"Ma famille est mon roc": santé, éducation de ses enfants, engagements... les confidences de la princesse Charlène

Sa parole est rare mais pour marquer les dix ans de sa fondation la princesse Charlène s’est confiée sur sa famille, sa santé meilleure, ses engagements et sa vision d’avenir.

Article réservé aux abonnés
Cédric Verany Publié le 13/12/2022 à 22:25, mis à jour le 13/12/2022 à 22:13
exclusif
Installée dans le Salon de Famille, dans une aile privée du Palais princier, la princesse Charlène s'est confiée sur son quotidien et ses projets à venir. Photo Jean-François Ottonello

Elle ne s’en détourne pas, mais l’interview n’est pas son exercice favori, préférant chérir l’adage : « pour vivre heureux, vivons cachés ». Mais, de bonne grâce, la princesse Charlène s’est livrée – comme elle ne le fait que très rarement – pour donner de ses nouvelles, partager son quotidien, son état d’esprit, sa vérité quand souvent les commérages, les rumeurs ou les articles de presse trash parlent à sa place.

Après une année 2021 marquée par une série d’infections dentaires entraînant une profonde fatigue, l’épouse du souverain recouvre peu à peu sa santé et regagne de l’énergie. Ce qui lui a permis, depuis le printemps dernier, de reprendre ses activités publiques. Des grands rendez-vous de la Principauté, à la Fashion Week parisienne en passant par un gala caritatif à New York.

C’est dans le décor apaisant du Salon de Famille du Palais princier, sous les regards bienveillants de portraits d’illustres membres de la lignée Grimaldi toutes époques confondues, que la princesse Charlène s’est confiée autour d’une tasse de café accompagnée par deux de ses chiens : Harley, un chihuahua qui domine son monde, et Tia, si frêle qu’elle tient dans la paume de la main de sa maîtresse. Une présence la mettant en confiance pour évoquer son état d’esprit, ses enfants qui grandissent…

Même si aujourd’hui, elle entend surtout faire parler d’elle pour ses engagements plutôt que son état de santé. Sa toute récente prise de fonctions à la Société Protectrice des Animaux (SPA) de Monaco, dont le prince Albert II lui a confié la présidence, est un bon exemple. Et ce nouveau rôle sied parfaitement à cette amoureuse des animaux, qui veut s’engager pour leur bien-être.

La fin de l’année 2022 marque aussi la première décennie de la Fondation Princesse Charlène, lancée en 2012 autour d’une volonté liminaire : faire barrage au fléau de la mort par noyade dans le monde en proposant des programmes pour apprendre aux enfants à nager et à apprivoiser l’eau des côtes méditerranéennes aux rives d’Afrique ou d’Asie.

Une mission presque marginale une décennie en arrière, aujourd’hui encouragée par l’ONU qui pousse nombre d’organisations à agir. La Fondation Princesse Charlène a mis sa pierre à l’édifice dans cette reconnaissance d’un problème de santé publique. Et la Princesse en est fière.

"Je me sens tellement mieux que ce que je ne l’ai été"

Le 19 novembre dernier, aux fenêtres du palais, la princière princière réunie assistait au défilé de la Fête nationale. Photo Jean-François Ottonello.

Jacques et Gabriella ont beaucoup grandi et sont de plus en plus régulièrement associés à la vie officielle de la Principauté. De quelle manière le souverain et vous-même les y préparez-vous ?
Jacques et Gabriella sont nés avec des responsabilités et des devoirs. Ce ne sont encore que des enfants, mais ils commencent à comprendre leurs rôles. Avec mon époux, lorsque nous devons nous rendre à un événement, nous leur expliquons quelle est la nature de cet événement, de cette cérémonie. Ils apprécient de nous accompagner, et avec le Prince, nous aimons accomplir ces missions tous les quatre, ensemble. Mais, comme je vous le disais, ils sont encore jeunes, ils continuent d’observer et d’apprendre, avant que cela ne devienne naturel pour eux.

Le jour de la Fête nationale, à leurs côtés votre fierté était visible, tout comme celle du Souverain…
Nos enfants étaient très enthousiastes de prendre part à cette Fête nationale et nous avons été très fiers de voir leur maturité. L’unité familiale est primordiale pour nous. La Fête nationale est toujours un moment joyeux en famille, porté par de nombreuses interactions avec la population monégasque. Et cette année, Jacques était heureux de revêtir le même uniforme que son père. Et Gabriella, très fière de porter sa médaille.

Comment décririez-vous leur complicité ?
Ce sont deux enfants qui ont leur propre langage et qui se comprennent. Ils s’aiment et se protègent l’un et l’autre et font part d’une immense bienveillance entre eux. C’est un lien assez unique je dois dire, et je constate cette particularité que partagent des jumeaux.

Après des moments très difficiles pour vous, une nouvelle page s’ouvre désormais. Comment l’abordez-vous ?
Je voudrais, d’abord dire que je me sens aujourd’hui tellement mieux que ce que je ne l’ai été ces dernières années. Je ressens moins de douleurs et beaucoup plus d’énergie. Je continue de me rétablir, de me rééquilibrer. Cela prendra encore du temps, mais je suis heureuse. Ma famille et ceux que j’aime sont mon roc. J’aborde l’avenir, pas à pas, un jour après l’autre.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.