“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

lire le journal

Faits de société

C'est en direct

C'est pour vous

1518368400
#monjournal

Comment ces bénévoles apprennent le français aux migrants pour faciliter leur intégration

"Sur la langue, on perd un temps fou", dit le député LRM Aurélien Taché. Il va rendre dans les prochains jours son rapport sur l'intégration dans lequel il préconise d'au moins doubler le nombre d'heures d'enseignement à destination des réfugiés et "d'entreprendre des choses" pour ceux qui n'ont pas encore obtenu ce statut. En attendant? Les associations se débrouillent...
1518022800
La famille participe au concours de galettes organisé, place aux Herbes où ils vivent.
#monjournal

DOSSIER. De la guerre en Irak au concours de galettes à Grasse, le long voyage de la famille de Sarah et Hassan

MIGRANTS: ET MAINTENANT, ON FAIT QUOI? Episode 3. Ils ont quitté Kirkourk avec leurs quatre enfants. Après un voyage de 18 jours, en passant par la Turquie, la Grèce, l'Espagne… cette famille kurde est arrivée à Grasse. Comment Sarah et Hassan vivent-ils en attendant d'être fixés sur leur demande d'asile? Quels liens ont-ils tissé avec les habitants. Rencontre.
43.407932
5.923408999999992
Tourves
1517396400
L'accueil des migrants a agité la commune de Tourves pendant de longues semaines. Comme dit un commerçant, "c'est un peu parti dans tous les sens"!
#monjournal

DOSSIER DU MOIS. Comment les habitants de ce village ont changé leur regard sur l'accueil des migrants

MIGRANTS: ET MAINTENANT, ON FAIT QUOI? Episode 2. Une ambiance électrique, des rumeurs complètement folles qui circulent, et un village déchiré en deux... L’annonce de l’arrivée d’une cinquantaine de demandeurs d'asile à Tourves il y a plus d’un an avait suscité beaucoup d’émoi dans le centre-Var. Mais aujourd’hui, même les "anti-migrants" reconnaissent que leurs peurs étaient "infondées". Et qu’au bout du compte, "tout s’est très bien passé".

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres