“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Beef Bar, La Cantinetta, Le Cozza... 500 collaborateurs et une dizaine de restaurants: le groupe Giraudi se relance progressivement à Monaco

Mis à jour le 26/05/2020 à 12:00 Publié le 26/05/2020 à 10:50
Le Beef Bar, l’une des enseignes phares du groupe à Fontvieille, sera le premier à rouvrir.

Le Beef Bar, l’une des enseignes phares du groupe à Fontvieille, sera le premier à rouvrir. Photo Groupe Giraudi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Beef Bar, La Cantinetta, Le Cozza... 500 collaborateurs et une dizaine de restaurants: le groupe Giraudi se relance progressivement à Monaco

À quelques jours de la réouverture des restaurants, à partir du 2 juin à Monaco, ceux qui régalent la Principauté et ses visiteurs se préparent à remettre le couvert, dans une ambiance toute particulière.

Avec 500 collaborateurs et une dizaine de restaurants en Principauté, le groupe Giraudi, mastodonte dans ce domaine en Principauté, attendait impatiemment de pouvoir à nouveau accueillir des clients. Le temps de remettre la machine et les équipes en route, les restaurants du groupe devraient rouvrir le 3 ou 4 juin après le feu vert annoncé la semaine dernière par le gouvernement.

"Nous allons commencer par les plus importants dans les quartiers: le Beef Bar à Fontvieille, la Cantinetta et le Cozza au Larvotto. Mozza lui, restera fermé encore quelque temps pour travaux", explique le patron du groupe, Riccardo Giraudi. Si certains de ses établissements ont fonctionné pendant le confinement et le déconfinement en livraison, la possibilité de rouvrir toutes ces enseignes apparaît comme un nouveau souffle.

"C’est hyper important de repartir. C’est la première fois de ma vie que je passe trois mois sans regarder nos chiffres de réservations. Aujourd’hui, c’est essentiel de rouvrir, économiquement mais aussi comme un symbole pour la relance du pays," confie-t-il.

Fortement impactées par la crise mondiale liée à la Covid-19, les activités du groupe à l’international étaient à l’arrêt depuis la mi-mars. En Asie, elles commencent à repartir. "Nous avons déjà rouvert notre Beef Bar à Hong Kong en Chine. Ce que nous avons observé, c’est que les clients sont revenus dès le début dans nos restaurants. Ils avaient envie et faim de revenir. Je pense que Monaco va suivre le même chemin et retrouver sa clientèle, pas comme une saison normale bien sûr, mais ce sera comme un hiver en été. Mais nous savons gérer ces moments de creux en Principauté. Nous avons fermé brutalement en mars, nous allons rouvrir calmement en juin et je crois que nous oublierons ce moment de vide d’activité".

Techniquement, pour faire rimer convivialité et règles de sécurité, les équipes du groupe réfléchissent aux solutions optimales. "Ce que je ne veux pas, c’est que les restaurants ressemblent à des salles d’attente d’un hôpital, sinon il n’y a aucun intérêt de rouvrir. Mais mes restaurants à Monaco sont assez grands pour pouvoir réaménager les espaces" continue Riccardo Giraudi.

En moyenne, les salles vont perdre 30 % de leur capacité pour déjeuner ou dîner de manière à bien espacer les tables. "Économiquement c’est jouable car nous ne sommes jamais constamment pleins, nous adapterons selon la demande mais je ne pense pas que l’on doive refuser du monde dans les premiers jours".

À l’international par contre, à l’exception de Hong Kong, les Beef Bar restent pour l’heure tous fermés. Seul celui d’Athènes en Grèce doit ouvrir normalement comme convenu à la mi-juillet. Les autres projets, comme celui de Sao Paulo au Brésil, sont eux, retardés.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.