Rubriques




Se connecter à

Cinq ans de prison pour le chauffard qui avait tué deux pompiers monégasques à Puget-Théniers cet été

Alexis Lababsa, artisan de 24 ans, a été maintenu en détention. Le 31 août, il avait fauché un groupe de pompiers monégasques qui effectuait une rando moto loisirs.

Grégory Leclerc Publié le 28/10/2021 à 19:22, mis à jour le 28/10/2021 à 19:22
Deux sapeurs-pompiers, en rando loisir à moto, avaient été tués, et deux autres blessés. Photo C.F.

"Vous avez volé la vie de notre fils ce jour-là. Je vous demande du courage et un soupçon d’honnêteté, si vous en êtes capables. Et de ne pas vous cacher derrière des phrases toutes faites." Était jugé ce jeudi, devant le tribunal correctionnel de Nice, le conducteur responsable du tragique accident de la route qui s’est produit le 31 août à Puget-Théniers. Quatre motards, des pompiers de Monaco en rando loisirs à moto, avaient été fauchés. Deux avaient été blessés, deux autres tués: le sapeur Mathis Canavese, 22 ans, et le sergent Stéphan Hertier, 42 ans.

Celle qui s’exprime ainsi à la barre, digne, avec émotion, devant le chauffard, est la maman de Mathis. Dans le box, Alexis Lababsa, artisan de 24 ans, muscles saillants sanglés dans une chemise blanche, n’adresse que des regards fuyants à la maman et aux proches des victimes. Une attitude qui a laissé planer un sentiment de malaise dans la salle d’audience et qui a été relevée par le président, le procureur, et les parties civiles.

Positif au cannabis

"Ce que les familles attendaient c’est la vérité, mais surtout de la sincérité et de l’authenticité dans vos propos. Elles ne l’ont pas eu", a appuyé Me Julien Darras. "Les familles auraient peut-être aimé avoir des excuses sincères", cingle Me Florence Bensa-Troin. Sobrement, les deux motards rescapés sont venus témoigner à la barre. Plus douloureux ont été les témoignages des proches des disparus, à l’invitation du président du tribunal, Christian Legay. "C’est un père qui part, un frère, un fils, un ami, un frère d’armes, ce ne sera jamais réparé", s’est étranglé dans un sanglot le frère de Stéphan Hertier. Le conducteur était positif au cannabis.

 

Alexis Lababsa, qui devait fêter les deux ans de son fils le jour de l’accident, a reconnu une consommation quotidienne. "Mais quand je dois emmener mon fils en voiture, je ne consomme pas la veille", a-t-il affirmé à la barre. Bronca sourde dans le public. Pour expliquer que son véhicule ait quitté sa voie de circulation et violemment percuté frontalement le groupe de motards, il affirme s’être endormi au volant. Les parties civiles n’y croient pas. Pensent qu’il téléphonait peut-être au volant de son utilitaire. Sans qu’aucun élément matériel ne soit venu appuyer cette thèse. Une lettre maladroite, envoyée aux parties civiles à quelques jours du procès, a fini de froisser les familles.

Le chauffard reste en détention À la défense du prévenu, Me Jessica Dalmasso note que ce "bon père de famille" sortait d’un chantier épuisant. Elle plaide le coup de fatigue accidentel. Et affirme que les traces de cannabis retrouvées dans son sang n’expliquent pas le drame. Ce n’est pas l’avis du procureur, Ludovic Manteufel, qui rappelle que la substance est à l’origine de 20% des accidents mortels et provoque 650 décès chaque année sur la route.

Alexis Lababsa a finalement été condamné à cinq ans de prison, dont un avec sursis probatoire. Il reste en détention. Son permis a été annulé. Il a obligation de soigner son addiction au cannabis et d’indemniser les victimes. Il est déjà condamné à verser des dizaines de milliers d’euros aux familles, en attendant que le montant final des indemnisations ne soit tranché.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.