technicien du Conservatoire d’espace naturel Paca (CEN), structure devant gérer le site pendant 30 ans, ils ont collecté en une heure et demie, 100 kg d’ordures sur moins d’un kilomètre et une citerne remplie de déchets.

À leur arrivée, le constat était effarant: canettes, bouteilles en verre, ferraille, vêtements, polystyrène jonchaient la bordure d’autoroute. Une citerne avait quant à elle été volontairement jetée dans un fossé difficile d’accès.

 

Les missions de la fondation

Les volontaires ont profité de l’occasion pour rappeler la mission de la fondation: éveiller chacun à sa responsabilité sur la route et mener des actions pour favoriser l’attention aux autres et le respect de l’environnement. Un rôle qui prend diverses formes, dont celle de l’opération #StopMégots.

Cette matinée a été l’occasion de découvrir le travail mis en place par le CEN, notamment l’installation de nichoirs, la création de points d’eau, la confection de gîtes à lézards ou encore l’amassage de branches mortes pour la ponte des couleuvres.

Après une heure et demie de ramassage. Le résultat est accablant. Photo DR.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.