“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Emotion à la cathédrale de Monaco pour le mariage de Marie et Louis Ducruet

Mis à jour le 27/07/2019 à 20:54 Publié le 27/07/2019 à 20:47
Les jeunes mariés sortant de la cathédrale.

Les jeunes mariés sortant de la cathédrale. Photo Bruno Bebert/Gaetan Luci/Frédéric Nebinger/Palais princier

Emotion à la cathédrale de Monaco pour le mariage de Marie et Louis Ducruet

Le fils de la princesse Stéphanie et de Daniel Ducruet a épousé ce samedi, à la cathédrale de Monaco, Marie Chevallier au cours d’une cérémonie marquée par l’émotion de leurs proches. Les derniers membres de la famille princière à s’être unis dans cet édifice, ce sont le prince Rainier III et Grace Kelly, en avril 1956.

L’émotion, forcément. En conduisant son fils Louis à l’autel, samedi après-midi, la princesse Stéphanie n’a pas cherché à dissimuler cette émotion sur son visage. Sentiments mêlés entre la joie de voir s’accomplir ses enfants et la nostalgie du temps de l’enfance qui passe si vite.

À 26 ans, Louis Ducruet a choisi d’unir son destin à celui de Marie Chevallier. Le couple s’est marié religieusement samedi après-midi à la cathédrale de Monaco, devant 200 invités. Passant, par chance, entre les gouttes de l’orage à l’entrée et à la sortie de la cérémonie.
Mais même la pluie n’aurait pas arrêté les amoureux qui ont échangé un "oui" franc, précédé dans la cathédrale de l’interprétation de Hallelujah de Leonard Cohen. Un titre, certes, païen mais qui a ému toute l’assemblée avant l’échange de consentements, salué par une salve d’applaudissements.

Quelques minutes auparavant, la mariée a fait son entrée au bras de son frère, remontant la nef coiffée d’immenses compositions florales suspendues au son du titre Just the way you are.

Marie avait revêtu une robe immaculée créée par l’atelier Boisanger, assortie de bijoux de la maison Cartier. Et rehaussée d’une traîne monumentale. Traîne tenue par Pauline Ducruet. Les nouvelles belles-sœurs ont travaillé ensemble à l’élaboration de cette tenue. En arrangeant le voile de la mariée à l’entrée de la cathédrale, la fille aînée de la princesse Stéphanie, elle non plus, n’a pas retenu ses larmes dans cet instant d’émotion.

L’esprit de famille

Les mariés ont fait le choix de célébrer la cérémonie à leur manière. Dans la simplicité et l’émotion. "C’est un moment exceptionnel de joie, une joie contagieuse", a rappelé le père César Penso, chapelain du Palais princier qui a officié pour la cérémonie.

Autour des nouveaux époux, de leurs parents et de leurs frères et sœurs, le clan Grimaldi était réuni : le souverain, la princesse Caroline et ses quatre enfants, la branche de Massy. Dans l’assistance, Louis Ducruet avait également convié ses cousins, Jazmin Grace et Alexandre, enfants du prince Albert II nés de précédentes relations.

Une manière de perpétuer l’esprit de famille qui semble cher au marié. Louis Ducruet avait d’ailleurs choisi symboliquement de se marier à la cathédrale dans le souvenir de son grand-père. Il n’y avait pas eu de mariage de membre de la famille princière dans l’édifice depuis la noce historique d’avril 1956. À la fin de la cérémonie, Marie et Louis ont d’ailleurs ravivé ce souvenir en déposant des fleurs sur les tombes du prince Rainier III et de la princesse Grace.

À l’extérieur, pour les curieux et les nombreux touristes présents hier sur le Rocher, difficile d’apercevoir quelque bribe de la noce, si ce n’est le ballet des voitures lors des arrivées. Dont quelques belles cylindrées sorties des collections du prince pour conduire les mariés et leurs proches. Pour le reste, le secteur de la cathédrale était bouclé à quiconque n’était pas invité au mariage. Et avant de pénétrer dans le bâtiment, les invités étaient priés de déposer leur téléphone portable à la consigne. De manière à éviter toute fuite d’image.

Union civile la veille en mairie

Vendredi, entouré de leurs proches, le couple a été uni civilement par le maire Georges Marsan, en mairie, comme l’avaient fait la princesse Stéphanie et Daniel Ducruet en 1995. Un mariage auquel Louis, alors tout jeune, avait assisté avec sa sœur Pauline.
Une réception décontractée a suivi dans les jardins du Palais princier.

Ce samedi soir, c’est au Monte-Carlo Bay que le couple avait choisi de recevoir leurs invités. Dont beaucoup d’anciens camarades, car Marie et Louis étaient tous deux étudiants à l’école de commerce Skema de Sophia Antipolis quand ils se sont rencontrés il y a quelques années. En février 2018, un communiqué du Palais princier, signé par la princesse Stéphanie, annonçait leurs fiançailles. Louis ayant fait sa demande au Vietnam, pays d’origine de la maman de la mariée.

Le couple est aujourd’hui établi à Monaco où Marie, qui a grandi à Nice, travaille dans l’événementiel au sein de la Société des Bains de Mer. Louis, quinzième dans l’ordre de succession au trône, est, depuis quelques mois, assistant du vice-président de l’AS Monaco, Oleg Petrov. Un poste qui convient particulièrement au jeune homme qui n’a jamais caché son ambition d’avoir des responsabilités dans le monde du football en général et de l’AS Monaco en particulier.

Peu après 15 heures hier à la cathédrale, les mariés viennent d’échanger leurs consentements.
Peu après 15 heures hier à la cathédrale, les mariés viennent d’échanger leurs consentements. Photo Bruno Bebert/Gaetan Luci/Frédéric Nebinger/Palais princier
Depuis la noce historique du prince Rainier III et de la princesse Grace, aucun membre de la famille Grimaldi ne s’était marié à la cathédrale. L’occasion était donc belle pour réunir autour du souverain, les convives du mariage sur les marches.
Depuis la noce historique du prince Rainier III et de la princesse Grace, aucun membre de la famille Grimaldi ne s’était marié à la cathédrale. L’occasion était donc belle pour réunir autour du souverain, les convives du mariage sur les marches. Photo Bruno Bebert/Gaetan Luci/Frédéric Nebinger/Palais princier

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct