Rubriques




Se connecter à

Les carabiniers du Prince recrutent: voici tout ce qu’il faut savoir

Ils sont les légendaires gardes personnels du prince. La sélection est difficile car c’est un corps militaire qui est tout entier dévoué à la famille souveraine.

Julie BAUDIN Publié le 27/04/2021 à 12:00, mis à jour le 27/04/2021 à 14:33
La caserne des carabiniers qui veillent au quotidien sur le Rocher et le palais princier. Ici, le commandant Gilles Convertini, son adjoint le commandant Martial Pied, ainsi que le lieutenant Hervé Matu et Steven Angelino qui a intégré le corps en 2018. Photo Jean-François Ottonello

Ils ont la tête haute et le corps droit en toutes circonstances. Le regard franc, volontaire et acéré. Ils sont attentifs à tout. Fiers. Dignes. Et dévoués. Les carabiniers du Prince sont prêts à sacrifier leur vie pour celle des membres de la famille souveraine.

En Principauté, on a d’ailleurs coutume de dire que toute la famille princière est née sur les genoux des carabiniers. Une image pour témoigner de l’attachement extraordinaire qui fait partie, à vie, de l’esprit des carabiniers.

Le corps compte 124 carabiniers sous la responsabilité du chef du corps, le commandant Gilles Convertini - 37 ans et demi de carrière - de son adjoint, le commandant Martial Pied, quatre années dans le corps des carabiniers après 26 ans d’armée française. Leur devise est "Honneur, fidélité, dévouement".

Un recrutement difficile

Un vrai sacerdoce! Et les nouvelles recrues ne sont pas si faciles à trouver.

 

D’ici le mois de septembre, six seront choisies. Les candidats doivent être âgés de 19 ans à 27 ans et avoir un profil précis (lire en encadré ci-contre), ils ont jusqu’à fin juin pour déposer leur dossier. Il leur restera alors quelques semaines pour peaufiner les difficiles épreuves de recrutement.

"Nous recrutons régulièrement. Et exclusivement des Français et des Monégasques, mais ceux-ci sont très rares (lire par ailleurs).

70% viennent de la région Sud. Le volume varie en fonction de départs à la retraite et des départs volontaires" explique le lieutenant Hervé Matu, qui a en charge le recrutement et l’instruction.

 

Mais le corps de carabiniers veut recruter plus large.

"La variété de recrutement, c’est important, ajoute le lieutenant. Recruter sur un bassin géographique beaucoup plus grand, cela nous permet de maintenir aussi l’esprit de corps des carabiniers. Plus on vient de loin par rapport à la caserne, plus celui-ci est marqué."

Et puis il faut dire que la crise de vocation et de l’engagement des jeunes pour les longues carrières professionnelles a aussi atteint ce prestigieux corps.

"Il y a quelques années, sur un recrutement on avait près d’une centaine de personnes qui prenaient contact. Aujourd’hui, nous avons moins de postulants. Notre métier ne fait plus rêver."

En juin 2020, place du palais à Monaco, la relève de la garde des carabiniers du Prince. En mars 2019, le président chinois Xi Jinping est accueilli par la fanfare. Photo Jean-François Ottonello.
Photo Jean-François Ottonello.
Photo Jean-François Ottonello.

Leurs diverses missions

Quarante carabiniers sont mobilisés chaque jour pour assurer les différentes missions. Aujourd’hui, comme hier, le rôle des carabiniers, c’est d’assurer au quotidien la sécurité du Prince et de la famille princière, du palais et de ses dépendances, ainsi que de la résidence de Roc Agel.

LE CÉRÉMONIAL DE 11H55


À ce titre, dix d’entre eux assurent durant 24 heures la garde du palais, avec tous les jours à 11 h 55 le cérémonial de relève. Rituel inchangé depuis deux siècles. Les carabiniers organisent aussi les services d’honneur lors de la réception de personnalités ou d’événements festifs et culturels. En complément de la Sûreté publique, ils veillent aussi à l’exécution des lois et participent au maintien de l’ordre.

UNE VIE DE CASERNE

À côté de ses missions, le corps de carabiniers est aussi un corps autonome, qui s’autogère et qui vit au quotidien dans la caserne : repas, animations, entretien de la caserne, des bâtiments.

Chaque matin, c’est le même rituel. Rassemblement à 7h30 avec la répartition des travaux d’entretien. Puis séances de tir, exercice de secours, sport, maniement d’armes ou répétition pour la fanfare.

Repas et reprise des activités.

 
Photo Jean-François Ottonello.

Le tatami pour tester le comportement du futur carabinier 

Pour espérer faire partie de ce prestigieux corps militaire, la sélection est drastique.

Il faut d’abord être âgé de 19 à 27 ans inclus. Il y a aussi un critère physique : mesurer 1,80 mètre minimum, mais pas plus de 2 mètres et avoir un IMC inférieur à 25.

Il faut aussi savoir nager, être dépourvu de tatouage apparent, être titulaire du permis de conduire, avoir participé à la Journée Défense et Citoyenneté ou avoir effectué une préparation militaire. Enfin, le candidat doit aussi être célibataire. Pour se marier, le carabinier devra attendre d’être confirmé au bout d’un an et demander l’autorisation au prince qui validera en fonction de la place à la caserne.

Une enquête de probité sera aussi menée sur la future épouse.

UNE SÉRIE D’ÉTAPES POUR ÊTRE ADMIS

Si toutes ces conditions sont remplies, le dossier de candidature pourra alors être constitué et déposé avant le 30 juin. Viennent ensuite les épreuves d’admissibilité avec différents tests qui doivent être passés avec succès: épreuves de maths et de français, ainsi que des épreuves physiques.

Puis enfin les épreuves d’admission avec un questionnaire médical, des tests psychotechniques et l’entretien de motivation avec le chef de corps et les RH du gouvernement monégasque.

"Nous voulons voir si le candidat est honnête dans ses motivations, explique le commandant Convertini. Hormis tout ce qui est théorique, nous recherchons aussi de belles personnes. Et pour les mensonges, on a une machine!"

 

NE JAMAIS TOURNER LE DOS

L’admission passe aussi par l’épreuve du tatami face à l’attaque surprise de deux hommes. Une épreuve de comportement pour savoir comment la future recrue réagit quand elle est dans le rouge. Avec le sourire? En trichant? La peur au ventre? Et ensuite comment elle se défend…

S’écrouler et partir en courant, c’est évidemment ne pas mettre toutes les chances de son côté. Car l’esprit de ce corps c’est justement de ne jamais tourner le dos.

"Dans la limite des postes disponibles, le jury arrête le classement final par ordre de mérite, conclut le lieutenant Hervé Matu. Et les nouveaux carabiniers sont incorporés après approbation du prince qui valide, ou pas, les dossiers que nous lui présentons."

De nouvelles recrues monégasques?

cIl y a peu de recrutements monégasques. Et chaque cas est étudié avec soin. L’explication de cette particularité, il faut la chercher dans l’histoire. Notamment la fin du XIXes. avec le printemps des peuples en Europe.

En effet, comment confier la garde personnelle du prince à des nationaux susceptibles de se soulever? C’est pour cette raison qu’Albert Ier va créer une garde princière particulière avec des non Monégasques pour être sûr qu’elle lui soit fidèle, quels que soient les événements.

Une garde qui est aussi sans scrupule si elle doit être amenée un jour à réprimer une insurrection de nationaux. Le corps de carabiniers est l’émanation de cette histoire-là.

Pratique

Déposez le dossier avant le 30 juin et préparez-vous pour les épreuves qui se dérouleront fin septembre/début octobre 2021 pour une incorporation en février 2022. Retrouvez les conditions, les épreuves et d’autres informations sur le site Internet https://carabiniers.gouv.mc/devenir-carabinier-du-prince.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.