Rubriques




Se connecter à

Charles Leclerc enfonce le clou en signant le meilleur temps des essais libres 2 du Grand Prix de Monaco

Déjà devant trois heures plus tôt au terme du roulage initial, le pilote monégasque de la Scuderia Ferrari a de nouveau dominé les débats, ce vendredi après-midi. Il devance son coéquipier Carlos Sainz alors que les Red Bull de Sergio Pérez et Max Verstappen sont reléguées à plus de trois dixièmes.

Gil Léon Publié le 27/05/2022 à 18:28, mis à jour le 28/05/2022 à 11:24
Comme chez lui, Charles Leclerc! Photo Jean-François Ottonello/Dylan Meiffret

La deuxième valse du vendredi de chauffe monégasque a débuté par un faux pas. Celui de l’Australien Daniel Ricciardo dont la séance s’est arrêtée brutalement dans un rail entre piscine et port.

Plus de peur que de mal pour le héros du Grand Prix de Monaco 2018 qui souffre encore et toujours de la comparaison avec Lando Norris, son jeune et brillant coéquipier chez McLaren.

Une fois le drapeau rouge remis au placard, les monoplaces ont enfin chaussé les gommes à flanc... rouge (tendres), les plus performantes.

De quoi confirmer la hiérarchie des essais libres 1.

 

Tous derrière et lui devant! Particulièrement à l’aise dans les secteurs 1 et 3 du tourniquet monégasque, Charles Leclerc enfonce le clou: 1’12’’656. Le petit prince de Monaco précède cette fois son voisin de stand chez Ferrari, Carlos Sainz, 2e à 0’’044.

Les Red Bull suivent à moins d’une demi-seconde: Sergio Pérez (à 0’’379) devant Max Verstappen (à 0’’447).

Côté français, Pierre Gasly (7e) confirme son entrée en matière positive au volant de l’AlphaTauri, tandis que l’Alpine d’Esteban Ocon demeure en retrait (18e).

Place maintenant à la chasse à la pole. Ce samedi, une fois les ultimes réglages peaufinés (essais libres 3 à 13h) viendra l’heure de vérité, le moment de négocier le crucial virage des qualifications. Top départ à 16h.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.