“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Ludmila, étudiante monégasque confinée seule à Moscou : "C'est beaucoup moins sévère qu'à Monaco"

Mis à jour le 15/04/2020 à 10:55 Publié le 15/04/2020 à 10:49
Chapka et sweat “Munegu 1924”, Ludmila arbore ses origines fièrement et vit son confinement sereinement depuis Moscou.	(DR)

Chapka et sweat “Munegu 1924”, Ludmila arbore ses origines fièrement et vit son confinement sereinement depuis Moscou. (DR) DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ludmila, étudiante monégasque confinée seule à Moscou : "C'est beaucoup moins sévère qu'à Monaco"

Étudiante à la prestigieuse université MGIMO, Ludmila vit un confinement serein mais pas contraint depuis un mois. Elle peine à se projeter mais garde le sourire

En ce mois d’avril 2020, les jours se suivent et ne se ressemblent pas à Moscou. Un jour, la neige crisse sous les semelles comme des lames de plancher ; le lendemain, le soleil perce à travers le plafond blanc pour adoucir des berges de la Moskova balayées par un vent glacial.

Un jour, Vladimir Poutine se fend d’un discours très sobre sans ordonner de confinement général ; le suivant, il invite chaque gouverneur de province et maire à prendre leurs propres mesures face au Covid-19. Pour finalement reconnaître des "pénuries" d’équipements de protection pour le personnel médical alors que le monde, sevré d’images officielles, découvre sur les réseaux sociaux d’impressionnantes files d’ambulances aux portes des hôpitaux moscovites.

Trois mois après la fermeture de ses frontières avec la Chine, berceau d’un mal indicible, la Russie semblait ainsi particulièrement épargnée par la pandémie de coronavirus jusqu’à ce que son président concède, ce lundi, que la situation n’évoluait pas "dans la meilleure direction" et que le pic de l’épidémie est à venir. Quant aux chiffres, à l’instar de l’opaque comptabilité chinoise, qu’en penser ? Ce mardi encore, le plus vaste pays du monde et ses quelques 145 millions d’âmes revendiquait moins de 20 000 contaminations pour 150 décès. Miracle soviétique ou camouflage étatique ? L’avenir le dira. Ou pas…

En attendant, à quoi ressemble la vie dans la capitale ? Pour le savoir, nous avons pris le pouls de locaux, à commencer par Ludmila Diato, seule ressortissante monégasque étudiante à Moscou actuellement.

"La fréquentation des rues a largement diminué"

Au bout du fil, notre “œil de Moscou” s’impose un confinement dans son appartement de banlieue depuis presque un mois. Au pied de sa tour, les mouvements se font plus rares. Et la cour de récréation de l’école mitoyenne ne résonne plus aux cris des bambins. Pour autant, la vie continue.

"Il n’y a pas de couvre-feu, ni d’attestation à remplir pour sortir. Des amis m’ont dit qu’il y avait des contrôles de police la nuit. La fréquentation des rues a largement diminué et on n’a pas connu de pénurie ou de panique. Mais les gens ne prennent pas de précautions particulières. Ils n’ont ni masques, ni gants", décrit celle qui a décroché son Bac ES au lycée Albert-1er, avant de poursuivre.

"Les médias en parlent, il y a des affichages dans les transports en commun et dans quelques commerces sur le lavage des mains. Le gouvernement ne semble pas prendre le danger à la légère, comme la plupart des Russes, mais leur comportement correspond à leur mentalité. Ils sont assez méfiants."

Au final, c’est l’Europe qui paraît autoritaire derrière l’Oural.

"le maire
de moscou a juste conseillé le confinement"

"C’est beaucoup moins sévère ici qu’à Monaco. Il y a dix jours, le maire de Moscou [Sergueï Sobianine, ndlr] a juste conseillé le confinement pour le bien de chacun. Ce n’est qu’une précaution mais la plupart des étrangers et Russes la perçoivent comme une règle. Même si une bonne partie de la population, notamment les grands-parents, continue à penser que c’est une simple grippe et qu’on ne meurt plus de la grippe en Russie."

Étudiante au prestigieux Institut des relations internationales MGIMO, le "Harvard russe" tel que le surnommait Henry Kissinger, Ludmila a basculé en télé-enseignement sans savoir comment elle bouclera son année préparatoire à un cursus diplomatique couplé d’une spécialisation dans les énergies.

Car à une vingtaine de kilomètres de la Place Rouge, les bâtiments gris du MGIMO, longtemps viviers des cerveaux du KGB et aujourd’hui reconnus comme une pépinière de futurs décideurs internationaux, ont fermé leurs portes le 21 mars. Comme toutes les écoles de Moscou qui devaient initialement rouvrir… le 12 avril.

"Je n’arrive pas à me projeter jusqu'aux examens"

"Notre vie est en pause. Il y a des bruits qui disent que l’école va rouvrir au maximum à la fin du mois mais on ne sait pas. Je n’arrive pas à me projeter jusqu’aux examens de juin et encore moins à mes vacances d’été à Monaco", reconnaît la jeune femme de 19 ans, dont les journées s’articulent autour de la lecture, du sport, de documentaires comme Secrets d’Histoire. "Il faut faire de ce confinement, un confinement utile. Ne pas se dire à la fin : “Mince, j’aurais pu faire ça”."

La crise sanitaire actuelle s’invite également au menu de ses cours, notamment par des exercices de projections géopolitiques. Par exemple : “Y aura-t-il un avant et un après en Europe ?”. "On a la chance d’être en petit comité, environ dix par classe, et on avance plus vite sur le programme", estime celle qui entend bien "servir son pays" plus tard. Principauté où sa maman (lire ci-dessous) est agent commercial et le papa, cadre à la SBM.

"des étudiants ont été mis dehors sans solution de repli"

L’école par webcam, outre l’économie de trajet, c’est aussi une manière insolite de (re)découvrir ses camarades. "On rentre tous dans notre intimité, on n’est pas forcément apprêtés et certains sont en pyjama", sourit Ludmila qui vit bien son confinement mais fustige le sort de certains.

"La fermeture du campus a été annoncée à peine une semaine avant et beaucoup d’étudiants étrangers ont été mis dehors sans solution de repli."

Moscou est la ville la plus touchée en Russie avec plus de 11.000 contaminations au Covid-19 recensées.
Moscou est la ville la plus touchée en Russie avec plus de 11.000 contaminations au Covid-19 recensées. AFP

Ces dernières heures, la Russie a haussé sa vigilance, notamment après avoir été pointée du doigt par la Chine. L’Empire du Milieu a en effet enregistré 98 nouvelles contaminations en
24 heures ce dimanche, dont 49 Chinois qui seraient rentrés au pays depuis la Russie.


Si le dépistage massif n’est pas en vigueur en Russie, comme en France ou à Monaco, des tests à 30 euros se démocratisent à Moscou – ville la plus touchée –, où plus de 4 500 étudiants en médecine ont été mobilisés dans la lutte contre la propagation du virus selon le maire.


Ce lundi, le gouvernement a également mis en place des attestations dérogatoires pour utiliser les transports en commun ou la voiture dans le but d’aller travailler. Idem pour les achats de première nécessité qui ne pourront s’effectuer que deux fois par semaine. Les piétons restent, eux, libres de leurs mouvements.

"Ma mère a dû passer par la Lettonie et l'Estonie"


Quant aux frontières, hormis quelques liaisons avec l’ex-bloc de l’Est, elles se sont fermées au fur et à mesure.D’abord l’Iran, puis la Corée du Sud, la Biélorussie, la Norvège, la Pologne…

"Ma mère est venue me rendre visite il y a un mois, pour repartir à Monaco elle a dû passer par la Lettonie et l’Estonie", confie Ludmila, qui garde un contact quotidien avec ses proches par téléphone. "Sans anxiété."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.