Rubriques




Se connecter à

Le parvis du CHPG baptisé au nom du prince Albert-Ier

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la disparition du prince Albert-Ier (1922-2022), le prince Albert II a inauguré, ce samedi au Centre hospitalier Princesse-Grace de Monaco, un parvis au nom de son trisaïeul.

T.P. Publié le 10/04/2022 à 11:03, mis à jour le 10/04/2022 à 14:15
Le prince Albert II et Benoîte de Sevelinges, directrice de l’hôpital, ont dévoilé la plaque commémorative. Michaël Alési / Dir Com

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la disparition du prince Albert-Ier (1922-2022), le prince Albert II a inauguré, hier au Centre hospitalier Princesse-Grace de Monaco, un parvis au nom de son trisaïeul. Au pied de la Tour maternité et à un jet de pierre du chantier titanesque du Nouveau CHPG, le souverain a dévoilé la plaque avec Benoîte de Sevelinges, directrice de l’hôpital monégasque, en présence de plusieurs personnalités politiques du pays.

Un établissement qui, rappelons-le, avait été inauguré le 9 avril 1902 par le Prince savant. Avant de s’établir dans le quartier des Salines, les infrastructures hospitalières étaient installées sur le Rocher, au-dessus de la Porte-Neuve, où se trouve actuellement le Pavillon Bosio.

 

Mais du fait de l’augmentation de la population et de l’insuffisante capacité de l’Hôtel-Dieu, le prince Charles-III amorce un projet de construction pour le remplacer. C’est le prince Albert-Ier, donc, qui verra l’achèvement de cet hôpital de 120 lits à l’emplacement que l’on connaît.

Le CHPG avait été conçu selon une structure pavillonnaire à cause de la crainte permanente de contagions contre laquelle la médecine de l’époque s’avérait désarmée.

De l’Hôtel-Dieu du Rocher, il ne reste désormais qu’un seul vestige: la chapelle qui, jusqu’en 1912, abritera l’Institut international de la Paix.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.