Rubriques




Se connecter à

Logement, scolarisation, aide alimentaire : comment Monaco accueille les réfugiés ukrainiens

Au lendemain de l'allocution télévisée du prince Albert II rappelant que plus de 3 millions d'Ukrainiens ont déjà été contraints de quitter leur pays, le ministre d'Etat Pierre Dartout annonce que 30 premiers réfugiés ont été accueillis et détaille dans quelles conditions.

Thomas Michel Publié le 18/03/2022 à 09:00, mis à jour le 17/03/2022 à 21:50
exclusif
Pierre Dartout, ministre d'Etat de Monaco. Stéphane Danna / Dir.Com.

Comment répondre au besoin de logements pour accueillir ces exilés d'Ukraine à Monaco ?
C’est un défi pour nous vu l’étroitesse du marché du logement à Monaco. Nous allons mobiliser un certain nombre de moyens en liaison avec la France, pour que l’on puisse répondre à cette demande. Au-delà du logement il y a l’aspect social et une aide financière sera accordée à chaque famille à raison d’environ 15 euros par jour et par personne. Ce sont des tickets service pour qu’ils puissent acheter de l’alimentation et avoir une forme d’indépendance. Cela pourra être consolidé par d’autres dispositifs s’il s’agit de personnes âgées ou handicapées par exemple. Au regard du profil des familles nous pouvons mettre en œuvre d’autres mesures d’ordre social.


Que proposerez-vous aux enfants ?
Les enfants seront accueillis dans notre structure scolaire de façon personnalisée. Il faudra certainement pour beaucoup d’entre eux des stages d’adaptation, notamment linguistiques. Parallèlement à cette inscription scolaire, ils pourraient être inscrits au Centre de loisirs Prince Albert II, bénéficier du Pass’Sport Culture et de toutes les activités sportives et culturelles.
Les ressortissants ukrainiens seront aussi pris en compte par la Sécurité sociale monégasque pour les soins dont ils pourraient avoir besoin. Enfin, tout sera mis en œuvre pour leur procurer un emploi s’ils le désirent et faciliter l’obtention d’un titre de travail en Principauté. 

 

"Des bruits avaient couru qu’il y aurait pu avoir de petites tensions en milieu scolaire mais depuis on n’a entendu parler de rien"


Avec des capacités d’accueil plafonnées ?
De fait oui. Ce n’est pas tellement un problème financier pour la Principauté mais plus un problème de capacité et de volume d’accueil. à un moment, il y aura un niveau au-delà duquel il sera difficile d’aller. Le souverain l’a dit, nos initiatives sont ambitieuses mais elles sont à la mesure de nos capacités. Elles sont identifiées en termes d’offres de logement, moins nettement pour l’école.

 

Cet accueil peut-il avoir des conséquences sur le vivre-ensemble ? Craignez-vous des tensions avec les résidents russes ?
On ne nous a pas signalés de tensions particulières entre les populations ukrainienne et russe. Des bruits avaient couru qu’il y aurait pu avoir de petites tensions en milieu scolaire mais depuis on n’a entendu parler de rien. L’Education nationale monégasque a conscience du sujet, elle est très responsable face à ses enjeux et elle prend toutes les dispositions pour prévenir cela. Les enseignants parlent aux enfants du conflit de la manière la plus objective.


Vous appréhendez donc cette situation comme pérenne, avec la nécessité d’intégrer ceux qui le souhaiteront à la communauté monégasque ?
Personne ne sait combien de temps va durer ce conflit mais on se met tout de même en mesure de leur faciliter la vie, leur obtenir un emploi. Tout dépend aussi de la formation et des qualifications dont ces personnes disposent. On pourra peut-être faire un effort là-dessus d’ailleurs pour faire en sorte qu’ils trouvent en emploi. Il faudra regarder ça au cas par cas.

L’expérience du ministre d’état Pierre Dartout, comme Préfet

"J’ai une expérience importante dans ce domaine par mes fonctions précédentes. Quand j’étais Préfet de la zone de défense Sud Ouest à Bordeaux, j’ai organisé l’accueil dans les douze départements de cette zone – Limoges jusqu’à Bayonne –, des personnes qui venaient du Moyen-Orient, de Syrie notamment, et également des personnes évacuées du camp de Sangatte à Calais. On sait donc quels moyens il faut mobiliser en étroite liaison avec la Préfecture des Alpes-Maritimes voire celle de Région, que je connais bien."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.