“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Valère Germain interviewé par des élèves de primaire

Mis à jour le 07/10/2016 à 05:12 Publié le 07/10/2016 à 05:12
Pendant et après l'interview, joueur et enfants ont partagé une belle complicité hier.

Pendant et après l'interview, joueur et enfants ont partagé une belle complicité hier. Michaël Alési

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Valère Germain interviewé par des élèves de primaire

Partenaire de la direction de l'Éducation nationale, l'ASM participe cette saison à des opérations pédagogiques pour promouvoir les valeurs du sport. Première étape, hier, à l'école de Fontvieille

Les 19 élèves de CM1 de M. Taddeo Calogero se sont mués en journalistes, hier à l'école primaire de Fontvieille, dans le cadre d'un partenariat entre l'AS Monaco et la direction de l'Éducation nationale. Le but ? Partager les valeurs fédératrices du sport, ou encore le respect des règles et l'esprit d'ouverture, au travers d'actions pédagogiques. Avant que le coach Jardim ne se plie à l'exercice de l'interview devant les élèves de Saint-Charles (en novembre), qu'un arbitre de l'ASM ne fasse de même ou que des entraîneurs du club pilotent une séance UNSS, c'est Valère Germain qui a essuyé - avec aisance et bienveillance - les plâtres hier.

Assis à la place du professeur, l'attaquant chouchou du Louis-II - et de la classe ! - a fait face à 19 journalistes en herbe durant une demi-heure. Ic , pas de cartes de presse officielles mais des écriteaux mentionnant des titres factices (Monaco-Soir, La Gazette de Fontvieille, Trop foot, Le Rocher sportif…) et des questions à la pelle sur la passion du joueur, son père, son quotidien, son goût de la victoire, sa carrière, sa future reconversion et ses rêves.

« C'est sur qu'on répond un peu plus ouvertement aux enfants que quand il y a des vrais journalistes en conférence et où on ne peut pas tout dire (rires) », a avoué l'attaquant de l'ASM avant de saluer une démarche qui, en plus, pourrait garnir les tribunes du Louis-II à terme. « C'est faire plaisir aux enfants et c'est sympa, il faudrait qu'on le fasse un peu plus souvent. ça répond aussi à notre envie de fidéliser des supporters. »

« Aller voir un match ensemble »

Volontaire pour intégrer ce projet, l'école dirigée par Mme Véronique Caselles a eu quelques semaines pour monter une salle de rédaction éphémère. « On a eu le projet à la rentrée et on s'y est tout de suite mis », précise l'enthousiaste Taddeo Calogero. Dans le cahier des charges de l'Éducation nationale, entre autres, interviewer un joueur et réaliser une carte des déplacements de l'équipe pendant la saison… Mais l'entrain des enfants a permis d'aller plus loin. « On a greffé des activités d'écriture pour préparer l'interview et les parodies de noms de journaux », se félicite Taddeo Calogero, encore tout étonné de l'emballement de ses élèves.

« Au début, j'ai eu peur avec les filles. Mais en fait, à cet age-là, elles adorent ! Tout ça, ça a été spontané [il montre les dessins, collages, écharpes de l'ASM … qui habillent les murs]. »

Des marques d'affection aisément justifiées par le professeur. « C'est la proximité avec le stade. On est tous les jours à côté, on y va tous depuis des années mais on a jamais eu l'occasion de visiter les vestiaires ou d'aller voir un match ensemble… » Un message aussitôt entendu par les représentants de l'AS Monaco qui dégainent naturellement des invitations pour le prochain match contre Montpellier (21 octobre). Double honneur pour les enfants et le corps enseignant qui auront déjà le plaisir de voir leur interview publiée dans le magazine du club distribué dans les populaires le jour du match. Qui lira-t-on ?

« Jouer en Espagne ou en Angleterre »

Sans griller l'exclusivité de ces jeunes confrères, que Valère Germain rêverait un jour d'évoluer « en Espagne ou en Angleterre pour apprendre une autre langue et une nouvelle culture ». Que son but contre Metz ce week-end était « un de ses plus jolis buts ». Que « comme tout joueur professionnel, il aimerait un jour porter les couleurs de son pays [Valère Germain a joué avec les Espoirs, ndlr] mais que ça va être compliqué parce qu'il y a beaucoup de très bons joueurs (...) mais pourquoi pas un jour… »

Des réponses sans filtres d'un Valère désireux d'abattre les clichés sur les footeux et l'école. « Ces échanges c'est important aussi pour changer l'image du footballeur, où les gens nous prennent des fois pour des "abrutis" alors que ce n'est pas du tout le cas ! »

Titulaire d'un BTS, Valère Germain glissait d'ailleurs en gagnant la cour de récréation - pour une partie de foot quelque peu anarchique mais pleine de gaieté : « A Monaco, il y a toujours eu une envie que les jeunes joueurs aient des diplômes. Dans ma génération, on était une quinzaine au centre de formation et il y en a peut-être que deux ou trois qui arrivent à vivre du foot aujourd'hui. Il faut toujours avoir un matelas pour rebondir si on n'y arrive pas dans le foot. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.