Le Stars'N'Bars ferme le 27 janvier à Monaco, le patron des lieux dévoile les contours du futur projet

Le 27 janvier, après la fermeture, l’établissement sera transformé pour devenir un nouveau lieu avec un restaurant, des espaces de travail et un lieu de conférences autour de l’environnement.

Article réservé aux abonnés
CEDRIC VERANY Publié le 04/01/2023 à 12:06, mis à jour le 04/01/2023 à 12:27
Didier Rubiolo opère un virage à 180 degrés pour le Stars'N'Bars avec son nouveau concept autour de l'écologie Photo Jean-François Ottonello

La fin d’une ère… L’annonce en novembre dernier de la fermeture à venir du Stars’N’Bars après trente années de bons et loyaux services a provoqué un tsunami de réactions de clients fidèles attachés à ce restaurant à l’ambiance chaleureuse et aux accents sportifs.

Véritable QG de la vie populaire monégasque depuis trois décennies. "Nous avons vécu des années incroyables ici", acquiesce Didier Rubiolo, patron des lieux, bien décidé pour autant à tirer le rideau le 27 janvier prochain. Comme pour rappeler qu’en trente ans de vie, son antre n’est jamais resté statique.

Et c’est justement pour écrire un nouveau chapitre dans ces murs du quai Antoine-Ier qu’il fait ce choix. En tournant la page d’une aventure démarrée en 1993 avec Kate Powers, disparue en 2021. "Son départ a été très difficile, c’était mon âme sœur. J’aurais pu continuer notre concept du Stars, mais depuis une bonne dizaine d’années ensemble nous avions déjà mis plus de conscience dans notre travail, en substituant à l’industriel pour le bio, en bannissant les plastiques et les pailles des tables. De petits gestes qui ont été porteurs. Nous avons aussi accueilli des scientifiques, des ONG. Aujourd’hui on ne peut plus se cacher, on connaît les problèmes qui touchent notre planète. Il faut agir pour changer nos comportements. C’est par les actes de chacun que l’on pourra changer."

L’esprit yankee de ceà l’américaine disparaîtra en janvier pour devenir un nouvel établissement hybride avec une volonté entière: agir pour l’environnement. Photo Jean-François Ottonello.

"Faire autrement"

Un exemple? Le 31 octobre dernier, l’établissement n’avait pas organisé sa traditionnelle fête d’Halloween pour les enfants dans un grand déluge de décors et de costumes. "Utiliser pour quatre heures de festivités seulement des paillettes, des produits en plastique qui ont une empreinte tellement énorme, ce n’est plus possible. On peut faire autrement."

L’action que Didier Rubiolo a choisie vise, au printemps prochain après deux mois de travaux, à transformer les lieux en un nouvel établissement aux contours inédits.

"J’y pense depuis longtemps. Il y a cinq ans peut-être, ça aurait été trop tôt. Mais aujourd’hui c’est le moment, et j’imagine un endroit pour amener de la conscience par des actions journalières, un lieu où des sachants pourront s’exprimer sur les risques climatiques et proposer des solutions. C’est le plus important: diffuser l’information."

Comme une agora autour des questions environnementales en somme? "Du côté politique, on observe que les changements sont compliqués à mettre en place. L’industrie, elle, ne voit que par l’argent. Un acteur qui peut jouer un rôle: c’est le peuple, l’humain par qui le changement peut arriver, en réduisant notamment la surconsommation."

Un virage à 180 degrés pour l’ex-temple du hamburger visant à devenir un antre des bonnes pratiques environnementales. Le futur lieu – dont le nom est encore secret – restera populaire et cosmopolite, comme souhaité par les partenaires et investisseurs qui accompagnent Didier Rubiolo dans cette nouvelle aventure, qui assure vouloir demeurer "un endroit où les gens se rencontrent, qui n’est pas fait pour une élite".

Espace bien-être et cuisine locavore

Le pari idéologique est aussi financier. Car du Stars et ses 700 couverts, demeureront côté restauration "seulement" 250 couverts au rez-de-chaussée et en terrasse, où les clients dîneront et déjeuneront à côté d’un potager.

À l’intérieur, fini les écrans diffusant des compétitions de sport en live ou les photos de stars et les objets de sportifs dédicacés sur les murs.

Le bois et la terre cuite régneront dans le décor voulu cosy et naturel. Sur la mezzanine, l’espace sera consacré au mental et au corps avec des cellules que des coaches pourront louer et utiliser comme espace de travail dans le domaine du bien être.

Au dessus, le Stardeck deviendra un members club pour accueillir des conférences d’experts de nouvelles technologies, de l’environnement, des représentants d’ONG ou autres activités. "Monaco est un carrefour international pour beaucoup de gens. Ce rayonnement peut nous permettre de faire connaître de nouvelles idées. Notre fil conducteur: l’humain et son environnement." Ces espaces à louer assureront également les revenus de ce lieu à venir, inédit en Principauté.

En cuisine aussi, l’équipe actuelle se forme. "Moi-même je vais retourner derrière les fourneaux, sourit Didier Rubiolo. Pour travailler comme je l’ai appris il y a cinquante ans: la simplicité, les plats avec des produits du coin et bons pour la santé. Nous avons la chance dans notre région d’avoir un panel végétal fort, de bons producteurs qui cultivent ou élèvent des bêtes de manière raisonnée, des bières locales. C’est vers ces fournisseurs que nous allons nous tourner, en enlevant tout ce qui vient de l’industrie. Aller chercher des produits à l’autre bout du monde, ça n’a plus de sens. Notre envie est de se faire plaisir, en gardant un prix correct. Il y a trente ans, nous avons été une locomotive à Monaco. J’espère continuer à l’être, mais d’une manière différente."

Les pilotes de F1 Charles Leclerc et Jacques Villeneuve ou le légendaire Prince en concert privé: deux photos qui résument l’esprit de 30 ans de fêtes au Stars’N’Bars. Photo DR.

Une légende qui pourrait renaître?

Il en est encore plus conscient en comptabilisant les milliers de messages engrangés sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de la fermeture: le Stars’N’Bars fait partie de l’histoire de Monaco. "C’est une légende, qui pourrait renaître un jour", promet Didier Rubiolo, avec malice… sans en dire davantage.

"En 1993, on nous avait prédit 6 mois d’existence"

L’idée est dans un coin de sa tête. C’est pourquoi, si une partie du mobilier et du décor du restaurant sera vendue aux enchères, la plupart des souvenirs (photos dédicacées de vedettes, objets ayant appartenu à des sportifs, produits collectors amassés depuis trente) ans seront remisés dans des cartons. Pour un jour occuper les murs d’un nouveau restaurant ou d’un musée du sport? Peut être…

Mais c’est le projet à venir qui captive pour l’heure le patron des lieux. "Au départ, j’étais un peu inquiet de ce changement. Maintenant que c’est lancé, je suis très excité. Et je me suis souvenu qu’en 1993, quand nous avons présenté les premières esquisses du Stars, on nous avait prédit six mois d’existence et aucune banque ne voulait nous financer, glisse-t-il. J’aurais pu garder le Stars et lancer un nouveau concept, mais il me semblait important d’éteindre cette marque pour faire comprendre les enjeux de notre nouveau concept."

Dans cette aventure, Annette Anderson est encore de la partie. Elle était déjà là au Texan, puis elle a accompagné Kate et Didier pendant trois décennies au Stars’N’Bars, manager des lieux où sont passés plus de 2.000 employés.

Et l’Américaine s’engage avec Didier Rubiolo dans cette nouvelle aventure. "Il y a trente ans, le Stars’N’Bars était original. Il n’y avait pas un restaurant comme celui-là mais il y avait un besoin, se remémore-t-elle. C’est la même chose trente ans après. Monaco n’a pas besoin de notre restaurant, mais nous serons, et c’est le plus important, un centre d’innovation et d’action pour la planète."

En attendant, jusqu’au dernier verre du 27 janvier, le Stars vit des heures classiques. Les participants du Rallye de Monte-Carlo à venir pourront venir y festoyer après les épreuves. Pour les aficionados du Grand Prix qui réservaient leurs places d’une année sur l’autre au bar, devant l’écran pour profiter de l’ambiance, ce sera, en revanche, plus compliqué. Dans le nouvel établissement, il n’y aura plus de télé…

C’était en 1993 et c’est toujours, trente ans plus tard un concert inscrit dans la légende de la Principauté: Prince himself, sa guitare et sa tenue flashy en live au Stars! Mythique! Photo DR.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.