“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À CanneSeries, la fille d'Alexandra Lamy présente Derby girl

Mis à jour le 12/10/2020 à 20:47 Publié le 12/10/2020 à 20:47
Chloë Jouannet présente Derby Girl à Cannes.

Chloë Jouannet présente Derby Girl à Cannes. Dylan Meifrret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

À CanneSeries, la fille d'Alexandra Lamy présente Derby girl

La jeune actrice de Riviera, Chloë Jouannet a enfilé les rollers pour Derby Girl, la web série de France TV qui sera diffusée sur plateforme d’ici la fin du mois.

Elle ne s’est pas pointée au Palais sur des rollers, mais juchée sur des talons hauts.

Code glamour chic oblige, sur le tapis rose de CanneSeries. Pour autant, tout va comme sur des roulettes pour Chloë Jouannet.

Après s’être fait remarquer dans Avis de Mistral, ou les séries Riviera et Infidèle sur TF1 depuis le 1er octobre), l’actrice de bientôt 23 ans (le 17 octobre) a enfilé la tenue de Derby Girl, le web série de France TV slash.

Sur un ton à la fois caustique et humoristique, la trajectoire d’une ancienne championne de patinage artistique, qui découvre l’esprit d’équipe au roller derby. Avec des intonations qui ne sont pas sans rappeler sa maman, Alexandra Lamy, Chloé évoque ce tournage musclé!

Avant ce tournage, vous étiez déjà adepte du roller?
J’ai pratiqué avec mon papa (le comédien Thomas Jouannet), on a fait des rando-rollers dans Paris, mais c’était des patins en ligne.
Quand j’ai passé les essais pour Derby Girl, je me suis dit: très bien, ça va le faire mais en fait, ce sont des rollers quad (quatre roues comme pour une voiture) et ça n’a rien à voir! Du coup, j’ai foncé dans les murs car je ne sais juste pas freiner, mais maintenant, je sais aussi tomber!

Vous avez bénéficié d’une doublure pour les cascades?
Oui, mais je ne l’ai pas trop utilisée, car j’aimais bien foncer dans le tas! Ce n’est pas pour cela que je vais jouer au Derby roller, parce que lorsque je voyais les joueuses avec les doigts cassés ou le nez amoché, non merci!

Derby Girl, c’est une série au ton caustique, original, où vous n’avez pas forcément le beau rôle au départ…
Oui, j’ai adoré jouer une peste! Lola, c’est une loseuse magnifique, assez insupportable, mais tu t’attaches quand même à elle. C’est une ado qui a grandi dans un milieu sportif, en se privant des plaisirs et sorties de son âge, avec une stricte hygiène de vie. Elle a tout donné pour devenir championne, et son échec l’a aigrie. En intégrant une équipe de roller derby, elle va apprendre à jouer collectif. Le ton est très original et Nikola Lange (créateur de la série) est très fort pour nous embarquer sans qu’on sache tout de suite vers quoi. Ma petite sœur a adoré le côté cartoon et mon père a également beaucoup aimé, c’est une série pour tous. On a déjà signé pour une saison 2, et je suis ravie de voir mon personnage évoluer.

Entre l’ego individuel et l’esprit d’équipe, un parallèle avec le métier d’actrice, sur un plateau de tournage?
Ah complètement! Moi, j’ai absolument besoin de vivre avec les autres, de travailler avec d’autres gens, même si j’apprécie aussi mes petits moments à moi.

Chloë Jouannet présente Derby Girl à Cannes.
Chloë Jouannet présente Derby Girl à Cannes. Dylan Meiffret

Être l’héroïne d’un web série, diffusée sur plateforme, c’est être en phase avec son temps?
Je ne sais pas, mais quand on aime un personnage, il faut foncer sans hésiter! House of cards, au départ, c’est aussi une web série. En réalité, ça dépend de la qualité du projet, et aujourd’hui, un comédien a la chance de pouvoir jouer sur tous les supports, télé, web, cinéma, sans être enfermé dans des cases.

Au début de la série, Lola est soumise à la pression de sa mère pour devenir championne. Vous avez choisi d’être comédienne par libre inspiration?
Moi, j’ai la chance d’avoir grandi dans un milieu très sain, avec des parents en or. Ils m’ont beaucoup protégé par rapport à ce métier, et m’en ont dit toutes les vérités. Quand je me suis rendue aux castings, c’était toute seule, en toute liberté, et ils me faisaient entièrement confiance.

Vous êtes là pour CanneSeries, mais vous avez aussi tourné sur la Côte d’Azur pour la série Riviera.
On a débuté le tournage il y a quatre ans, c’est une expérience incroyable.
C’était cool de jouer en anglais et ça m’amuse toujours de voir la France vue par les Américains, toujours avec un petit côté cliché. Moi, je viens d’un autre Sud, côté Gard dans les Cévennes, et je ne suis pas vraiment une habituée de la Côte d’Azur, mais je suis superfière d’être à Cannes pour Derby Girl!

Vous avez débuté à 12 ans au cinéma, aux côtés de Jean Dujardin, en remplacement d’une actrice au pied levé. Vous dites: merci Lucky Luke?
(rires) Ah oui, j’ai pris ce remplacement comme un simple jeu, c’était vraiment du hasard, peut-être un coup de pouce du destin. Mais j’étais quand même un peu stressée parce que je devais embrasser un garçon, avec ma mère juste à côté!

Et Jean Reno, avec lequel vous avez tourné Avis de Mistral?
Je l’ai adoré, c’est un excellent comédien, il a été très gentil avec moi, plein de générosité.
C’était mon premier vrai tournage, j’avais 14 ans et je partais dans tous les sens, mais ça faisait rigoler Jean, on s’est bien entendus.

Votre prochain projet?
En novembre, je vais tourner dans un premier film, une adaptation du Portrait de Dorian Gray avec Baptiste Maunier, et j’ai envie de faire plein de choses différentes.

Un personnage qui vous fait fantasmer?
Ah, j’aimerais bien jouer une super-héroïne, avec un costume, des super pouvoirs, quelque chose d’extra-nature! Il faut dire aussi que lorsque j’étais petite, je voulais devenir un elfe. (rires)

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.