"Je suis persuadé que l’on va le faire...": Tout ce qu'il faut savoir avant le match de Coupe de France entre Grasse et Rodez

Les hommes du président Jean-Philippe Cheton ont rendez-vous avec l’histoire sur leur synthétique de La Paoute. Tout donner pour ne rien regretter, c’est le leitmotiv du match.

Article réservé aux abonnés
Rudy Koskas Publié le 21/01/2023 à 10:23, mis à jour le 21/01/2023 à 10:14
Dernier entraînement sous le soleil hier matin à La Paoute pour Medjian, Muratori et compagnie avant d’affronter Rodez ce soir à 18 heures. Patrice Lapoirie

Vendredi matin, lors du dernier entraînement, les Grassois avaient un sourire grand comme ça! Pas l’ombre d’une pression quelconque ni d’anxiété. Chambreurs, taquins, les "Rouge et Bleu" semblaient encore loin du rendez-vous historique qui les attend aujourd’hui à 18 heures à La Paoute face à Rodez (Ligue 2). Dans un stade annoncé plein comme un œuf, les coéquipiers de Sahmkou Camara devront se lâcher et jouer comme ils savent si bien le faire. "Prendre du plaisir, tout donner et ne pas avoir de regrets" lâchent de concert 2-3 coéquipiers du capitaine Nicolas Medjian.

Un 11 de la Rose qui se voit bien passer l’obstacle ruthénois... si l’occasion se présente.

Jouer son va-tout

Confirmation du portier Florian Camus qui devrait être pas mal sollicité durant les 90 minutes: "C’est un 16e de finale, un match forcément différent. Surtout que, pour presque tous les joueurs, ce sera une première. Mais on reste focus sur le travail à faire demain soir (aujourd’hui). On va devoir jouer notre va-tout jusqu’au bout en proposant notre jeu habituel, pas comme contre les Réunionnais en 32es. Ça va être différent car nous ne sommes pas favoris face à une équipe pro qui est au-dessus de nous. Mais tout est possible dans un match de Coupe."

Motivés et persuadés de leurs chances, les Grassois ne vont pas se présenter en victimes et veulent entrer dans ce match dès les premières secondes avec ambition et envie.

"On y croit évidemment, tout peut arriver en Coupe, poursuit le gardien. C’est la magie de cette compétition. Je suis persuadé que l’on va le faire... Tout le monde l’est! Je fais entièrement confiance aux gars qui ne lâchent jamais rien et sont solidaires. Je pars optimiste tout en restant humble et sûr de nos forces. Nous sommes tous persuadés que l’exploit est réalisable."

2.000 spectateurs attendus

Du côté de Rodez (qui a sorti Monaco, au Louis-II, lors du tour précédent) pas d’excès d’optimisme vu la situation en championnat (17e) et un changement d’entraîneur (Didier Santini) il y a quelques semaines.

Sans parler d’une semaine d’entraînement compliquée durant laquelle les Ruthénois ont dû gérer avec des conditions météo défavorables et un terrain très enneigé ! Des conditions loin d’être optimales pour Cibois et consorts qui vont devoir justifier leur statut de favori face à une armada grassoise motivée comme jamais.

Près de 2.000 spectateurs sont attendus en fin d’après-midi à La Paoute avec le fol espoir de voir leur équipe créer la surprise et poursuivre son aventure en Coupe de France.

C’est tout le mal que l’on souhaite aux Rouge et Bleue.

Les équipes

Grasse (N2): Camus - Muratori, Corain, Camara - Chatelain, Souda, Medjian (cap), Ako, Gazzaoui - Gueye, Puel. Remplaçants: Roperti, Grandemange, Rolando, Fernandez, Antognelli, Djelassi, Atarsia, Lohoues, Badalassi. Entraîneur: Loïc Chabas.

Rodez (L2): Cibois - Mouyokolo, Buades, Raux-Yao - Vandenabeele, Abdallah, Valerio, Boissier (cap.), Rajot - Mendes, Corredor.
Entraîneur: Didier Santini.

Photo Patrice Lapoirie.

Loïc Chabas, entraîneur de Grasse: "Si on passe, ce sera un exploite

Serein, le technicien grassois, qui vient d’être de nouveau papa d’une petite Lena (après Marlon 10 ans), s’est préparé sans pression pour ce rendez-vous historique pour le club.

Ce n’est pas une rencontre comme une autre...

C’est vrai mais on a essayé de la préparer comme un match de championnat pour mettre moins d’excitation autour de l’événement. C’est ce qui nous a fait défaut au tour précédent. On n’en fait pas une montagne. Il y a moins de pression que face aux Réunionnais car on était favori et c’était historique.

Quel visage va proposer le RCPG?

On est outsider face à une Ligue 2. Je veux surtout ne pas avoir de regret à la fin. Seulement jouer notre foot et ne pas attendre que ça se passe. J’attends des joueurs qu’ils soient libérés et qu’ils profitent de l’instant… pas comme face à La Tamponnaise!

Le stade va être de nouveau plein.

Oui il y a beaucoup d’engouement, cela va être une belle fête sur et en dehors du terrain. Malheureusement, il y a un peu moins de public en championnat alors que l’on fait un super parcours (2e). C’est là que l’on voit que la Coupe de France est une compétition magique.

Il faut éliminer une L2...

On a bien préparé le match avec le staff. Le plus difficile c’est d’enlever six jeunes joueurs méritants, c’est ce qui me tracasse le plus. Mais je suis moins stressé par l’enjeu, je dors mieux (rires)! Si on passe, ce sera un exploit. Si on est éliminé, on sera triste mais on aura réalisé un beau parcours et on pourra se concentrer sur le championnat où il y a un coup à faire! 

Les Ruthénois, tombeurs, s’il vous plaît, de Monaco au Louis-II en 32es (2-2, 5-4 tab), n’ont atteint les 8es de finale que deux fois durant leur histoire. Photo C. D. .

Rodez veut sa qualif’

Le RAF n’est pas au mieux actuellement en championnat avec une inquiétante 17e place. Un nouvel entraîneur, Didier Santini, a débarqué en décembre dernier et a l’objectif de sauver Rodez en Ligue 2. Une priorité qui n’empêche pas d’avoir de l’ambition lors de l’intermède Coupe de France.

"On prend Grasse au sérieux et nous n’avons surtout pas l’envie de délaisser la Coupe", indique-t-on au club. Les Ruthénois, tombeurs, s’il vous plaît, de Monaco au Louis-II en 32es (2-2, 5-4 tab), n’ont atteint les 8es de finale que deux fois durant leur histoire. Une qualification ne serait donc pas anodine. A Grasse, le RAF sera privé notamment de son meilleur buteur, Clément Depres (suspendu), Joris Chougrani (blessé) et Aymen Abdennour (malade).

Plus offensifs depuis quelques rencontres, les Aveyronnais pressent plus haut et sont un peu mieux dans le jeu. Ils veulent confirmer en Coupe en dépit de la défaite à Laval en championnat qui a été un petit coup d’arrêt. Et repartir sur les bonnes bases proposées depuis la reprise.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.