Rubriques




Se connecter à

Harcèlement de rue, création d'une "force d'action" dans les quartiers, effectifs de police... les annonces sur la sécurité du "quasi candidat" Emmanuel Macron à Nice

Emmanuel Macron était lundi matin dans l'ex-hôpital Saint Roch de Nice, site d'un futur "hôtel des polices", l'occasion pour le quasi-candidat de défendre son bilan et ses projets au-delà de 2022 sur la sécurité, sujet au coeur de la campagne présidentielle.

Damien Allemand Publié le 10/01/2022 à 13:35, mis à jour le 10/01/2022 à 14:22
synthese
Emmanuel Macron à Nice, le lundi 10 janvier 2022. Photo JFO

Emmanuel Macron n'était pas à Nice simplement pour poser la première pierre de l'hôtel des polices à la place de l'ancien hôpital Saint-Roch. Le président de la République en a profité pour défendre son bilan en matière de sécurité et surtout multiplier les nouvelles annonces. Une sorte de programme pour l'élection présidentielle de 2022 pour celui qui ne s'est pas encore déclaré candidat à sa réélection. 

Des annonces avec en point d'orgue sa volonté de "doper" le budget consacré à la sécurité: 15 milliards d'euros sur 5 ans. Cette "loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur" (Lopmi) - qui ne pourrait être votée qu'après l'élection présidentielle - rajoutera au budget de la sécurité 15 milliards d'euros supplémentaires sur 5 ans, une hausse de 25% sur le budget actuel.

On fait le point.

Il veut doubler les policiers sur le terrain d'ici 2030

Objectif 2030? Toujours pas officiellement candidat à réélection, Emmanuel Macron a exprimé sa volonté de "doubler les policiers sur le terrain d'ici 2030", notamment par la suppression de tâches annexes et des réorganisations.

Cette mesure viendra en complément de la création des 10.000 postes de forces de l'ordre depuis le début du quinquennat, a précisé le président à Nice, devant des élus et des associations, lors d'un déplacement consacré à la sécurité.

 

Amende triplée pour le harcèlement de rue

Emmanuel Macron a déclaré vouloir tripler à 300 euros l'amende pour harcèlement de rue, un acte qui sera qualifié de "délit", et entend doubler la présence policière dans les transports, dans le cadre d'une future loi sur la sécurité (Lopmi).

Dans cette nouvelle loi - qui ne pourrait être votée qu'après 2022 - le chef de l'Etat a expliqué vouloir "doubler la présence policière dédiée dans les transports en commun aux horaires où les agressions sont le plus constatées". Il a par ailleurs annoncé le doublement en 5 ans des enquêteurs dédiés aux violences intrafamiliales, portant le nombre à 4.000 enquêteurs.

Création de 200 brigades de gendarmerie et d'une "force d'action républicaine pour les quartiers"

Emmanuel Macron a également annoncé la création de 200 brigades de gendarmerie en milieu rural et d'une "force d'action républicaine pour les quartiers" afin de "sécuriser" ces quartiers et d'"aider à démanteler" les points de deal.

"On va créer 200 brigades de gendarmerie en milieu rural qui pourront prendre la forme de nouveaux types d'implantations avec des expérimentations qui vont être lancées dans plusieurs départements", a indiqué le président, "pour remettre de la tranquillité dans les quartiers les plus ruraux".

 

Le Président a aussi parlé de la création d'une "force d'action républicaine pour les quartiers", soit "une force d'action qui, dans les quartiers qui connaissent des difficultés, va nous permettre de projeter pendant plusieurs mois des forces de sécurité dédiées qui vont venir sécuriser le quartier, aider à démanteler les principaux points de deal", a-t-il précisé. 

Elle sera composée de policiers, d'officiers de police judiciaire (OPJ), de fonctionnaires des finances, mais aussi de personnels éducatifs, de travailleurs sociaux… "Nous n'envoyons pas l'armée mais une aide sécurité/social", selon ces sources.

Création de 1.500 cyber-patrouilleurs pour la cybersécurité

Le Président a aussi évoqué la cybersécurité avec la création de 1.500 cyber-patrouilleurs supplémentaires et d'une école de formation cyber pour lutter contre les attaques numériques. 

L'école de formation sera créée au sein du ministère de l'Intérieur pour former les policiers, les gendarmes et les agents des services de renseignement "sur cette thématique en constante évolution", selon l'Elysée.

Emmanuel Macron à Nice, le lundi 10 janvier 2022. Photo JFO.

Généralisation des amendes forfaitaires pour les peines inférieures à un an de prison

Emmanuel Macron a affirmé lancer une généralisation des amendes forfaitaires délictuelles (AFD) pour les délits sanctionnés par des peines inférieures à un an de prison.

Le Président a expliqué que cette généralisation de l'AFD, utilisée notamment pour lutter contre la consommation de stupéfiants, était "un élément de simplification" qui permettra aux "magistrats de se concentrer sur les affaires plus importantes".

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.