“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Kantorow de père en fils

Mis à jour le 08/08/2018 à 05:11 Publié le 08/08/2018 à 05:11
Alexandre Kantorow.

Kantorow de père en fils

Alexandre Kantorow fait partie de ces musiciens qui n'ont pas besoin de passer des concours internationaux pour se faire connaître.

Alexandre Kantorow fait partie de ces musiciens qui n'ont pas besoin de passer des concours internationaux pour se faire connaître.

À peine ses études achevées à la Schola Cantorum et au Conservatoire de Paris, il a été happé dans la carrière par des impresarios ayant remarqué son talent.

La carrière musicale, il connaît ! Son père et sa mère sont violonistes. C'est peut-être pour cela qu'il a fait… du piano !

Son père est l'un des musiciens classiques les plus célèbres issus de la Côte d'Azur : Jean-Jacques Kantorow, né à Cannes, formé au conservatoire de Nice, ayant remporté le concours international Paganini à Gênes et ayant accompli une prestigieuse carrière de violoniste et de chef d'orchestre sur quelques-unes des plus grandes scènes du monde.

Alors, c'est sûr, Alexandre connaît tous les aléas du métier !

Cela ne l'a pas empêché de foncer dedans tête baissée et doigts déliés. En 2015, étant considéré comme représentant de l'avenir du piano français, il a été invité à participer à la saison inaugurale de la Philharmonie de Paris.

Deux ans après, son disque « A la Russe » (qui est un hommage à la lointaine origine de sa famille) remporte un « Choc » de la revue Classica. Il s'autorise à rêver d'une belle carrière.

Cette carrière passera cet après-midi par Menton où il jouera trois belles pièces du répertoire romantique et postromantique : la Fantaisie de Chopin, la « Danse macabre » de Saint-Saëns, la 1re sonate de Rachmaninov.

Aujourd'hui le Musée Cocteau. Demain ou après-demain le Parvis ? C'est tout le mal qu'on lui souhaite…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct