Rubriques




Se connecter à

Pierre Dartout : "Le 31 décembre les rassemblements sont inopportuns à Monaco"

Interrogé par Monaco-Matin, le ministre d'Etat de Monaco fait le point sur les mesures sanitaires envisagées pour les jours à venir à Monaco.

Cédric Vérany Publié le 18/12/2021 à 12:38, mis à jour le 19/12/2021 à 10:40
Pierre Dartout, ministre d'Etat de Monaco : "Des gens protestent, j’observe que ce n’est qu’un phénomène limité". Photo Cyril Dodergny

Ces derniers jours, la Principauté subit comme partout en Europe, un rebond de l’épidémie de Covid. Les chiffres ne sont pas bons. Vont-ils conduire à des mesures restrictives pendant les fêtes de fin d’année ?
Je confirme ce que j’ai déjà dit. Le souverain souhaite que les fêtes se passent le mieux possible, sans couvre-feu, ni confinement. Aussi, il n’y aura pas d’évolution par rapport aux mesures déjà en vigueur et qui doivent être respectées. Les restaurants resteront ouverts, les gens pourront faire leurs courses normalement dans les magasins. Simplement, il faut continuer, voire être davantage, attentif au respect des gestes barrière. Et veiller aussi à ce que le plus de gens possible se vaccinent. Ce sera aussi le cœur d’une action de communication qui sera mise en œuvre en janvier.


La clé, pour vous, pour faire face à la pandémie demeure la vaccination ?
Il n’y a pas de solution sans la vaccination ! Et il faut que les non-vaccinés prennent bien conscience de la réalité suivante : si nous sommes collectivement un peu mieux épargnés que l’an dernier, c’est grâce à ceux qui se sont fait vacciner. Nous avons une augmentation très forte des personnes contaminées et pour l’instant nous n’avons pas de tension à l’hôpital parce qu’une majorité des gens se sont fait vacciner. Mais nous restons très vigilants, le nombre de personnes hospitalisées a d’ailleurs augmenté de façon non négligeable depuis la semaine dernière.

"J'ai le sentiment qu'il se passe quelque chose"


Certains médecins reprochent au gouvernement de dire à ceux qui ont encore un taux d’anticorps assez élevé de patienter quelques semaines avant de faire leur troisième dose. Cela brouille un peu les pistes…
Mais nous encourageons à la troisième dose ! Simplement, compte tenu du fait qu’il y a eu une incitation très forte à mener des analyses sérologiques, on ménage une solution transitoire sur la troisième dose avec des mesures pour permettre à certaines personnes de se donner un peu de temps. Mais il faudra faire cette troisième dose, de toute façon.


Dans les statistiques, sentez-vous un déclic dans la vaccination ces dernières semaines ?
Nous n’avons pas de chiffres encore précis [ils seront publiés le 24 décembre N.D.L.R.], mais j’ai le sentiment qu’il se passe quelque chose. Dans certains secteurs d’activité, comme l’hôtellerie et la restauration, les mesures que nous avons prises en ce qui concerne l’utilisation du pass sanitaire pour le personnel a eu un impact. Ces éléments nous font penser qu’il y a eu une augmentation des vaccinations. Et c’est très bien.

 

"des gens protestent, j'observe que c'est un phénomène limité"


L’obligation d’un pass sanitaire pour les personnels de l’hôtellerie-restauration a eu aussi un impact social, qui a conduit à un mouvement de contestation, dans la rue, mercredi de 150 salariés de la SBM ?
Dans une situation de crise, les gouvernements sont contraints de prendre des décisions qui ne font pas plaisir à tout le monde et que nous devons assumer, parce que nous considérons qu’elle va dans le sens de l’intérêt général. Des gens protestent, j’observe que ce n’est qu’un phénomène limité. J’ai la conviction que la majorité de la population comprend le message sur la vaccination. D’autres manifestent, c’est leur droit. Mais ce n’est pas parce qu’il y a des mécontents que l’on ne peut pas agir. Notre responsabilité, c’est d’agir. Et on ne peut pas faire plaisir à tout le monde quand on agit.


Les stocks de vaccins sont-ils assurés pour vacciner en Principauté dans de brefs délais ?
Nous n’avons pas de difficulté là-dessus. Il y a une forte demande, mais on s’adapte. Nous avons mis les moyens supplémentaires pour accueillir toujours mieux les gens. Certains n’ont pas eu de rendez-vous de suite, c’est inévitable car il y a une forte demande et c’est le cas aussi en France.


La fin d’année est aussi une saison où beaucoup de visiteurs étrangers séjournent en Principauté. Seront-ils soumis à des contraintes particulières pour entrer sur le sol Monégasque ?
Non, les mesures actuelles sont reconduites pour l’instant. La chose que nous ne maîtrisons pas, ce sont les décisions que pourrait prendre la France, qui concernent aussi nos visiteurs car nous sommes liés à l’aéroport de Nice.

"Je quitterais la principauté mais j'emporte tous mes instruments de travail"


La soirée de Saint-Sylvestre donne lieu d’ordinaire à de grands rassemblements sur le port ou sur la place du Casino. Ils ne sont pas souhaités cette année ?
En effet, il faut les éviter les rassemblements sur la place publique à l’occasion du 31 décembre. Déjà l’an dernier nous avions veillé à ce qu’il n’y en ait pas. Cette année encore, je crois que c’est totalement inopportun. Le 31 décembre, il faut continuer comme les autres jours et y compris dans la sphère privée et familiale, a prendre toutes les précautions nécessaires.


Vous veillerez personnellement à prendre des mesures plus fortes si l’épidémie progresse dans les jours qui viennent ?
Oui et c’est l’avantage des nouveaux outils technologiques. Je vais m’absenter huit jours pour des vacances en famille. Je quitterais la Principauté mais j’emporte tous mes instruments de travail pour œuvrer à distance et être en contact avec ceux qui assureront la permanence.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.