“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. Comment se prendre pour un pilote au Grand Prix de Monaco pour pas un rond? Arsène a testé le simulateur

Mis à jour le 26/05/2017 à 15:41 Publié le 26/05/2017 à 15:40

VIDEO. Comment se prendre pour un pilote au Grand Prix de Monaco pour pas un rond? Arsène a testé le simulateur

Le Grand Prix, c’est chouette. Le MGP Live, c’est encore mieux. Parce que bon, regarder les bolides cramer le goudron, frémir au son des moteurs en furie, trembler face à l’imminence d’un choc, tout ça, c’est quand même un peu passif. On vous explique comment conduire (presque) une F1 gratuitement

Alors, après avoir été spectateur (ou avant de le devenir, d'ailleurs) et s’être laissé gagner par l’envie brûlante de piloter ces machines du diable, il sera l’heure de grimper vers la place d’Armes, où se tient la fan zone MGP Live. Et là, c’est l’éclate garantie. Après des contrôles de sécurité sur les six points d’entrée du lieu, manière d’être à la fois bien détendu et concentré sur ses petites affaires, on est prêt à mettre les mains dans le cambouis.

Qui veut rouler loin, prend la bonne monture

Et parce qu’on ne part pas bouffer de l’asphalte sans avoir chaussé les bons pneus, le passage par le Pit-stop challenge est indispensable. C’est l’occasion unique d’approcher de très près une monoplace de F1, encore plus unique de la toucher, et l’opportunité carrément délirante de la bricoler. Car il s’agit ici de changer les roues de la machine dans les mêmes conditions que dans les stands. Pistolet pneumatique en main, il faut aller au plus vite. Le temps de référence sera établi le vendredi matin par les équipes professionnelles, mais il est en général autour d’1,8 seconde. On nous murmure à l’oreille qu’après quelques essais, on peut s’approcher des deux secondes (et demi).

Vif comme l'éclair

Ensuite, il faut s’assurer d’avoir les bons réflexes. Parce que piloter une F1 à plus de 200 km/h en sortie de tunnel, ça réclame un peu plus de vivacité qu’une sortie de bureau en Twingo. Ça vaut donc le coup d’aller se tester sur le batak, ce drôle de portique avec des cibles lumineuses à toucher dès qu’elles apparaissent.

Prêt à affronter les pros?

En route pour les simulateurs. Il y en a plusieurs sur la place, l’embarras du choix. Sur le stand Redbull, six baquets en ligne, et surtout la possibilité d’affronter Max Verstappen, le prodige belge de 19 ans, sur le circuit de Monaco, qu’il a terminé en 1 minute et 12 secondes. Après toutes ces sensations, une petite pause s’impose avec le passage des grid-girls (puisque maintenant on taquine le bitume comme les pros, autant avoir quelques avantages), et des interviews des pilotes sur scène. Enfin, pour la détente, on pourra bénéficier de concerts de Fat Cat ou Emily Johnson.

Le meilleur dans tout ça ? L’accès est libre et toutes les activités sont gratuites. Qui a dit que le Grand Prix était un truc de riches ?

à partir de 1 €


La suite du direct