“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Trop saoul, il ne parvient pas à quitter Monaco à scooter

Mis à jour le 09/12/2015 à 21:59 Publié le 10/12/2015 à 09:45
Un policier monégasque.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Trop saoul, il ne parvient pas à quitter Monaco à scooter

Il est 22h50, le 2 décembre, quand le service de régulation du trafic de Monaco remarque sur les écrans de contrôle la chute d’un scooter circulant sur la voie rapide, à hauteur du rond-point Wurtemberg.

Il est 22h50, le 2 décembre, quand le service de régulation du trafic de Monaco remarque sur les écrans de contrôle la chute d’un scooter circulant sur la voie rapide, à hauteur du rond-point Wurtemberg.

Le conducteur se relève et repart en direction de Nice. Aussitôt alertée, la police monégasque rejoint le pilote du deux-roues qui, blessé, a été contraint de s’arrêter sous la douleur.

Mais il a beaucoup bu! En raison d’un taux d’alcool de 1,19 mg/l, il a comparu menotté devant le tribunal correctionnel de Monaco après un détour par l’hôpital.

Martin, un hôtelier suisse, avait enchaîné quelque huit verres de vin : rosé, rouge et champagne. Puis il tente de rejoindre son domicile niçois. Il ne dépassera pas les limites de la Principauté.

"Comme vous roulez au milieu de la chaussée, constate le président Florestan Bellinzona, vous essayez d’éviter le plot central. Vous êtes déséquilibré et vous tombez. Vous ne tenez même pas debout quand vous essayez de vous relever pour repartir".

"J’ai conscience de la gravité et des éventuelles circonstances que j’aurais pu provoquer. Je ne voulais pas…" répond le prévenu.

Le tribunal réduira légèrement les réquisitions du ministère public en prononçant une peine de huit jours d’emprisonnement et 45 € d’amende.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.