Rubriques




Se connecter à

Procès Pastor: la réclusion criminelle à perpétuité de nouveau requise contre Wojciech Janoswki

Au terme de six heures de réquisitoire, l’avocat général, Pierre Cortès, a réclamé ce mardi la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans, envers Wojciech Janowski, le gendre de la milliardaire Hélène Pastor. Et ce pour l’assassinat de la Monégasque et de son chauffeur, Mohamed Darwich, le 6 mai 2014.

Grégory Leclerc Publié le 09/11/2021 à 16:56, mis à jour le 09/11/2021 à 18:04
Pierre Cortès, avocat général. Photo G. L

En 2018, en première instance, le commanditaire présumé avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. "J’ai une boussole c’est le verdict de la cour d’assises de première instance", a expliqué l’avocat général.

Contre ceux qu’il a appelés les "bras cassés", Samine Saïd Ahmed, le tireur, et Al-Haïr Hamadi, le guetteur, Pierre Cortès a requis la réclusion criminelle à perpétuité, comme en première instance.

À l’encontre du coach sportif, Pascal Dauriac, il a requis 30 ans, comme en 2018.

À l’encontre de Omer Lohore, un proche du guetteur, acquitté en 2018, l’avocat général a requis huit ans d’emprisonnement, comme en première instance.

 

Avec une précision d’horloger, Pierre Cortès a démonté durant son réquisitoire le mécanisme implacable, l’engrenage ayant amené au double crime. "L’argent ne protège pas du malheur et il est en parfois l’artisan", a-t-il résumé.

L’avocat général a d’abord salué "une enquête remarquable qui a donné suite à une instruction brillante. Si complexité, il y a à vos yeux, a-t-il argumenté en regardant les jurés, c’est parce qu’il y a eu ces revirements, ces hésitations, ces psalmodies. Mais il n’y a plus, ou presque plus, dans ce dossier, de zones d’ombre."

Un joueur d’échecs

Il a décrit Wojciech Janowski comme un "joueur d’échecs". "Vous êtes un joueur d’échecs, vous avez voulu prendre la reine et vous avez pour cela sacrifié un pion (ndlr: en référence à Mohamed Darwich)." Il évoque un homme "enfermé dans ses propres contradictions, dans une double défense".

Le mobile? Janowski aurait redouté que sa compagne, Sylvia Ratkoswki-Pastor, ne décède des suites du cancer qui l’affectait. Le Polonais, qui n’était pas en odeur de sainteté auprès de la famille Pastor, craignait, selon l’avocat général, que sa belle-mère, qui lui vouait une défiance de longue date, ne le mette à la porte.

Poursuivant son raisonnement, Pierre Cortès estime qu’il se serait ainsi retrouvé privé de la possibilité de "siphonner" les comptes de son ex-compagne. Pour mémoire, l’avocat général rappelle que sur 9 millions versés par Hélène Pastor à sa fille en dix-huit mois, Janowski se serait approprié 7,5 millions d’euros. Sylvia Ratkowski-Pastor lui signait en toute confiance des chèques en blanc.

 

Janowski aurait même envisagé, dans un second temps, de faire assassiner Gildo Pallanca Pastor. "On parle de crimes en série quand il y a trois meurtres ou trois assassinats, on a failli y arriver, il s’en est fallu de peu", a soutenu Pierre Cortès. L’heure a sonné pour les accusés dans cette cour d’assises d’appel des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence. Place désormais à la défense puis au verdict en fin de semaine ou début de semaine prochaine.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.