“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

VIDÉOS. Deux infirmières filment des surblouses qui se déchirent de tous les côtés à l'hôpital La Timone à Marseille

Mis à jour le 07/04/2020 à 13:43 Publié le 07/04/2020 à 13:43
Plusieurs infirmières ont pointé la vétusté du matériel de protection à l'hôpital La Timone à Marseille.

Plusieurs infirmières ont pointé la vétusté du matériel de protection à l'hôpital La Timone à Marseille. Photo DR Twitter / @Le Général

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDÉOS. Deux infirmières filment des surblouses qui se déchirent de tous les côtés à l'hôpital La Timone à Marseille

Deux infirmières ont pointé la vétusté du matériel de protection à l'hôpital La Timone à Marseille. L'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a reconnu la défection. Les surblouses défectueuses ont, elles, été mises de côté pour être détruites.

Les vidéos ont été publiées ce dimanche 5 avril sur les réseaux sociaux.

"Les nouvelles blouses qui se déchirent, c'est normal. Voilà", commente une infirmière, en essayant la surblouse au beau milieu d'un hall d'hôpital.

Dans le second extrait également publié dimanche, une autre infirmière fait elle aussi la démonstration d'une qualité défectueuse.

"On a reçu des nouvelles blouses... Je la prends délicatement car on ne sait jamais ce qui va se passer", ironise une autre soignante.

Les images des surblouses partant en lambeaux ont été tournées à l'hôpital pour enfants de La Timone. Elles ont été immédiatement appuyées par les syndicats en colère.

Trois cents surblouses défectueuses

L'AP-HM (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille), dont dépend l'hôpital de La Timone, a répondu à la polémique lundi après-midi, dans une conférence de presse téléphonique.

Pierre Pinzelli, secrétaire général de l'AP-HM, a précisé que "trois cents surblouses ont été identifiées comme défectueuses", parmi un lot de "20.400 pièces".

>>LIRE AUSSI. LIVE. Jour 22, 8.911 décès en France, 1.150 morts en 24 heures aux Etats-Unis... Suivez l'évolution de la situation du coronavirus

Deux cartons ont été livrés dans un service de l'hôpital pour enfants de La Timone et un troisième dans un autre service, qui été immédiatement identifié comme défectueux et retiré, indique l'AP-HM.

Aucune des surblouses défectueuses n'a été utilisée au contact des malades.

"Aucune convocation" selon la direction

Le secrétaire général a également nié toute convocation disciplinaire après la publications des vidéos sur les réseaux sociaux.

"Il n'y a eu aucune convocation", a-t-il déclaré.

Et de poursuivre: "Comme il y a eu une déclaration d'événement indésirable, la cellule qualité organise un retour d'expérience. C'est dans ce cadre qu'il y a eu une réunion avec les agents qui ont fait le signalement et leurs encadrants, afin qu'on analyse ce qu'il s'est passé. On est dans un fonctionnement normal."

Le secrétaire général de l'AP-HM a d'ailleurs insisté. "Nous sommes extrêmement attentifs à la protection de nos personnels".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.