“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

A défaut de réaliser un braquage, il arrache le sac d’une dame à Monaco

Mis à jour le 05/04/2019 à 08:43 Publié le 05/04/2019 à 09:02
Le voleur de sac à l’arraché, absent à l’audience, a été condamné à 10 mois de prison ferme.

Le voleur de sac à l’arraché, absent à l’audience, a été condamné à 10 mois de prison ferme. Illustration Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A défaut de réaliser un braquage, il arrache le sac d’une dame à Monaco

Les enquêteurs en sont certains: ce Croate était venu à Monaco dans le but de ffaire un braquage. Mais finalement, pour une raison inconnue, il a changé d'avis et c'est rabattu sur le vol d'un sac à l'arraché. Le tribunal correctionnel l'a condamné à 10 mois de prison ferme.

Dimanche 17 mars, vers 17h, une passante s’est fait arracher son sac à main sur l’avenue Princesse-Grace. La victime a eu beau s’agripper à son bien, elle n’a pas pu offrir grande résistance face à son jeune agresseur. Elle a dû lâcher son précieux accessoire avec son contenu: portefeuille, carte bancaire, clés...

Le malfaiteur a pris la fuite avec son butin en empruntant successivement la ruelle Saint-Jean, l’avenue de Grande-Bretagne, le carrefour de la Madone et... les transports en commun.

Confondu par son téléphone

Saisis de l’affaire, les policiers ont rapidement entrepris des recherches en privilégiant la vidéosurveillance. Les images révèlent le parcours de l’agresseur ce même jour. Il monte dans le car de la ligne 4 afin de rejoindre la place d’Armes où il part de la Principauté en privilégiant toujours les transports collectifs. C’est-à-dire le bus N°100. Il a un pull avec un signe distinctif sur le dos et on le voit tenir le sac à main volé.

Un portrait-robot et la concordance de communications téléphoniques engagées sur l’itinéraire complètent la moisson d’informations pour les enquêteurs. Le hasard va donner un coup de pouce aux limiers de la Sûreté publique le lundi 25 mars pour coincer le coupable.

"Ils repèrent un individu dans le périmètre du Jardin exotique, précise Jérôme Fougeras Lavergnolle, le président du tribunal correctionnel qui a examiné cette affaire lors de sa dernière audience. Il tient un couteau dans sa main. Interpelé, il est vite reconnu grâce aux images et confondu par le biais de son téléphone portable. Il s’agit de Karlo Rupil, un Croate de 23 ans, natif de Zagreb et sans profession. En garde à vue, pourtant reconnu formellement par sa victime, il conteste les faits. Il est défavorablement connu par Interpol pour des affaires de stupéfiants en Croatie et le braquage d’une pharmacie en Allemagne."

Les bijouteries et boutiques de luxe en ligne de mire

Après avoir résumé l’infraction dans son réquisitoire, le premier substitut Cyrielle Colle apporte de nouvelles précisions. "Ce personnage a tout entrepris pour s’éloigner au plus des lieux. Malgré des réponses très bizarres, les policiers ont vite fait le rapprochement. Son portable avait borné au moment des faits sur les lieux empruntés. Sur les caméras niçoises, on voit l’individu sortir de son logement vêtu du même vêtement qu’à Monaco."

A cet instant, la représentante du Parquet général révèle d’autres actes qui laissaient craindre le pire. "Les échanges de SMS avec ses amis et les photos de bijoux dans les boutiques de luxe mettent en exergue la volonté de venir en Principauté pour faire un braquage. Ce vol à l’arraché en pleine journée au Larvotto aura certainement permis d’éviter un très mauvais moment. La peine de neuf mois d’emprisonnement ferme est adaptée à un tel comportement."

Jugé contradictoirement, le tribunal condamnera le voleur croate à un passage de dix mois à la maison d’arrêt.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.