Rubriques




Se connecter à

Focus sur 4 auteurs du salon du livre de Monaco

Jusqu’à ce soir au Grimaldi Forum, l’événement réunit plus de 160 auteurs dans des styles très divers. Des plumes de renom côtoient des écrivains locaux. Nous en avons sélectionné quatre.

Thibaut Parat Publié le 17/04/2022 à 13:30, mis à jour le 17/04/2022 à 13:37
Plus de 160 auteurs sont réunis jusqu'à ce dimanche soir au Grimaldi Forum. Photo Manuel Vitali / Dir Com

Jusqu’à 18 heures ce soir, le Grimaldi Forum abrite plus de 160 auteurs pour le salon international du livre de Monaco. Dans les allées, déjà bondées hier, écrivains locaux et médiatisés se côtoient joyeusement. On y croise David Foenkinos, Pierre Assouline, Yasmina Khadra ou encore Bernard Werber qui enchaînent les dédicaces. Plus loin, Anne Parillaud, davantage connue pour ses rôles cinématographiques, signe son premier roman. Le choix est large : biographies, beaux livres, actualité, témoignages, polar, développement personnel, enfance. Focus sur quatre auteurs.

Anne Parillaud: du cinéma à la littérature

Anne Parillaud. Photo T.P..

Les Abusés, c’est l’histoire d’une passion dévastatrice, d’un amour impossible entre Adélie et Samuel. Célèbre pour sa carrière cinématographique, et notamment pour son rôle dans le film Nikita de Luc Besson pour lequel elle a raflé le César de la meilleure actrice, Anne Parillaud décortique ici le mécanisme psychologique entre un pervers narcissique et sa victime.

"J’ai voulu rentrer dans la tête de l’abusée comme de l’abuseur, comprendre comment et pourquoi on devient une victime, un bourreau, comment on s’échappe d’une relation toxique, détaille-t-elle. On s’aperçoit finalement que l’un comme l’autre sont des abusés, d’où le titre au pluriel. À partir du moment où le socle affectif est déséquilibré, chacun s’en sort comme il peut. L’un va faire le mal, l’autre le subir."

Carole Talmon de l’Armée: Belle et… la danse classique

Carole Talmon de l’Armée. Photo T.P..

Novice dans le milieu du livre, Carole Talmon de l’Armée signe une collection de treize ouvrages inspirés des treize plus grands ballets du répertoire classique.

Ancienne danseuse professionnelle, passée ensuite par l’enseignement à Mougins, cette Valbonnaise conte l’histoire de Belle, une fille de huit ans, arrivée des États-Unis, qui va découvrir l’apprentissage de la danse classique : les pas, les musiques, l’histoire des ballets.

 

"Les livres (en français et en anglais) s’adressent à des filles de 4 à 9 ans. Pour les plus petites, il y a beaucoup d’illustrations. Dans chaque livre, elles pourront retrouver un tutoriel : comment faire un chignon, un grand écart, un maquillage de Coppélia", présente-t-elle. Derrière l’esthétique de cette collection se cache un message.

"En arrivant dans un pays étranger, la France, Belle va découvrir l’amitié, l’entraide. La danse est souvent perçue comme une discipline individualiste. C’est faux, c’est un travail de groupe", rectifie l’autrice.

David Foenkinos: l’histoire du garçon qui aurait pu incarner Harry Potter au grand écran

David Foenkinos. Photo T.P..

Avis aux amateurs de l’univers magique de Harry Potter. Numéro Deux de David Foenkinos - dont Monaco sera son seul salon du livre de l’année - conte l’histoire romancée du petit garçon refusé en finale du casting du célèbre sorcier britannique. 

"J’ai découvert une interview de la directrice de casting. Des centaines de jeunes acteurs avaient été auditionnées pour le rôle. A la fin, il n’en restait plus que deux. Ils ont hésité pendant des semaines avant de choisir Daniel Radcliffe. L’autre garçon aurait pu être une star internationale."

 Si le point de départ est bien réel, le reste n’est que fiction. "C’est un livre sur l’échec, sur ce que l’on rate, sur ce qu’il faut faire pour surmonter cela", détaille l’auteur de best-sellers comme La Délicatesse et Charlotte.

 

Brian Bouillon Baker: l’ode à une femme et mère "universelle"

Brian Bouillon Baker. Photo T.P..

Dans Joséphine Baker, l’Universelle, Brian Bouillon Baker dépeint la trépidante existence de sa mère, depuis peu entrée au Panthéon.

Au fil des 194 pages, on y découvre les mille vies d’une femme d’exception : artiste, résistante, engagée aux côtés de la Licra, de Martin Luther King, pour la paix au Vietnam, mère de famille d’une tribu "arc-en-ciel". De Paris à Monaco en passant par le château des Milandes, rien n’est occulté, pas même les difficultés financières qui pousseront la princesse Grace à accueillir Joséphine Baker et ses enfants adoptés aux quatre coins du monde.

"Ma mère était la fraternité universelle dont on aurait bien besoin aujourd’hui. Elle le martelait : y parvenir n’est pas quelque chose d’utopique. Ce n’est pas simple, certes, mais c’est possible. Si elle était vivante, elle serait sur tous les fronts : contre le communautarisme et l’intégrisme extrêmes, contre l’homophobie, le sexisme, le terrorisme, l’antisémitisme et tout ce qui se passe dans le monde, comme la guerre en Ukraine", soutient l’auteur local.


Savoir +
Au Grimaldi Forum, aujourd’hui de 10h30 à 18h. Entrée libre. Des conférences de 11h à 17h.

Questions à Yvette Gazza-Cellario, fondatrice et organisatrice du salon

Quelle est la particularité de ce salon du livre ?
Nous avons toujours essayé de faire de ce salon quelque chose d’original. Nous avons d’abord privilégié les auteurs locaux car nous estimons qu’il y a un grand vivier de talents à Monaco et dans les environs. Les V.I.P sont de plus en plus demandeurs et nous les accueillons bien volontiers. Cette année, pour la première fois de son histoire, le salon est tourné vers l’international avec la présence d’une vingtaine d’auteurs étrangers : Algérie, Afrique du Sud, Tunisie, Belgique, Angleterre, États-Unis, Italie…  Par les temps sombres, il faut de la lumière. C’est pourquoi on agrandit l’espace de la littérature mais aussi de la paix.

Pourquoi est-ce vital de lire ?
Depuis le début de la pandémie, on a tellement égrené la liste des morts duCovid-19, des cas positifs à la télévision… Beaucoup de personnes se sont mises à écrire ou ont repris la lecture pendant le confinement. Et pas toujours celle numérique. Le livre papier a son agrément. Il est de nouveau en reconnaissance.
Dans tout livre, même si celui-ci n’est pas biographique ou autobiographique, il y a beaucoup de soi. C’est une manière de plonger au fond de soi-même et de jeter en pâture ses émotions, ses fantasmes, ses regrets, ses désespoirs. Et sous couvert d’un ou plusieurs personnages, c’est plus facile et agréable de le faire.

Quelles personnalités sont présentes cette année ?
Nous avons Yasmina Khadra, Bernard Werber, David Foenkinos, Anne Parillaud, Sylvana Lorenz, Caroline Weill, Christelle Crosnier et bien d’autres encore.

Parmi les auteurs locaux, quels sont les types d’écriture privilégiés ?
C’est très varié.On retrouve aussi bien des romans policiers que des biographies, du manga, de l’histoire. Je le répète: nous avons un très bon vivier local, surtout à Monaco.

Yvette Gazza-Cellario, fondatrice et organisatrice du salon. Photo T.P..

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.