Rubriques




Se connecter à

Attentat de Nice: un homme armé arrêté alors qu'il voulait "faire justice" et "égorger" l'assaillant à l'hôpital

Un homme armé d'un couteau a été interpellé ce mercredi 11 novembre à l'hôpital de Begin dans le Val-de-Marne rapportent nos confrères de La Dépêche.

La rédaction Publié le 11/11/2020 à 19:40, mis à jour le 11/11/2020 à 19:58
L'église Notre-Dame Photo Dylan Meiffret

Selon La Dépêche, un homme armé d'un couteau a été arrêté dans l'un des accès de cet hôpital de la région parisienne. 

L'individu aurait affirmé vouloir "égorger" un malade "particulier" et "faire justice".  Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire, à Paris. Il aurait confirmé aux enquêteurs sa volonté de s'en prendre à Brahim A.

Il s'agit de l'hôpital dans lequel a été admis en fin de semaine dernière, l'assaillant de l'église Notre Dame, accusé d'être l'auteur de l'attaque au couteau du 29 octobre dernier. Un attentat terroriste qui avait fait 3 morts. 

L'assaillant, neutralisé par la police municipale de Nice, avait été blessé par balles. Transporté à l'hôpital Pasteur à Nice, il avait passé plusieurs jours en soins intensifs et avait été opéré. 

 

Transféré de Nice à la demande d'Eric Ciotti

La député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, avait demandé le transfert de l'assaillant dans un hôpital loin de Nice, pour des "raisons de sécurité". 

"La présence du terroriste blessé au sein d’un établissement hospitalier de la commune même où il a commis ses crimes atroces nécessite une mobilisation accrue d’équipes policières, tant pour assurer sa sécurité que pour protéger les personnels hospitaliers, dans un contexte opérationnel de très forte mobilisation", avait écrit Eric Ciotti au ministre de la Santé.

Brahim A.  avait été transféré en avion vers Paris le vendredi 6 novembre. Il n'a, à ce jour, toujours pas été entendu par les enquêteurs. 

 

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.