“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une startup quasi monégasque en finale ce lundi soir de la BFM Académie

Mis à jour le 12/10/2020 à 14:18 Publié le 12/10/2020 à 12:45
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Une startup quasi monégasque en finale ce lundi soir de la BFM Académie

Il a fait toute sa scolarité à Monaco, où il a gardé des liens très forts. Ce lundi soir, Romain Renard est en finale de la 15e BFM Académie qui récompense des startups remarquables.

Il n’y aura pas qu’une seule entreprise Azuréenne en finale de la 15e saison de la BFM Académie, ce lundi soir sur BFM Business. Parmi les quatre finalistes, en plus de la startup de Sophia Antipolis HucLink, il y en aura une autre qui a de solides attaches monégasques.

Son nom : Meditect. Son métier : le traçage des médicaments, via une application qui détecte les contrefaçons. Un secteur très porteur quand on sait que la contrefaçon des médicaments représente un manque à gagner de 200 milliards de dollars dans le monde. Par comparaison, il est de 15 milliards pour l’industrie du luxe.

"Une partie de ma vie est à Monaco"

Le siège de cette jeune société est basé à Bordeaux. Mais l’un de ses deux fondateurs, Romain Renard, a de solides attaches à Monaco. Ce jeune homme de 25 ans, diplômé de Sciences Po Paris – un master en finances – a grandi à Beaulieu-sur-Mer et a fait toute sa scolarité en Principauté, du CP jusqu’au bac, à l’Institution François-d’Assise – Nicolas-Barré.

« J’y ai tout appris, confie-t-il. Et j’ai une immense reconnaissance à l’égard des professeurs de FANB. » Romain Renard assure avoir gardé des liens très forts avec Monaco : « J’ai toujours été impliqué dans la vie associative de la Principauté. Membre du Yacht-club, j’ai créé une équipe de voile en 2014. J’ai également participé au 4L Trophy, dans une voiture sponsorisée par des entreprises de Monaco. Et aujourd’hui, même si je ne suis pas résident monégasque, une partie de ma vie est à Monaco. Mes amis, mon parrain. »
Et même des investisseurs, qui ont mis de l’argent dans sa startup.

Authentifier les médicaments

Meditect a été créée début 2018. L’idée de départ, c’est la lutte contre la contrefaçon des médicaments en Afrique subsaharienne, mais également en Asie du Sud-Est et en Amérique latine. « Le médicament est le bien le plus contrefait au monde, explique Romain Renard. Le manque à gagner pour les laboratoires est colossal et on dénombre un million de morts par an, à cause de médicaments contrefaits. » Meditect propose donc aux pharmaciens des pays en voie de développement une application gratuite qui leur permet d’authentifier les boîtes de médicaments.
À ce jour, cette startup a un gros client, le laboratoire pharmaceutique Upsa, emploie vingt collaborateurs, a levé 1,5 million d’euros, est implantée en Côte d’Ivoire – là où est installé le cofondateur de Meditect, Arnaud Pourredon – et projette de s’élargir au Sénégal et au Cameroun début 2021.

Votez Meditect !

Ce soir à 19h, donc, sur BFM Business, quatre startups sont en finale de cette 15e édition du concours. À la clé, 150 000 euros d’espaces publicitaires sur la chaîne.
Mais surtout, « cette émission nous permet de gagner en notoriété », souligne Romain Renard, qui sera sur le plateau pour défendre son projet et répondre aux questions du jury et des téléspectateurs. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui désigneront le vainqueur, en votant sur internet (1).
Alors, si vous voulez soutenir ce candidat qui représente un peu (beaucoup) la principauté de Monaco, n’hésitez pas. Votez pour lui !

Pour voter : www.bfmacademie.fr


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.