“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Des salariés du BTP protestent devant l'inspection du travail à Monaco

Mis à jour le 11/07/2013 à 11:19 Publié le 11/07/2013 à 07:12
Les salariés licenciés ainsi que quelques collègues ont cherché à se faire entendre devant l'inspection du travail.

Les salariés licenciés ainsi que quelques collègues ont cherché à se faire entendre devant l'inspection du travail. Ax.T.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des salariés du BTP protestent devant l'inspection du travail à Monaco

Neuf employés d’une entreprise de construction ont fait une action symbolique afin de dénoncer des failles au sein de leur entreprise

Neuf employés d’une entreprise de construction ont fait une action symbolique afin de dénoncer des failles au sein de leur entreprise

Des salariés de l'entreprise de bâtiment Monteiro & Morais ont protesté mardi après-midi devant l'inspection du travail. Ils entendaient dénoncer des licenciements qu'ils estiment abusifs. « Neuf personnes viennent d'être licenciées officiellement pour motif économique. Nous pensons qu'il s'agit d'une sanction déguisée. Nous avions fait grève le7 juin parce que nos salaires ne nous avaient pas encore été payés. Nous voulions aussi que l'ensemble de nos salaires soient déclarés parce qu'une partie nous était versée de la main à la main. Comme par hasard, suite à cela, certains ont reçu une lettre leur indiquant qu'ils seraient licenciés», détaillent Manuel et Fernando, les deux délégués du personnel. Ils arguent du fait qu'il s'agirait d'une remise en cause du droit de grève.

« Respect de la loi »

« Faux ! s'insurge Jorge Monteiro le directeur de l'entreprise. Nous avons toujours respecté la loi. Rien n'a été payé sans être déclaré.» Concernant le retard de paiement des salaires, le patron s'explique. « Il est vrai que nous avons pu avoir du retard. Mais nous traversons des difficultés économiques. On peine à faire rentrer de la trésorerie. C'est bien pour cela que nous avons dû procéder à des licenciements économiques. L'inspection du travail que nous avons rencontré a d'ailleurs validé ce plan. Tout est en règle. »

Heures supplémentaires

Les salariés ont également voulu mettre l'accent sur le fait que, lors de chantiers situés à plus de 35 km, ils devaient être sur place à l'heure d'embauche et que le temps du déplacement n'était pas compris dans leur temps de travail. Jorge Monteiro répond que « dans ce cas, des paniers supplémentaires sont prévus. Une heure de travail supplémentaire leur est comptée. De plus, ils sont emmenés par un véhicule de la société.»

Les salariés, en se rendant devant l'inspection du travail, ont voulu agir symboliquement. Ils ne se sentent pas entendus. Ils doutent des difficultés économiques auxquels fait face Monteiro & Morais, arguant du fait qu'avec le départ de neuf salariés (pendant leur mois de préavis, la société continue de les payer mais leur a indiqué qu'ils pouvaient rester chez eux) leurs collègues doivent effectuer des heures supplémentaires afin de parvenir à effectuer l'ensemble de leurs missions.

A l'heure actuelle, l'inspection du travail a donné raison à l'employeur.

L'Union des Syndicats de Monaco a quant à elle soutenu les salariés dans leurs démarches ces derniers mois pour tenter d'améliorer le dialogue avec l'entreprise et les pouvoirs publics.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.