“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le président des Ultras niçois en garde à vue

Mis à jour le 18/02/2016 à 05:12 Publié le 18/02/2016 à 05:12
Exhibé en lettres géantes sur fond rouge et noir, avant le coup d'envoi du match Nice-Marseille, cet hommage à la Brigade sud de Nice n'a pas été du goût des autorités.

Exhibé en lettres géantes sur fond rouge et noir, avant le coup d'envoi du match Nice-Marseille, cet hommage à la Brigade sud de Nice n'a pas été du goût des autorités. Sébastien Botella

Le président des Ultras niçois en garde à vue

La police a interpellé le responsable de la Populaire sud de Nice, dont le tifo géant dimanche soir à l'Allianz Riviera saluait la BSN, groupe de supporters dissous. Il est ressorti libre hier soir

Nice, 20 h hier. Des chants de supporters s'élèvent brièvement devant la caserne Auvare. Les Ultras niçois saluent la remise en liberté de Fred, l'un de leurs leaders historiques, contraint de séjourner en garde à vue tout au long de l'après-midi. Un affront, à leurs yeux. « Pourquoi tout ça ? Ce n'est pas un criminel, il n'y a rien de grave ! », s'insurgent certains, parmi la cinquantaine d'Ultras venus exprimer leur soutien.

Les faits qui ont valu ce traitement au président de la Populaire sud de Nice ne constituent assurément pas un crime. Mais peut-être un délit. « Participation au maintien d'une...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct