Le prince Albert II prend part aux Explorations de Monaco dans l'océan Indien

En début de semaine, le souverain monégasque a rejoint les équipes scientifiques des Explorations de Monaco dans l’atoll d’Aldabra, niché au cœur de l'Océan indien. Il y a vu à quel point ce haut lieu de la biodiversité était préservé.

Article réservé aux abonnés
Thibaut Parat Publié le 27/10/2022 à 14:00, mis à jour le 27/10/2022 à 12:28
Le prince Albert II s'est rendu dans l'atoll d'Aldabra pour rencontrer les acteurs locaux qui préservent ce trésor de l'Océan indien ainsi que les scientifiques des Explorations de Monaco. Photo Nicolas Mathys/Monaco Explorations

Niché au cœur de l’Océan indien près des Seychelles, l’atoll d’Aldabra demeure le plus grand récif corallien surélevé de la planète. C’est là, dans ce haut lieu de la biodiversité, que cohabitent des milliers d’oiseaux de mer, quelque 100.000 tortues géantes et une vie marine foisonnante.

Cette zone ultra-protégée fait l’objet, en ce moment, de précieuses recherches scientifiques menées par la société des Explorations de Monaco à bord de l’Agulhas II.

Rencontres et plongées

Entre lundi et mercredi, le prince Albert II s’est rendu sur place pour se rendre compte par lui-même des bienfaits d’une telle préservation. D’abord, en effectuant une visite de l’atoll en bateau et en plongeant dans ses eaux paradisiaques. Puis, en écoutant les scientifiques présents sur l’atoll et qui travaillent pour la Seychelles Islands Foundation, gestionnaire et protectrice de l’atoll. Aux côtés des autorités seychelloises, le souverain a assisté à la signature d’une "lettre d’intention de travailler ensemble pour le Conservatoire mondial du Corail".

L’un des programmes de recherche, piloté par le Centre scientifique de Monaco et l’Institut océanographique, consiste en effet au prélèvement de colonies de coraux vivantes. Prochainement répartis dans des aquariums à Monaco et Brest, ces coraux serviront à repeupler des sites éventuellement endommagés par les effets du changement climatique ou l’acidification des océans.

Le prince Albert II s’est aussi rendu à bord du navire des Explorations où officient près de cent personnes pour un combat commun: la protection des océans.

Il est venu féliciter les équipes qui, jusqu’à fin novembre, vont compiler pléthore de données pour la communauté scientifique internationale. Notamment au cœur du banc de Saya de Malha, "une zone inexplorée, méconnue et mal cartographiée" selon Robert Calcagno, administrateur-délégué des Explorations de Monaco. "Outre les deux piliers que sont la science et la politique, cette exploration est aussi basée sur la médiation. Il faut essayer de convaincre le grand public de protéger nos océans."

Louer ces actions locales au plus grand nombre

C’est aussi l’objectif de la visite du souverain: prêcher la bonne parole écologique et louer les actions locales au plus grand nombre. De l’assemblée de l’ONU au petit écolier monégasque.

Ce mercredi soir, le souverain a rencontré en audience le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.