“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Grève SNCF: comment les salariés monégasques s'organisent pour aller bosser

Mis à jour le 03/05/2018 à 15:08 Publié le 03/05/2018 à 14:23
A l'arrivée du TER à Monaco, à 11h30, les passagers se sont dépêchés de rejoindre leur lieu de travail.

A l'arrivée du TER à Monaco, à 11h30, les passagers se sont dépêchés de rejoindre leur lieu de travail. Photo archives Cyril Dodergny

Grève SNCF: comment les salariés monégasques s'organisent pour aller bosser

Treizième jour de mobilisation à la SNCF depuis début d’avril. Selon la direction, un TGV sur deux circule, ainsi que deux TER sur cinq et un train Intercités sur trois. Si la mobilisation faiblit, le mécontentement des usagers ne fait que croître. Nous l'avons constaté ce jeudi matin entre Cannes et Monaco, en interrogeant des salariés monégasques.

Face à la suppression de la plupart des trains, les usagers multiplient les alternatives pour se rendre, à l’heure, sur leur lieu de travail. Ce jeudi matin, à 10h, la gare de Cannes est vide, ou presque. Quelques touristes attendent patiemment le train de 10h23 à destination de Vintimille. C’est une fois la gare de Nice-Ville que les travailleurs monégasques s'engouffrent dans les différents wagons. Témoignages.

Jean-Michel: "Je m’arrange pour ne pas avoir à prendre le train lorsqu’il y a la grève"

Jean-Michel est évêque orthodoxe, auteur et surtout ancien cheminot. Il venait à Monaco ce jeudi matin pour un rendez-vous professionnel à Monaco..

"J’ai beau être un ex-cheminot, je ne me suis pas trop intéressé aux revendications des grévistes. C’est peine perdue. Cette grève est embêtante mais on doit d’adapter."

S'organiser à l’avance est devenu une obligation pour lui: "La plupart du temps, je fais en sorte de ne pas avoir à sortir lorsqu’il y a grève. Je calcule tous mes déplacements en fonction des deux jours de mobilisation annoncés par la SNCF."

Claire: "Les rendez-vous, c’est en fonction de la SNCF désormais"

Claire est coiffeuse à Monaco. Niçoise, elle doit s’arranger directement avec ses clients pour organiser son temps de travail. "J’accepte les rendez-vous en fonction des trains. En ce moment, j’ai des après-midi plutôt chargées à cause de cela."

La jeune femme a un emploi du temps modulable. Jamais le même horaire d’arrivée et par conséquent, jamais le même horaire pour rentrer… "C’est vraiment difficile. J’essaye de prendre un maximum de rendez-vous en fin de journée, mais c’est compliqué lorsque l’on a des enfants. En plus de devoir m’organiser pour aller bosser, je dois me débrouiller pour faire garder mes enfants."

Claude: "Je viens plus tôt au boulot"

Claude travaille dans l’immobilier à Monaco. "C’est vraiment la galère en ce moment hein?"

Dans le wagon, ils sont plusieurs comme lui à se plaindre de la situation. Le train de 10h23 n’est pas bondé contrairement à celui de 8h23. Mais en période de grève, les usagers ont la critique facile. En ce qui concerne son organisation, Claude a trouvé la solution : "Au lieu de venir à 9h, je viens à 8h. Sauf aujourd’hui où j’ai réussi à louper mon train."


La suite du direct