“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pas banal... Un piéton dégrade une voiture et frappe son conducteur à Monaco

Mis à jour le 01/07/2019 à 09:13 Publié le 01/07/2019 à 09:15
Le palais de justice de Monaco

Le palais de justice de Monaco Photo Cyril Dodergny

Pas banal... Un piéton dégrade une voiture et frappe son conducteur à Monaco

Chaque affaire sur la sécurité routière abordée au tribunal correctionnel de Monaco, concentre habituellement le débat sur un automobiliste imprudent et un piéton victime d’un accident. Mais cette fois, l’exception vient confirmer la règle.

Une querelle a opposé un conducteur qui roulait sur le boulevard de Belgique: la victime. Et un père de famille qui voulait traverser la voie au niveau du rond-point Bosio: le prévenu.

Un piéton pas si irréprochable qu’il y paraît. Le 11 novembre dernier, vers 18 heures, il a porté plusieurs coups de poing à un résident monégasque et dégradé son véhicule. Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle lui demande de venir à la barre pour s’expliquer: "Pourquoi cette agression? Cela s’est passé comment? C’est rare qu’une personne au volant reçoive un projectile. Puis il vous a vu courir vers lui. Aux insultes et menaces vous avez joint des coups en pleine figure. Résultat: un jour d’ITT."

1.377 € de dégâts

Cet électricien de 33 ans, assez autoritaire, raconte son intention de traverser la rue avec sa famille. "Comme il y avait des travaux, aucune matérialisation du passage protégé apparaissait sur la chaussée. Quand j’ai vu arriver la voiture sur moi, j’ai eu peur. Je lui ai porté des coups et je l’ai traité de tous les noms. Il a aussitôt appelé la police…"

Ces explications et justifications sont tout simplement burlesques pour le demandeur. "Cette personne que je n’avais jamais vue, précise-t-il, est entrée de force dans mon véhicule, et il m’a asséné plusieurs coups." Le magistrat regrette qu’aucune photo ne figure au dossier et que les caméras de la ville ne fonctionnaient pas.

Le plaignant veut dissiper toutes craintes, appréhensions, scrupules afin d’alléger de possibles conséquences. "Je n’ai aucune raison d’accélérer quand des piétons traversent. Même avec une chaussée refaite à neuf. Mon agresseur a également lancé son parapluie sur l’aile arrière et cassé le rétroviseur. Je demande le paiement des réparations: 1.377 €."

De tels faits sont-ils le reflet de la société moderne? Ce sera la toile de fond des réquisitions du procureur Alexia Brianti. "Le prévenu a eu peur pour ses enfants. Mais même en observant une conduite inadaptée, il ne doit pas envoyer le parapluie sur la voiture et porter des coups. Car il n’y avait pas de légitime défense. Vous prononcerez une peine d’amende de 2.000 €."

Le tribunal réduira l’amende à 500 € et octroiera à la partie civile les 1.377 € réclamés pour les réparations du véhicule.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.