Rubriques




Se connecter à

Jardin exotique, parking de 1820 places, résidence privée... On fait le point sur les chantiers de l'entrée Ouest à Monaco

D’ici 2023, le parking de 1.820 places sera livré dans ce secteur stratégique par lequel transitent des milliers de personnes chaque jour. Cette même année, le Jardin exotique devrait rouvrir.

Thibaut Parat Publié le 24/03/2022 à 18:05, mis à jour le 24/03/2022 à 18:37
En quelques années, l’entrée Ouest de la Principauté a connu une mue spectaculaire. Photo Jean-François Ottonello

En quelques années, l’entrée Ouest de la Principauté a connu une mue spectaculaire. En juillet 2016, l’inauguration du tunnel Albert II a permis une meilleure répartition des flux routiers pour rallier le centre-ville.

Depuis, dans ce secteur stratégique, les grues lézardent l’horizon du fait d’un projet d’envergure, mêlant deux opérations, l’une privée et l’autre publique. Il y a d’abord l’Exotique, un ensemble immobilier de 66 appartements de prestige, dont on aperçoit désormais la silhouette méditerranéenne depuis la Moyenne corniche.

Selon nos informations, sa réception provisoire est prévue le 30 juin prochain. Dans la continuité du boulevard du Jardin exotique, un parking de 1820 places est aussi en construction.

 

De l’autre côté de cette artère principale, le Jardin exotique est lui en pleine restructuration.

"Tout cela s’inscrit dans une réflexion globale sur l’image que l’on veut donner de la principale entrée de Monaco et quelle fonctionnalité on veut offrir aux résidents et salariés", confie Céline Caron-Dagioni, conseiller de gouvernement - ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme. On fait le point.

Le Jardin exotique
ne rouvrira pas avant 2023

Le parcours de visite va être entièrement repensé. Photo Mairie de Monaco.

Site emblématique du pays, le Jardin exotique affiche portes closes depuis 2020. Le confinement printanier, destiné à enrayer la pandémie de Covid-19, avait été le prétexte pour mener d’importants travaux de sécurisation et de consolidation.

Mais la vétusté des structures, érigées entre 1913 et 1933, a conduit le gouvernement à soutenir en urgence la trésorerie communale en consacrant une enveloppe de deux millions d’euros au site botanique: retrait des faux rochers, des aciers corrodés, des passerelles… "Il fallait purger tous les éléments qui pouvaient tomber, provoquer un dommage. ça, c’est fait", indique Céline Caron-Dagioni, conseiller de gouvernement - ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme.

 

Fin 2021, le climat s’est tendu entre les deux entités lorsque les élus communaux constataient l’absence, dans le budget primitif de l’année 2022, d’une ligne dédiée à la poursuite des travaux (notre édition du 21 décembre).

Depuis, les discussions ont permis de dissiper les interrogations du maire, Georges Marsan, et de son conseil communal. "Le Jardin exotique n’y figurait pas car des arbitrages étaient nécessaires pour tenir un équilibre budgétaire, parce que cela nécessitait aussi qu’on se mette d’accord sur un projet beaucoup plus ambitieux", justifie Céline Caron-Dagioni.

Un projet chiffré à 13 millions d’euros. Car en plus de la nécessaire restructuration des lieux (faux rochers, passerelles, belvédères, garde-corps, bâtiment attenant à la grotte…, ndlr), pour laquelle des études sont presque finalisées, le parcours de visite va être entièrement repensé.

« On s’est mis d’accord pour lancer un groupe de travail pluridisciplinaire afin de mener une réflexion collégiale sur ce sujet. Le Jardin exotique est un outil patrimonial important pour la Principauté, avance Céline Caron-Dagioni. On veut réinsérer ce site dans le respect du passé, du patrimoine qui nous a été légué par le prince Albert-Ier - très visionnaire et sensible à l’environnement, à la biodiversité et à la protection des espèces rares - tout en le connectant aux enjeux que sont les enjeux climatiques et de biodiversité, également chers au prince Albert II. Quelle histoire veut-on raconter ? Quel message veut-on passer ? »

Quelle date pour la réouverture ? « Il y aura entre une et deux années de travaux. Le site ne sera pas rouvert en 2022. L’objectif est d’apporter à la mairie une réouverture courant 2023 », tranche la conseillère de gouvernement - ministre.

Le maire, lui, espère une réouverture partielle, en septembre pour les journées européennes du patrimoine, afin de commémorer sur l’esplanade le centenaire de la disparition du prince Albert-Ier.

Des abonnements incitatifs couplés avec le bus seront proposés pour ce parking d’entrée de ville. Photo JFO.

Parking d’entrée de ville: 1.820 places livrées à l’été 2023 et un projet de logements à l’étude

En face des portes closes du Jardin exotique, les travaux du parking public d’entrée de ville avancent à bon train.

Sur quinze niveaux souterrains, 1 820 places de stationnement seront livrées en juillet 2023, si le chantier ne connaît pas d’imprévus. De quoi compenser la saturation régulière des parkings du centre-ville et les moult requêtes d’abonnements, acceptées après plusieurs années d’attente.

"Avec la Compagnie des autobus de Monaco, on réfléchit à une offre de transport. À l’image de ce qui a été mené pour le parking de la ZAC Saint-Antoine, il y aura des abonnements incitatifs couplés avec le bus pour les salariés et transfrontaliers", confie Céline Caron-Dagioni, conseiller de gouvernement ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme.

Un lieu pour stocker
les petits colis

En son sein sera, par ailleurs, aménagé un point d’accueil messagerie pour le stockage, à leur arrivée, de milliers de petits colis. "L’idée est, ensuite, d’assurer des tournées optimisées dans Monaco pour éviter l’engorgement du trafic. Cela aura une incidence positive sur la mobilité urbaine qui est un enjeu majeur", poursuit-elle.

Au rez-de-chaussée, les bus de tourisme pourront être accueillis, tout comme une partie des bus de la CAM qui sera délocalisée le temps de la prochaine restructuration du centre commercial de Fontvieille - cela concerne 13 bus en tout.

Au-dessus du futur parking, trois niveaux de locaux tertiaires, soit 3.000m², devraient être livrés d’ici la fin de l’année. Mais l’exécutif monégasque pourrait décider de retarder cette livraison et la faire coïncider avec un projet immobilier de logements domaniaux sur une partie de la dalle supérieure.

"Les études et discussion sont en cours. Il faut étudier l’impact visuel sur la Tête de Chien, l’intégration dans le paysage urbain. Architecturalement et fonctionnellement, il faut que cela puisse bien communiquer avec le projet résidentiel de l’Exotique", poursuit Céline Caron-Dagioni.

La Chaumière. Photo JFO.

Que va devenir le bâti de La Chaumière?

Non exploité depuis le 30 juin 2016, le bar-restaurant la Chaumière qui surplombe la Principauté sert aujourd’hui de base de vie aux ouvriers du chantier de cette entrée de ville Ouest.

La mairie de Monaco, propriétaire des murs et du fond, louent les deux niveaux à l’entreprise Engeco.

"La location a été renouvelée jusqu’à mi-2023, confirme Georges Marsan, maire de Monaco. Le restaurant est inexploitable en l’état, avec les travaux juste devant. Est-ce qu’on le réhabilitera? C’est encore trop tôt pour le dire..."

Derrière les palissades, en effet, les ouvriers s’attellent à construire les accès menant au futur parking, situé de l’autre côté du boulevard du Jardin exotique.

"Il y aura deux sortes d’accès: une trémie qui passera sous le boulevard pour les véhicules légers et, en surface, une voie de retournement pour les bus afin qu’ils franchissent ce même boulevard. Il y aura un système de feux commandés", précise Céline Caron-Dagioni.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.