“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Forum de la petite enfance se tiendra samedi 29 septembre, de 9 h 30 à 16 h 30. Animations et ateliers rythmeront la  journée.

Forum de la petite enfance : une journée pour s'amuser au Devens

Cette élue propose quatre solutions pour désengorger le trafic sur l'autoroute A...

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

"Sauvons celles qui sont encore vivantes": l'appel de 88 personnalités pour lutt...

INTERVIEW. Shi Weiliang: "Huawei va encore embaucher en France, y compris à Soph...

Le gouvernement de Monaco en guerre contre les chauffards en marge de Top Marques et des Grands Prix

Mis à jour le 04/04/2018 à 10:39 Publié le 04/04/2018 à 10:40
Verra-t-on toujours des départs arrêtés sous le tunnel ?

Verra-t-on toujours des départs arrêtés sous le tunnel ? Photo Facebook

Le gouvernement de Monaco en guerre contre les chauffards en marge de Top Marques et des Grands Prix

À quelques jours du début du salon Top Marques, et ses traditionnels essais officiels - ou non - de bolides sur les routes de la Principauté, le gouvernement dit stop aux nuisances et aux comportements dangereux, et prend des mesures légales.

"Ces rassemblements d'automobiles sportives peuvent donner lieu à la commission d'infractions routières avérées, entraînant une mobilisation importante des effectifs de sécurité pour lutter contre les agissements de ces conducteurs aux comportements inappropriés et dangereux.

Au regard des nuisances constatées par le passé, notamment en marge et pendant l'édition 2017 du salon Top Marques, le gouvernement princier a décidé de renforcer l'arsenal juridique de répression des infractions commises, au travers de la modification de l'ordonnance souveraine n° 1.691 du 17 décembre 1957 portant réglementation de la police de la circulation routière (Code de la Route) et de la parution d'un arrêté ministériel réglementant le délai d'immobilisation des véhicules à l'occasion de certaines manifestations."

Immobilisation du véhicule

Pour éviter de crouler sous les plaintes pour atteintes à l'ordre public, à la tranquillité et à la sécurité des résidents, et limiter le nombre d'infractions au Code de la route, "la Direction de la Sûreté Publique dispose désormais de la faculté de procéder, notamment, à une immobilisation immédiate du véhicule contrevenant pendant une durée de 24 heures, pouvant être portée à 48 heures à l'occasion de certaines manifestations spécifiques (Top Marques, Grands-Prix…)", précise un communiqué de la Direction de la Communication.

à partir de 1 €


La suite du direct