“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Attention, une clé ouvre quasiment tous les coffres de scooter de la même marque

Mis à jour le 04/06/2019 à 16:48 Publié le 01/06/2019 à 19:40
Une clé de la même marque que le scooter a suffi.

Une clé de la même marque que le scooter a suffi. Illustration MM

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Attention, une clé ouvre quasiment tous les coffres de scooter de la même marque

Quand l’utilité d’un casque de moto est pressante, est-ce véritablement utile de foncer chez l’accessoiriste pour l’acquérir? Un Mentonnais sans emploi avait décidé de s’affranchir de l’obligation et des débours. Facile! Le 30 décembre dernier, vers 23h30, par un simple tour de clé il a pu voler cette coiffure protectrice accrochée sous la selle d’un scooter.

L’engin était parqué sur l’ancienne place du Crédit Lyonnais (LCL), à la Crémaillère.

Le propriétaire, amer de constater la disparition du casque, n’avait pas envie de renouveler une dépense de quelques centaines d’euros.

Il a déposé plainte et les enquêteurs de la Sûreté publique ont commencé par visionner les enregistrements de la vidéosurveillance.

"Les clés peuvent ouvrir la quasi-totalité des coffres…"

Les images affichent deux personnes qui s’affairent autour du scooter indiqué cette nuit-là, avant de repartir avec leur propre moyen de locomotion.

Il ne reste plus qu’à relever l’inscription sur la plaque minéralogique du cyclomoteur.

L’immatriculation conduira les policiers au domicile d’un lycéen. Puis à l’identification du voleur.

Cités à comparaître devant le tribunal correctionnel, ni l’un ni l’autre n'étaient présent à l’audience. Alors, le rappel des faits est rapidement énoncé par le président Jérôme Fougeras Lavergnolle.

"L’étudiant a raconté aux inspecteurs qu’il avait prêté le deux-roues à son copain mentonnais. Convoqué dans les locaux de la rue Suffren-Reymond, ce dernier a reconnu le délit commis la veille de la Saint-Sylvestre en compagnie du lycéen. Le casque volé a été revendu à des connaissances de la Cité des citrons pour la somme de 100 euros."

Le magistrat est étonné d’apprendre la particularité des clés de contact: "Elles peuvent ouvrir la quasi-totalité des coffres des scooters de la même marque. Le précieux sésame avait été fourni par le lycéen qui a reconnu les faits et qui n’a pas essayé de persuader le voleur d’abandonner son triste dessein".

"Il doit mettre fin à un parcours dangereux"

Ces deux jeunes d’une vingtaine d’années n’ont jamais été condamnés. Le premier substitut Olivier Zamphiroff en tiendra compte dans ses réquisitions. Avec une différence certaine au moment de prononcer les peines. 

"L’auteur du délit n’a pas choisi la même voie que son complice au moment de s’expliquer. C’est un primo-délinquant qui doit mettre fin à un parcours dangereux. D’autant qu’une autre affaire viendra devant ce tribunal au mois de juillet. Vous le condamnerez à quatre mois d’emprisonnement et son complice à deux mois, chaque fois assortis du sursis."

Le tribunal préférera sanctionner en prononçant des peines d’amende par défaut de 500 euros ferme pour le principal prévenu; avec sursis pour le complice qui a fourni la clé afin d’ouvrir la selle.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.