Rubriques




Se connecter à

"Tout le monde pense qu’il faut arroser les légumes le soir, mais c’est faux": les conseils des pros du salon plantes, fleurs et jardins d’Antibes

Comment allier alerte sécheresse et amour du jardinage ? Début de réponse avec les exposants du salon plantes, fleurs et jardins d’Antibes présents jusqu’à ce dimanche 29 mai au soir sur le Pré-des-Pêcheurs.

Margot Dasque Publié le 29/05/2022 à 08:51, mis à jour le 29/05/2022 à 08:39
Au premier plan: les portulacas. Elles ne demandent qu’un arrosage hebdomadaire. (Photo M. D.)

Rouge comme des tomates. Le soleil n’a pas encore atteint son zénith que des visiteurs affichent une mine digne d’une Marmande. Hier, les curieux à la main plus ou moins verte ont flâné auprès de la trentaine d’exposants du salon plantes, fleurs et jardins. Un champ où géraniums, cactus et autres agrumes se côtoient jusqu’à ce soir, sur l’esplanade du Pré-des-Pêcheurs d’Antibes.

Avec la présence de la famille Ollivier d’Ollioules qui a bien failli ne plus avoir… de stock. "Chaque dimanche, on vend. Sans les deux tours de la présidentielle, on n’aurait rien à déballer ici", indique le descendant d’un pionnier producteur: "Mon arrière-grand-père a installé les premières serres dans le Var. C’était en 1920." Cent ans plus tard, la fleur n’est plus coupée, mais en pot. Et le regard toujours tourné vers la météo: " Je n’ai jamais connu un moi de mai pareil… " Justement, quelle plante résiste au coup de chaud (1)? Sous sa casquette, il désigne les portulacas. Des plantes qui se "régulent d’elles-mêmes et ne demandent qu’un arrosage hebdomadaire ".

Dans le genre petite soif, on retrouve les précieuses succulentes de Luca Borella. Un retraité passionné qui prend soin des crassulas, echeverias, sedums et compagnie. Une passion qui depuis dix ans prend de la place sur… sa terrasse. "On me prête aussi un petit bout de terrain mais l’essentiel de ma production tient chez moi, boulevard Wilson ", sourit cet ancien styliste qui est tombé en amour pour ces plantes en vivant en bord de mer: "Rien ne tenait le choc. Sauf les succulentes. On les arrose une fois par semaine en été, on évite le gel l’hiver et voilà!"

Une petite astuce qui fait sa marque de fabrique. Smartphone en main, une de ses clientes lui montre fièrement une photo: " Regardez comment elle va bien! " Une de ses petites, devenue grande. " Il donne de très bons conseils", indique, ravie, la dame qui lorgne déjà sur ses futures espèces à adopter. Il faut dire que sans l’avis d’un pro, on peut rapidement sceller le sort des plants… "Tout le monde pense que c’est bien d’arroser les légumes le soir. Alors qu’avec l’hygrométrie, pas besoin. C’est le matin tôt qu’il faut s’en occuper. Elles en ont besoin avant de prendre le soleil ", indique Paul Fossat "dernier des Mohicans sur la colline de Crémat à Nice ".

 

Avec son fils Sébastien, quatrième génération, la culture c’est une seconde nature. Un métier aussi beau que rude: " On a eu un printemps pourri! Ceux qui ne donnent pas dans le pot, ils ont subi de plein fouet les caprices de la météo. Paf, le gel: tu peux tout bazarder." Pour autant, " on en a vu d’autres". Philosophe, le pépiniériste vit le dernier salon de la saison: "Après, c’est fini, on remballe. En même temps, les gens ont commencé à planter le 15 avril. " Un amour pour le vert qui n’a connu nul pareil dans la cité des Remparts depuis la première édition du salon pour le spécialiste: " C’était dingue, on n’avait pas une minute." Une belle année qui doit toujours son succès à la même chose: la clémence de Mère Nature.

1. Pour rappel, un arrêté préfectoral classe jusqu’au 30 juin en alerte sécheresse l’ensemble du département des Alpes-Maritimes, sauf la zone de la Siagne aval (Pegomas, La Roquette-sur-Siagne, Mougins, Mouans-Sartoux, Auribeau-sur-Siagne, Le Cannet, Cannes, Vallauris, Mandelieu-la-Napoule, Théoule-sur-Mer) placée en vigilance sécheresse.

Savoir +

Salon plantes, fleurs et jardins, esplanade du Pré-des-Pêcheurs à Antibes, de 10 heures à 19 heures. Entrée libre.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.