Rubriques




Se connecter à

Pourquoi les monoplaces ont plus de chances de se doubler cette année au Grand Prix de Monaco

Vous ne l’aurez pas manqué, la révolution technique dans les tuyaux depuis 2017 a enfin vu le jour en 2022 après un report dû à la crise sanitaire. On vous détaille les changements.

Kévin Sanchez Publié le 28/05/2022 à 14:01, mis à jour le 28/05/2022 à 15:41
photos
Photo Jean-François Ottonello et Dylan Meiffret

"Il va y avoir du changement", promettaient les instances de la Formule 1 il y a de cela 5 ans. Resté une année supplémentaire dans les cartons à cause de la crise Covid, le nouveau règlement technique a bien vu le jour en début d’année, dévoilant des monoplaces à la philosophie beaucoup plus agressive. Une volonté de la part du département technique dirigé par Ross Brawn.

L’ex-ingénieur passé notamment chez Ferrari et Mercedes avait opté pour des choix techniques guidés par la nécessité de faciliter la course en peloton. En clair, l’objectif était de faciliter les opportunités de dépassement mais aussi de resserrer les écarts entre les écuries.

 

Un challenge immense quand on sait que les gros changements réglementaires ne sont pas légion dans ce sport. Comme en atteste Adrian Newey, directeur technique Red Bull.

"Je dirais que c’est le plus grand changement de réglementation depuis le bannissement des voitures à effet de sol/Venturi fin 1982. C’est vraiment une révolution. La seule chose qui reste vraiment la même est l’unité de puissance, tout le reste est différent." Voici en images ce qui change vraiment sur les monoplaces version 2022.

1. Les nouveaux fonds plats des monoplaces ont été repensés pour réduire au maximum les perturbations aérodynamiques des voitures. Concrètement cette nouveauté doit permettre aux pilotes de se suivre de plus près en piste. Une occasion d’augmenter les dépassements et pourquoi pas gagner des positions à la sortie du tunnel de Monaco! Photo Jean-François Ottonello et Dylan Meiffret.
2- L’aileron avant a été simplifié, le rendant moins puissant avec seulement 4 ailettes contre 5 et plus les années précédentes. Grande nouveauté très visible, il est accompagné de dérives latérales sur le dessus des roues qui permettent de détourner le flux d’air là où le souhaitent les ingénieurs. Photo Jean-François Ottonello et Dylan Meiffret.
3- L’aileron arrière subit aussi une cure d’amaigrissement. Installé plus haut, il aura pour fonction d’aspirer l’air sale qui empêche les voitures de se suivre. Un moyen supplémentaire d’offrir des batailles en piste. Photo Jean-François Ottonello et Dylan Meiffret.
4- En 2022, terminé les bargeboards, ces appendices de carrosserie à vocation aérodynamique présents sur le côté de la voiture. Désormais place à des pontons simplifiés avec des ailettes qui faciliteront le passage de l’air autour de la voiture sans le polluer. Une nouvelle astuce signée Ross Brawn pour peut-être aider les dépassements en Principauté. Photo Jean-François Ottonello et Dylan Meiffret.
5- Les pneus prennent de l’ampleur. Terminé les 13 pouces, place aux 18 pouces avec quelques kilos en plus sur la balance. Cette année le manufacturier pneumatique Pirelli a abandonné ses gommes à destruction rapide forçant les pilotes à ralentir pour économiser leurs pneus. Désormais c’est full attaque ! Photo Jean-François Ottonello et Dylan Meiffret.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.