“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Yann Arthus-Bertrand: "Et toi, tu fais quoi pour la planète?"

Mis à jour le 25/12/2017 à 09:20 Publié le 25/12/2017 à 09:20
Yann Arthus-Bertrand.

Yann Arthus-Bertrand. Photo Cyril Dodergny

INTERVIEW. Yann Arthus-Bertrand: "Et toi, tu fais quoi pour la planète?"

À Monaco mercredi 20 décembre, cet infatigable défenseur de la Terre a défendu l'idée d'une révolution éthique et spirituelle. "La solution est en chacun de nous", dit Yann Arthus-Bertrand.

Le père du best-seller La Terre vue du ciel, auteur de films documentaires parmi lesquels Human a fait date, était cette semaine à Monaco.

À l'invitation de l'association Monacology et de MC.5 Communication, il a évoqué son parcours et ses engagements lors d'une conférence au Grimaldi Forum, où une exposition lui est consacrée jusqu'au 5 janvier.

À la veille de 2018, où en est votre combat pour la Terre?
"D'abord, il faut voir d'où je viens. Depuis que j'ai vingt ans, je m'intéresse à la nature et aux animaux. On parlait à l'époque de l'eau, des gros mammifères et de la déforestation. Sur le changement climatique, pas un mot. La prise de conscience de l'Homme détruisant la vie sur cette Terre est finalement très récente. Depuis René Dumont en 1974, j'ai toujours voté vert. Mais je vais arrêter. L'écologie politique, elle est morte."

L'écologie politique est morte?
"On ne peut pas être élu sur des programmes écolos extrêmement restrictifs. Qui touchent à notre confort. Si l'on regarde la vérité en face, l'écologie implique une petite décroissance, dans un monde de surconsommation où le capitalisme détruit la planète. On nous demande de vivre mieux avec moins, ce n'est pas facile pour tout le monde. Nous sommes toujours entre deux bords, à tel point que les gens qui croient au changement...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct