“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le nouvel ambassadeur de France à Monaco annonce la venue prochaine d'Emmanuel Macron en Principauté

Mis à jour le 15/10/2019 à 22:23 Publié le 15/10/2019 à 22:18
Laurent Stéfanini, ambassadeur de France, accueillera "dans les mois qui viennent", à Monaco, le président Emmanuel Macron.

Laurent Stéfanini, ambassadeur de France, accueillera "dans les mois qui viennent", à Monaco, le président Emmanuel Macron. Photo Jean-François Ottonello

Le nouvel ambassadeur de France à Monaco annonce la venue prochaine d'Emmanuel Macron en Principauté

Successeur de Marine de Trécesson de Carné, Laurent Stéfanini, ambassadeur de France à Monaco depuis le 16 septembre, annonce la visite prochaine du chef d’État français.

Il représente le chef de l’État français en Principauté et il l’assure: "Le président Macron viendra à Monaco." Laurent Stéfanini vient de succéder à Marine de Trécesson de Carné, au poste d’ambassadeur de France à Monaco, depuis le 16 septembre et est, de par sa fonction, doyen du corps diplomatique.

Mi-Corse, mi-Auvergnat, il a une longue expérience diplomatique sur les questions environnementales et religieuses, ainsi qu’en matière de relations internationales. Officier de la Légion d’honneur, officier de l’Ordre national du Mérite, commandeur des Palmes académiques, membre du Conseil de l’Ordre des arts et des lettres, membre correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques, il est également officier de l’Ordre de Saint-Charles et officier de l’Ordre de Grimaldi.

Le prince Albert II a accueilli les présidents français Nicolas Sarkozy et François Hollande moins d’un an et demi près leur élection respective. À quand une visite d’Emmanuel Macron?
Le président Macron viendra à Monaco. La date n’est pas fixée. C’est dans les mois qui viennent. Mais je ne peux pas vous dire quand. Ce sera surtout pour montrer l’excellence de la relation entre nos deux pays. Les contacts entre le Souverain et le Président sont très fréquents, très réguliers.

Connaissez-vous votre prédécesseur Marine de Carné?
Je la connais depuis 1989. J’étais alors secrétaire général adjoint de la présidence française de l’Union européenne et Marine de Carné est venue en renfort au département. Je l’apprécie beaucoup. Nous avons fait des voyages ensemble. Au fil des ans, elle est devenue une amie. Elle était une très bonne ambassadrice de France en Principauté.

Votre nom d’origine corse résonne dans le cœur des Monégasques très attachés à sainte Dévote, leur patronne.
C’est vrai que j’ai des origines corses du côté de mon père, dont je suis très fier. Mais je ne me définis pas comme un Corse car je n’ai jamais vécu sur cette île. Je suis surtout Parisien. Mais j’ai des amis à Nice et des parents à Marseille. Pour toutes ces raisons, je suis très heureux de venir travailler en Principauté. Et je n’oublie pas que j’ai également des origines auvergnates (le Puy-de-Dôme, le Cantal et la Creuse) dont je suis très fier également.

Vous avez une expertise en matière religieuse qui est incontestablement un atout à Monaco.
J’ai été conseiller pour les affaires religieuses au Quai d’Orsay au cabinet du ministre des Affaires étrangères et j’ai été numéro 2 et un moment chargé d’affaires à l’ambassade de France près du Saint-Siège. Une de mes spécialités en tant que diplomate a donc été de traiter la dimension politique et des conséquences politiques des questions religieuses. Ces sujets montent en puissance. Dans un monde de plus en plus sécularisé, rapide, imprévisible, et par certains côtés assez barbare (je pense aux attentats), il y a un retour identitaire autour des questions religieuses à travers le monde. C’est vrai qu’en France nous avons eu tendance à évacuer le christianisme qui est notre religion majoritaire et un peu identitaire.

Avez-vous ici des relations particulières avec le diocèse et l’archevêque?
J’ai bien sûr une sensibilité particulière. L’archevêque est une grande figure, reconnue et respectée. Quand j’étais encore à Paris, il m’a chaudement été recommandé de voir Monseigneur Bernard Barsi. Il est tout de même depuis vingt ans archevêque de Monaco et a vécu des moments forts de la Principauté.

Quels sont vos principaux dossiers?
Nous avons beaucoup de petits dossiers, même s’ils peuvent être bien sûr importants pour les personnes concernées. Le gros dossier est d’assurer le mieux possible le lien entre Monaco et la France. Il est d’abord naturel par une communauté de destin partagé et par les 43.000 personnes qui travaillent à Monaco et vivent en France.

La préoccupation majeure des Français de Monaco, c’est le logement. Que faire pour les aider?
Bien sûr, mes prédécesseurs m’en ont parlé. Nous allons essayer de mener une action pour faire en sorte que la population française de Monaco ne cesse de diminuer. Il faut que les Français de Monaco puissent continuer à résider en Principauté.

La population française poursuit-elle son déclin?
Nous avions, en 2016, selon l’Imsee, 9 286 Français en Principauté. La population semble s’être stabilisée. Mais elle est vieillissante. Ce serait bien qu’il y ait plus de Français qui travaillent en Principauté et qui y résident. C’est un souci de qualité de vie et de développement durable. Il faut certainement trouver des solutions dans les communes limitrophes. C’est la responsabilité du gouvernement monégasque, de la région Sud Paca et de l’État. Il faut faciliter les choses et je m’y emploierai. Un des sujets essentiels est d’ailleurs les dessertes ferroviaire et maritime.

Intervenez-vous dans le cadre des négociations sur un éventuel accord d’association avec l’Union européenne?
Nous sommes là pour aider la Principauté. Nous sommes un des grands États fondateurs de l’UE. Nous ne pouvons être que favorables à l’idée que la Principauté définisse de la meilleure manière possible ses relations entre l’ensemble de l’Union européenne et elle-même. Maintenant, ce n’est pas simple. La négociation sera délicate. En plus, l’UE a lancé cette négociation avec Saint-Marin et Andorre qui sont dans une situation très différente de la Principauté. Je constate simplement qu’ici se trouve l’espace Schengen, la zone euro, les règles de circulation financière qui s’imposent au reste de l’UE. Monaco est déjà très intégré. Cette négociation - comme toute négociation - va bénéficier à certains et nuire à d’autres. Il faut trouver un équilibre et faire la part des choses. Ce sera, à mon sens, un processus long, considérant notamment le Brexit et le changement de commission qui n’est pas si simple.

La politique environnementale est un axe fort de la Principauté. Est-ce un sujet auquel vous êtes, vous aussi, particulièrement attaché?
C’est ce qui m’a conduit, avec Ramoge en 1992, à entrer en contact avec Monaco. Déjà, à l’époque, le souverain Rainier III était très actif. Le prince Albert II a renforcé son action sur ces questions dans les instances internationales. Monaco a toujours été actif.


Bio express

Né le 15 août 1960, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Institut d’études américaines (New York University), Laurent Stéfanini est nommé au ministère des Affaires étrangères en 1985, à sa sortie de l’ENA (promotion "Léonard de Vinci").

Parmi les nombreux postes qu’il a occupés, notons qu’il a été ministre conseiller de l’ambassade de France près le Saint-Siège (Rome) de 2001 à 2005, chargé d’affaires de décembre 2001 à juin 2002. Il est ensuite conseiller pour les affaires religieuses du Quai d’Orsay, de 2005 à 2006. Puis, il est nommé ambassadeur délégué à l’environnement. De mai 2010 à avril 2016, il est le Chef du protocole, introducteur des ambassadeurs, en charge, entre autres, d’organiser les déplacements du président de la République et les sommets internationaux.

Il a en parallèle été secrétaire général de la présidence française du G20 et du G8 en 2011. Il assume les fonctions d’ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l’Unesco, d’avril 2016 à septembre 2019. Arrivé le 16 septembre 2019, Laurent Stéfanini est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la Principauté et Doyen du corps diplomatique.


Deux chefs d'Etat régulièrement réunis

Le souverain monégasque a régulièrement rencontré le président français.

Un mois seulement près l’élection française, le 4 juin 2017, le prince Albert II de Monaco assistait à la finale du Top 14, ASM Clermont contre le RC Toulon, au Stade de France, à Saint-Denis, en présence du couple présidentiel.

Puis, le 14 juillet 2017, le prince Albert II et Emmanuel Macron se sont retrouvés lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice.

Le 12 décembre 2017, le Souverain a été invité par le Président français à participer au One Planet Summit, organisé à Paris.

Le couple princier s’est également rendu à la commémoration du 11 novembre 2018, alors que la France accueillait plus de 70 chefs d’État et de gouvernement pour les célébrations du centenaire de l’Armistice de 1918. Le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella étaient avec leurs parents lors de ce séjour parisien, et ont été invités au Palais de l’Élysée par Brigitte Macron.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.