“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les Nuits du Sud reviennent cet été à Vence, voici l'affiche de la soirée d'ouverture

Mis à jour le 27/05/2021 à 19:41 Publié le 27/05/2021 à 19:40
Martin Solveig.

Martin Solveig. Photo Dylan Meiffret

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Les Nuits du Sud reviennent cet été à Vence, voici l'affiche de la soirée d'ouverture

Le festival vençois promet que 2021 ne sera pas une édition au rabais, malgré les nombreuses contraintes. L’affiche de la soirée d’ouverture vient d’être annoncée, la suite arrivera bientôt.

Un été sans Nuits du Sud, ça n’a pas vraiment la même saveur.

Entre les terrasses des restos de la place du Grand-Jardin, les gamins se courant après pendant que les grands voyagent avec les oreilles et se mettent à danser sans pouvoir s’arrêter.

Du jeudi au dimanche, entre le 8 et le 18 juillet, le public pourra renouer avec ces sensations. Certes, les masques jetables et la distance un peu plus grande entre les corps gâcheront un peu le tableau. Mais Téo Saavedra, le boss du festival, veut voir le verre à moitié plein, sans trop avoir à se forcer.

"Parfois, on a des doutes quand on fait une programmation. Cette fois, c’est encore plus compliqué, parce que beaucoup d’artistes d’Amérique latine ne pourront pas jouer en France. Mais je peux vous promettre que celle de cette année ne fera pas pâle figure par rapport aux précédentes. Il y aura des découvertes et de belles surprises."

Pour appuyer son propos, le Chilien a tenu à dévoiler l’affiche de la première soirée des Nuits du Sud, avant de dérouler le reste du "menu" le 4 juin.

Un as des dancefloor et un roi de la rumba

Fidèle à son esprit cosmopolite et défricheur, le festival ira lorgner du côté du Congo en invitant Sam Mangwana.

Passé par Vence en 2004 et désormais âgé de 76 ans, celui-ci y fera son retour dans le costume d’une légende de la rumba. Inspiré par les sonorités afro-cubaines, Mangwana a longtemps œuvré aux côtés de Tabu Ley Rochereau, autre légende congolaise et papa du rappeur Youssoupha.

Lors de la soirée du 8 juillet, le public aura vraiment l’occasion de se déhancher. Après Sam Mangwana, il retrouvera Martin Solveig.

Résident du Pacha, à Ibiza, le DJ français avait empilé les hits grand public dans les années 2000 (Hello, Madan, Rejection, etc.) avant de trouver sa vitesse de croisière sur les scènes et les clubs du monde entier.

De l’incertitude, mais aussi de l’espoir

Avant l’épidémie de Covid, les Nuits du Sud pouvaient monter jusqu’à 9.000 spectateurs par soir. Suspendu à une décision préfectorale, Téo Saavedra ne sait pas encore quelle sera la jauge maximale pour cette édition.

"Elle sera sans doute bien inférieure aux années précédentes, mais c’est encore incertain." Il imagine en revanche un équilibre entre "40% de personnes assises et 60% debout".

En attendant, le directeur de l’événement, qui connaîtra sa vingt-quatrième édition, a pu constater l’envie de live de nombreux habitués.

"Nous recevons beaucoup de demandes, par mail ou par téléphone. C’est encourageant. Tout comme la volonté de la Ville de Vence de nous assurer d’un soutien important, afin que la qualité du festival ne baisse pas malgré les circonstances."

La billetterie sera ouverte en ligne (nuitsdusud.com) dès le 4 juin. Chaque date mettra en lumière deux artistes confirmés. Et plusieurs soirées seront gratifiées d’un "bonus", avec un set assuré par des musiciens émergents, repérés grâce au tremplin Talents Nuits du Sud.

Tarifs: préventes 20€, normal 30€, réduit 25€, gratuit pour les moins de 10 ans.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.