“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il bouscule et injurie une retraitée alors qu'elle promenait son chien à Monaco

Mis à jour le 30/10/2015 à 08:03 Publié le 30/10/2015 à 08:01
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Il bouscule et injurie une retraitée alors qu'elle promenait son chien à Monaco

Un résident monégasque bouscule une retraitée, l'injurie et casse son téléphone portable alors qu'elle promenait son chien.

Caractériel, asocial et cyclothymique? Serge réfute ces extravagances qui l’ont pourtant conduit devant le tribunal correctionnel pour violences avec injures publiques envers une dame de 62 ans et la dégradation volontaire de son téléphone portable.

Pareil manque de civilités de la part de ce résident de la Principauté a été sanctionné par une peine de dix jours d’emprisonnement avec sursis et 45 euros d’amende.

De prime abord, la scène pourrait paraître grotesque. Le 17 mars dernier, en fin d’après-midi, ce quadragénaire, sans emploi, déambule sur le boulevard Princesse-Charlotte.

Quand il s’approche d’une personne qui promène son chien, il ralentit d’abord son allure. Puis il fait presque du surplace car cette dame, inconsciemment, l’empêche de passer. Là s’en est trop ! L’homme, pourtant précieux à la barre, montre aussitôt une certaine propension naturelle à la colère sur le trottoir.

Les nerfs lachent

"Vous lui arrachez le téléphone des mains, relate le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Vous la poussez ! Vous la couvrez d’invectives et vous jetez son portable au sol. Ce n’est pas un comportement normal.
- Quand je l’ai dépassée, précise à son tour le prévenu, elle m’a traité d’abruti et elle me prenait en photo avec son smartphone. Je lui ai demandé de me remettre son appareil. Et c’est en reculant qu’elle est tombée.
- Pourtant un témoin vous a vu pousser la victime et lui faire un bras d’honneur!
- Certes, j’étais énervé. Mais je conteste les propos rapportés. Ce ne sont pas les miens."

Par la voix de Me Joëlle Pastor-Bensa, la partie civile "réclame 719 euros pour le portable et 10.000 euros de dommages et intérêts. Car ma cliente sortait à peine de son cardiologue quand elle s’est faite agresser. Son état s’est même aggravé par rapport au choc subi et à la peur ressentie"

Le procureur Cyrielle Colle évoquera alors l’impartialité des témoins quand ils décrivent la scène.

"Si cette dame vous a pris en photo, c’était pour avertir la police. Le premier témoin vous a vu lui arracher le téléphone des mains et le second a remarqué une femme qui tombe avec un homme en face. L’infraction est caractérisée: huit jours avec sursis et 30 euros d’amende."

Le tribunal ira plus loin que les réquisitions du ministère public.


La suite du direct