Architectures, concerts, parking... les réponses à vos questions sur la restructuration du stade Louis-II à Monaco

Le chantier complexe de la modernisation du stade nécessite "une dizaine d’années" de travaux. Le gouvernement évoque les pistes étudiées et répond aux accusations de "vétusté" d’usagers.

Article réservé aux abonnés
Thomas MICHEL Publié le 27/09/2022 à 10:39, mis à jour le 27/09/2022 à 11:46
355 millions d'euros vont être consacrés pour moderniser le stade Louis-II Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin

Stade nautique, piste d’athlétisme, pelouse, loges VIP, parvis… Depuis 2017 de nombreuses rénovations ont été menées à terme au stade Louis-II - plus grande infrastructure publique de la Principauté inaugurée en 1985.

Mais la grande restructuration annoncée par le gouvernement, évaluée à 355 millions d’euros, n’est pas encore visible sur cette enceinte qui subit les affres du temps.

Monaco-Matin a donc sollicité le Département de l’Intérieur, ministère de tutelle, pour faire un point sur les questions que vous vous posez.

Face à la complexité du chantier, c’est par écrit que les équipes du conseiller-ministre Patrice Cellario nous ont répondu. Ce dernier, docteur-ingénieur en énergie physique et ingénieur physicien, mesure parfaitement la tâche à accomplir pour avoir été le premier directeur technique du stade Louis-II. Une enceinte voulue par le prince Rainier III comme ouverte à tous, tant pour une pratique amateur et scolaire (sous l’égide de la Direction de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports (DENJS), ndlr) que professionnelle.

"Pour l’instant, les travaux mis en œuvre n’ont pas eu d’incidence significative au niveau structurel de l’ouvrage. C’est d’ailleurs un des éléments d’appréciation qui a conduit à les mener à terme en premier", précise l’exécutif, qui prévient: "La suite de l’opération s’avère maintenant être beaucoup plus délicate car les aspects structurels vont être sollicités. L’un des objectifs des études en cours est de les évaluer avec précision."

 

Une modernisation qui devra composer avec le cahier des charges environnemental dicté par le prince Albert II. "Dans le cadre de ces études, les questions de performances énergétiques seront prises en considération, tout comme elles l’ont déjà été au titre des opérations déjà réalisées."

Un chantier amené à progresser en prenant le pouls des usagers, et des élus nationaux. En 2017, ils s’inquiétaient ainsi de la cohérence économique du projet et l’enveloppe "exorbitante" de 240 millions d’euros inscrite au programme triennal.

"Au fur et à mesure de l’avancée des études et de l’expérience acquise au travers des travaux déjà engagés, les incertitudes se restreignent au bénéfice d’une ligne directrice beaucoup plus claire, considère aujourd’hui le gouvernement. Au regard de l’ampleur du projet, de la complexité des travaux et des contraintes de phasage, ce processus itératif est tout à fait normal. Le contraire eut en revanche été beaucoup plus inquiétant, car très certainement synonyme d’une mauvaise prise en compte des variables d’exécution. Dans ce contexte, des points d’étapes ont et seront proposés aux élus."

Quel est aujourd’hui le calendrier des travaux de restructuration?

L'intérieur du stade Louis-II et son mille-feuilles d'escaliers et escalators Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin.

"Les travaux avancent par phases. Les phases qui pouvaient être mises en chantier sans trop de difficultés l’ont été (Centre nautique, loges VIP, pelouse, piste d’athlétisme, parvis, salle Gaston-Médecin). Parallèlement, les études se poursuivent et vont durer encore deux années au moins. Le sujet est particulièrement complexe, notamment en matière d’enclenchement des phases et travaux vis-à-vis du fonctionnement du bâtiment. Compte tenu des contraintes liées à l’exploitation du stade qui doit être maintenue, on peut raisonnablement conduire l’opération de restructuration à son terme sur une dizaine d’années."

Le fait que l’AS Monaco football et basket soient régulièrement qualifiés en coupes d’Europe et soumis à des calendriers démentiels n’a toutefois pas induit de retard dans la restructuration selon le Département de l’Intérieur.

 

"Le chantier global n’accuse pas de retard mais doit faire face à une extraordinaire complexité, avec une nécessaire remise en question permanente et des défis à relever au quotidien. Ceci explique l’importance de mener des études approfondies et donc longues car, une fois les travaux lancés, il n’est plus possible de faire machine arrière. Tout doit donc être minutieusement pensé, programmé puis orchestré pour une mise en œuvre sans accroc."

Les travaux auront-ils un impact sur le nombre de places de stationnement dans le parking?

Le parking du stade Louis-II situé sous la pelouse. Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin.

Parmi les nombreux arbitrages inhérents à la bonne tenue du chantier, le gouvernement princier a dû prioriser les futurs besoins du stade Louis-II. Et pour optimiser les lieux, envisagé de dévorer des mètres carrés de parking.

"La capacité d’accueil du parking va effectivement être minorée au profit des nécessaires surfaces logistiques et sportives complémentaires. Cette réduction n’interviendra cependant pas avant que les parkings d’entrée de ville Ouest et de l’îlot Pasteur ne soient livrés (pour un total de près de 2.700 places). À enveloppe constante, il a été décidé de privilégier les besoins de surfaces à dégager dans le stade au profit de l’accueil du public, de la logistique et des infrastructures sportives elles-mêmes, au détriment, si nécessaire du stationnement."

L’architecture du stade va-t-elle évoluer?

Les arches du Louis-II sont actuellement rénovées. Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin.

"Sans remettre en cause la géométrie générale du bâtiment, le traitement architectural de l’enveloppe fait partie intégrante de la mission confiée à l’architecte en charge du projet, notamment pour et dans la prise en considération des problématiques de performance énergétique. Les propositions architecturales en résultant seront soumises à l’appréciation du Souverain."

Le stade a-t-il vocation à (ré)accueillir des concerts?

Lors du concert de Muse, en 2007 Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin.

Les 3 ténors en 1996, Muse en 2007 et les Eagles en 2011 (à l’occasion du mariage princier), le stade Louis-II a rarement accueilli des concerts, toujours avec des jauges étudiées notamment par rapport à la résistance de la pelouse et sa dalle de support, apposées sur un parking. Et à l’avenir?

"Le sujet a été étudié et examiné avec attention par l’équipe projet et soumis à l’arbitrage du gouvernement princier. Les contraintes structurelles ont été considérées comme trop importantes et disproportionnées, notamment au niveau de la dalle supportant la pelouse et la piste d’athlétisme. Cette possibilité a in fine été écartée, d’autant qu’elle entrait en conflit avec le calendrier d’évolution de l’équipe professionnelle de football. Pour autant, un audit sur la sonorisation a été engagé et, dans le cadre de la maintenance, tous les projecteurs et éclairages divers sont remplacés par des éclairages Led pour une meilleure efficacité et une consommation moindre."

 

Des commerces sont-ils prévus en rez-de-chaussée à la livraison définitive?

§il n'y aura pas de nouvelles offres commerciales Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin.

Pensés comme des lieux de vie (et de consommation), les stades européens sont conçus, ou rénovés, en poursuivant une forte politique commerciale. Et à Monaco, où par essence le stade est à disposition des clubs, associations et scolaires?

"La feuille de route fixée par le gouvernement ne prévoit pas d’espaces commerciaux dans l’enceinte du stade. La contrainte majeure est en effet de maintenir le projet dans l’enveloppe existante sans nouvelle extension sur le domaine public. Les espaces créés seront donc prioritairement destinés à accueillir des activités sportives ou des aires logistiques nécessaires au bon fonctionnement du stade."

Que deviennent les espaces partagés par les associations et clubs, autrefois suroccupés?

C’était une volonté du prince Rainier III lors de l’inauguration du stade Louis-II en 1985, qu’il soit un bâtiment ouvert à tous et un outil de promotion du sport amateur comme professionnel. À l’aube des 40 ans du bâtiment, hors de question de remettre ce concept en question. Au contraire, l’offre est vouée à être étendue.

"L’offre sportive est très développée à Monaco et toutes les installations sont occupées tant par les scolaires que par les associations locales. Dans le stade, toutes les salles existantes feront l’objet d’une rénovation dans le cadre des grands travaux et un nouveau gymnase devrait être créé. Les fédérations ont d’ailleurs été interrogées pour que le programme des travaux prenne au mieux en compte leurs besoins et souhaits, tout comme la Direction de l’Éducation Nationale, de la

Jeunesse et des Sports pour ce qui concerne la pratique scolaire."
À l’heure où les clubs professionnels développent des "expériences" fans, quid de la future offre du Louis-II?

Est-elle notamment pensée avec les actuels propriétaires de l’AS Monaco football? "Bien évidemment, assure le gouvernement. Le programme et les travaux mis en œuvre sont préalablement discutés et évalués avec les utilisateurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Cela fait partie intégrante du processus de pilotage de l’opération."

Y a-t-il eu un défaut d’entretien de l’enceinte?

Robinets rouillés, carrelages cassés, sanitaires capricieux... les visiteurs réguliers ou non du stade Louis-II pointent du doigt un bâtiment qui subit le poids de l’âge.

 

"Le bâtiment ne tombe pas en ruine, il est bien entretenu mais nous rencontrons des petits soucis auxquels nous pallions par des travaux de rénovation", estimait la directrice du stade Louis-II, Sylvie Bertrand, à l’été 2020 au micro de Monaco Info.

Y aurait-il eu un défaut d’entretien au fil du temps? Non, maintient aujourd’hui le gouvernement.

"Tous les robinets et sanitaires du stade omnisports ont fait l’objet d’une campagne de rénovation il y a une dizaine d’années. Le bâtiment fait l’objet de toutes les attentions car il accueille quotidiennement nombre de scolaires et d’utilisateurs, voire de spectateurs. On ne peut donc pas se permettre d’avoir des équipements non fonctionnels, ne répondant pas aux règles sanitaires en vigueur. Les années passant, l’entretien est de plus en plus exigeant, notamment vu la forte utilisation des installations, c’est d’ailleurs pour cela que le gouvernement a souhaité engager des travaux d’une telle ampleur. Face au besoin d’une exploitation quotidienne du bâtiment et malgré son âge, aucune partie ou salle de sport n’est cependant fermée au public. Ainsi, bien que les besoins de maintenance des équipements soient très conséquents, on ne peut pas parler de défaut d’entretien. Des compétitions de niveau international sont organisées dans le stade et il n’est pas rare d’y voir des records battus. Par ailleurs, de nombreuses équipes nationales reviennent au stade pour y organiser des stages d’entraînement ou de préparation. Cependant, face à l’ampleur de la tâche, certains aspects cosmétiques peuvent être moins bien pris en considération et susciter ainsi questionnements."

Depuis 2017, le Stade nautique a été rénové, des loges VIP créées ou encore cet ascenseur sur l’avenue des Castellans. Photo Jean-François Ottonello et archices Monaco-Matin.

20% des 355 millions d’euros de travaux ont été utilisés

Dans son dernier rapport annuel (2021), la Commission supérieure des comptes note que le programme "Gros travaux du stade Louis-II" a vu "son coût total prévisionnel multiplié par plus de 19", entre le premier programme triennal (2014-2016) de 18,26 millions d’euros et le dernier 2021-2023 de 355 millions d’euros. Pourquoi une telle hausse et que comprend cette enveloppe de 355 millions d’euros validée par le Prince souverain?

Voici la réponse du Département de l’Intérieur.

"Dans le calendrier de l’opération, la période 2014-2016 correspondait à la phase de lancement du recueil des besoins auprès des utilisateurs du stade Louis-II (fédérations, associations, clubs,...). Cette toute première étape, conduite dans la cadre des études dites "pré-programmatiques" devait notamment permettre de définir les grands contours du projet et, plus particulièrement, ses aspects budgétaires. Dans cette phase d’étude, seuls les budgets correspondant à des travaux devant être engagés ont fait l’objet d’une inscription au programme triennal d’équipements publics. Le projet global et le budget associé ont été affinés par la suite, au fur et à mesure de l’avancement des études, dans la perspective d’une restructuration totale du stade, d’où l’enveloppe budgétaire évoquée."

Une maquette numérique de référence

"Entre 2017 et 2020, une série d’opérations de rénovation d’envergure ont été engagées (Centre nautique, loges en tribunes Première, pelouse, piste, sécurisation du parvis). Parallèlement, diverses campagnes d’audits ont été lancées afin de déterminer l’état interne des différents réseaux (eau, chauffage, électricité), l’accroche du revêtement de la façade et l’état des éléments structurels. Ces investigations ont permis d’établir une maquette numérique qui sert désormais de référence pour la poursuite des travaux."

Le cumul des dépenses liées à ces différentes interventions était de 61,79 millions d’euros à la fin 2020, soit 17,4% du budget total évalué.

Depuis l’an dernier s’est ajoutée à la facture la transformation de la salle Gaston-Médecin "en Aréna sportive de plus de 4.580 places" pour un coût estimé de 14 millions d’euros.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.