Qui est Alaa Abdel Fattah, militant et prisonnier politique en Egypte ayant entamé une grève de la faim depuis 7 mois?

Dès l'ouverture de la COP27, Emmanuel Macron et d'autres membres de l'ONU ont sommé le président Egyptien de libérer le militant Alaa Abdel Fattah, tristement connu comme le détenu le plus célèbre en Egypte. Portrait de ce dissident qui poursuit sa grève de la faim et qui aurait même cessé de s'hydrater depuis plusieurs jours.

La rédaction Publié le 08/11/2022 à 14:46, mis à jour le 08/11/2022 à 15:15
Un militant en faveur de la libération du prisonnier Alaa Abdel Fattah le 7 novembre 2022 à Beyrouth, au Liban Photo AFP

Depuis sept mois, il est en grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention. Alaa Abdel Fattah, militant prodémocratie et détenu tristement célèbre en Egypte, est, avec le climat, au centre des débats et discours du début de cette COP27. 

Du thé avec un peu de miel. Voilà le "repas" quotidien d'Alaa Abdel Fattah depuis le début de son incarcération en avril dernier dans la prison de Wadi Al-Natroun au nord-ouest de la ville du Caire. Son nom est sur toutes les lèvres, et pour cause, pour marquer le début de la COP27, il aurait même cessé de s'hydrater. 

Un état de santé préoccupant qui pousse les dirigeants et les représentants internationaux à multiplier les sommations auprès de leur homologue Egyptien, le président Al-Sissi, afin d'obtenir la libération du militant. 

Un ferme opposant au régime Moubarak et aux Frère Musulmans 

Ingénieur de formation, Abdel Fattah a été plongé très jeune dans le militantisme avec son père, lui-même militant communiste et défenseur des droits de l'Homme. Son opposition au régime d'Hosni Moubarak à l'époque, lui avait valu d'être arrêté en 1983, torturé et emprisonné pendant cinq ans. Sa mère et sa sœur, Sanaa Seif, sont également très engagées politiquement.

Le fils de la famille fut lui aussi au cœur de toutes les révoltes pendant plusieurs années. Véritable figure de proue du mouvement politique "Kefaya" dans les années 2.000 puis acteur majeur du printemps arabe en 2011, il a participé au renversement du dirigeant de l'époque Hosni Moubarak. 

 

Mais il ne s'est pas arrêté là, Alaa Abdel Fattah est revenu au centre du débat politique et des manifestations pour tenir tête à l'ancien président Mohamed Morsi, issu de la formation des Frères Musulmans. 

En parallèle il a créé le blog "Manalaa" qui lui a permis de remporter en 2005 un prix de Reporters sans frontières. 

Des séjours quasi continus en prison 

Ce n'est pas la première détention vécu par le militant. Au cours de ses années de lutte, Alaa Abdel Fattah a fait des séjours quasiment ininterrompus en prison depuis presque 10 ans.

Le prix de la liberté? C'est en tous cas ce que laisse penser les nombreuses incarcérations du principal intéressé et le constat établi par ses proches. Des manifestations de soutien qui ont très largement dépassées les frontières de l'Egypte, n'ont cessé de croître face à l'ampleur de cette nouvelle incarcération. 

Opposé au régime actuellement en place, le militant politique avait été arrêté en 2019, après avoir tenu sur les réseaux sociaux des propos hostiles à la dictature militaire. Selon Amnesty International, il aurait également été victime d'actes de torture par ses geôliers. Il sera finalement condamné en décembre 2021 à cinq ans de prison pour "diffusion de fausses informations", sans recours possible. 

 

Sa sœur au centre de la COP27 

Sanaa a été conviée à Louxor ce mardi 08 novembre. Son arrivée dans la salle de presse a été marquée par un long silence puis par des applaudissements. Ne sachant pas si son frère est "conscient ou vivant", les mots de la sœur de l'icône du printemps arabe en 2011 avaient une résonnance particulière: "Alaa est en prison parce qu'il croit que le monde peut être un meilleur endroit. S'il voyait la mobilisation, il serait conforté" a-t-elle affirmé. 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.